Human Village - information autrement
 
L’armée chinoise débarque à Djibouti !
par Mahdi A., mai 2015 (Human Village 23).
 

Après les Français, les Américains, les Japonais, les Espagnols, les Allemands, les Italiens, les Européens dans le cadre de l’opération Atalanta, et enfin l’Otan, c’est au tour des Chinois de débarquer dans la Corne de l’Afrique, avec fourbis et armes, après une absence de 500 ans [1]. Un symbole fort !
L’arrivée des forces militaires chinoises sur le sol djiboutien était un secret de polichinelle, notamment depuis la visite remarquée de plus de trente-six heures, en février 2014, du ministre chinois de la défense, le général Chang Wanquan. Cette importante annonce intervient peu après l’ouverture d’un bureau de l’Otan à Djibouti. Cette organisation ne pouvait pas rester plus longtemps absente de ce pôle géostratégique : l’opération américaine Combined Task Force 151 [2], sous le commandement de la 5e flotte américaine depuis sa création en janvier 2009, est composée de vingt-cinq pays membres de l’Otan.

La marine chinoise déploie donc ses grandes ailes et montre son statut de puissance militaire en s’installant à Djibouti, au nez et à la barbe des Américains et des Japonais. Le gouvernement chinois, premier détenteur de la dette extérieure de Djibouti, ne peut rien se voir refuser. Un peu moins d’un tiers des 80% du PIB [3] du taux d’endettement en 2017 de la République de Djibouti selon le FMI, sont constitués de prêts chinois, garantis par des concessions, consentis pour la plupart au cours de ces cinq dernières années. Le président américain Obama, qui avait été informé bien en amont des intentions chinoises par les autorités djiboutiennes, n’a fixé au président Guelleh lors de leur rencontre à la Maison Blanche en mai 2014, qu’une seule ligne rouge à ne pas franchir : l’ouverture de base russe sur le territoire djiboutien.
Les forces chinoises s’installeront au futur port multipurpose de Doraleh, le temps de construire une base navale qui n’aura sans doute rien à envier à la base américaine. Pourquoi la Chine a t-elle jeté son dévolu sur Djibouti pour sa première base en dehors de ses frontières ? Que signifie cette nouvelle donne ? Comment les forces armées japonaises et chinoises pourront-elles surmonter leurs nombreux différends, dont celui sur les îles Senkaku/Diaoyu et travailler main dans la main pour se coordonner afin de sécuriser le Bal-el-Mandeb ? Quelles retombées attendues pour Djibouti ?

Pourquoi les Chinois viennent-ils à Djibouti ?
Les derniers événements au Yémen et l’évacuation des ressortissants chinois vers Djibouti ont entraîné un déploiement rapide des forces navales chinoises dans la région de Bad-el-Mandeb. Il s’agissait aussi de sécuriser le trafic maritime essentiel aux importations d’hydrocarbures et de gaz mais également aux exportations des produits chinois vers le reste du monde. Cette situation a confirmé l’importance stratégique de Djibouti pour les dirigeants chinois. Positionnés à Djibouti, ils disposeront d’un dispositif qui leur permettra de contrôler et de sécuriser le Bad-el-Mandeb.
L’évacuation des diasporas chinoises installée en Libye, puis au Yémen, montrent les risques que peuvent courir les communautés chinoises à l’étranger. Avec presque 200 000 ressortissants en Éthiopie, et d’un peu moins de 10 milliards de $US d’investissements à Djibouti, on comprend l’intérêt de la Chine pour Djibouti. Si cela ne suffit pas à démontrer ce rôle géostratégique de Djibouti, on peut ajouter un projet à trois milliards de $US pour la construction d’un oléoduc qui relierait les champs pétroliers sud-soudanais au port de Djibouti, en concurrence avec le port kenyan de Lamu. Il est question de cinq cent mille de barils quotidiens. Les retombées économiques et les redevances de passage attendues par la République de Djibouti, sont colossales.
En outre, cette annonce de l’arrivée de forces militaires chinoises dans la région vise à combler le retard technologique des Chinois dans la construction de porte-avions. Le seul porte-avions battant pavillon chinois le Liaoning (ex-Varyag), acheté d’occasion à l’armée ukrainienne en 1998, n’est pas encore vraiment opérationnel en dépit de grands travaux de rénovation. Les Chinois ne disposent pas pour l’heure de la maîtrise technique fort complexe de la construction de porte-avions, selon l’avis de nombreux experts ils ne parviendront pas à construire de porte-avions made in china avant les quatre ou cinq prochaines années. C’est le talon d’Achille de leur marine ! Ne pouvant déplacer à leur guise leur flotte aérienne, la Chine contourne le problème en positionnant une partie de sa marine et une importante base aérienne à Djibouti.

Enfin, il faut aussi voir l’arrivée des Chinois à Djibouti comme un pied de nez adressé aux Américains et à leur stratégie du pivot en Asie de l’Est. Développée par Obama pour réduire l’influence chinoise en Asie, elle repose sur une projection militaire américaine accrue en Asie, rendue possible par le retrait progressif d’Irak et d’Afghanistan des forces américaines. Cette nouvelle politique américaine vise à rassurer les nations asiatiques en renforçant les alliances militaires existantes, en développant de nouvelles relations en lien avec une implication plus importante dans les organisations multilatérales.
Selon l’administration américaine, « l’opacité des dépenses et capacités militaires de l’Armée populaire de libération (APL), ou encore l’ambiguïté de Pékin vis-à-vis de la liberté de navigation dans les eaux régionaux, ou le développement d’une diplomatie moins complexée et plus affirmée, justifieraient la nécessité de ce redéploiement des forces militaires américaines ».

Un peu comme un serpent qui se mord la queue, en se positionnant sur le Bad-el-Mandeb avec un important dispositif militaire, la Chine signifie clairement aux Américains et aux Japonais qu’elle est une nation sur laquelle il faut dorénavant compter, et qu’à l’instar des autres forces étrangères installées sur ce corridor maritime, elle contrôle également le verrou du Bad-el Mandeb. Match nul donc !

Comment des forces qui s’épient les unes les autres pourront-elles travailler ensemble à sécuriser la sous-région ? Pour répondre à cette question, nous avons interrogé à Shanghaï Abdallah Abdillahi Miguil, ambassadeur de Djibouti en Chine : « Il est dans l’ADN de Djibouti d’être un îlot de paix dans une région qui est malheureusement la plus tourmentée du continent africain et de la péninsule arabique. Nous n’avons qu’un produit à exporter ici, c’est la paix. Aussi, si nous pouvons d’une manière ou d’une autre contribuer en permettant que le positionnement de bases militaires sur notre territoire, améliore le renforcement et la sécurisation des biens et des personnes, il est de notre devoir d’y répondre. Tous ces pays qui disposent de bases militaires sur notre territoire, concourent au même objectif : promouvoir la paix. Ces bases n’ont pas pour vocation d’attaquer d’autres pays à partir de Djibouti, mais de lutter contre la piraterie, à préserver la circulation du trafic maritime de la deuxième route de commerce du monde et enfin à stabiliser la région. C’est notre modeste contribution à la préservation de la sécurité internationale ».
Dans ce louable programme, l’ambassadeur semble oublier que les drones américains bombardent le Yémen et la Somalie, et que les forces de la coalition conduitent par les Saoudiens souhaitent utiliser les infrastructures djiboutiennes pour lutter contre les houtis… Djibouti est devenue malgré elle une plateforme internationale de lutte contre les grands dangers de ce XXIe siècle : la piraterie, Al–Qaïda, les houtis, les Shebbabs, l’État Islamique, la prolifération des armes légères. L’expérience de la Somalie a servi de leçon, la communauté internationale ne laissera plus d’État s’effondrer.

Les forces armées japonaises et chinoises pourront surmonter leur différend sur les îles Senkaku/Diaoyu et travailler main dans la main sur le territoire djiboutien, si elles poursuivent leurs contacts comme elles ont su le faire dans le cadre du groupe Shared Awareness and Deconfliction (SHADE), mis en place afin de lutter contre la piraterie. C’est une plateforme d’échanges informels qui permet de coordonner les activités et les opérations de sécurisation des convois maritimes. Elle regroupe tous les différents commandements d’opérations navales, à l’exception de l’Iran. En sont membres l’OTAN, les USA, les Européens à travers l’opération Atalanta, les Russes, les Chinois, les Indiens, les Coréens et les Japonais. Rien n’est impossible finalement et Djibouti dans cette formidable partie d’échec, il faut le reconnaître, sait tirer son épingle du jeu, volens nolens

Les retombées économiques attendues
Les investissements chinois sont les plus importants jamais consentis à la république de Djibouti par une autre nation en un laps de temps aussi court. Il est question ici de deux aéroports, quatre ports en eaux profondes, de deux nouvelles voies ferrées, tous en cours de réalisation… Les projets à l’étude, ainsi que les aides indirectes sous forme de don sont encore plus nombreux. Ils devraient être signés probablement d’ici la fin de cette année, à l’occasion du Sommet Chine-Afrique entre le chef de l’État, Ismaïl Omar guelleh, à son homologue chinois, Xi Jinping, à Johannesburg (Afrique du Sud).
De nombreux observateurs, notamment le FMI et la Banque mondiale, ont été les premiers à mettre en garde les autorités sur le risque à accepter autant de financements à des taux non concessionnels, avec le risque latent de voir Djibouti dans l’incapacité de pouvoir les rembourser. Ces institutions devraient-être rassurées, puisque le montant des redevances attendues permettront de garantir le remboursement des sommes dues. Les autorités djiboutiennes n’ont pas communiqué à ce jour les termes de l’accord ni le montant de l’allocation que devrait recevoir Djibouti pour les facilités accordées. On peut imaginer qu’il ne sera pas en deçà de la somme dont s’acquitte les forces américaines, à savoir 63 millions de dollars annuels, auxquelles s’ajoutent les nombreuses aides et dons sans contreparties du gouvernement américain en faveur des secteurs sociaux prioritaires. Concernant cette question sur le montant des redevances attendues, le gouvernement devrait communiquer cette information essentielle dans les meilleurs délais, elle concerne la population djiboutienne au premier chef.

Djibouti doit s’attendre - et donc se préparer en conséquence - à une ruée vers l’or sur ses côtes… Tous les hommes d’affaires chinois que nous avons rencontrés tout au long de notre périple en Chine le concèdent : ils sont sur les starting block, prêts à débarquer dans la foulée des bottes des forces militaires chinoises pour investir à Djibouti. Hormis le projet de Touchroad, tous les projets chinois qui sont développés à Djibouti, sont financés par des prêts d’État contractés auprès du gouvernement chinois. He Liehui, PDG de Touchroad, est le premier et le seul investisseur privé chinois sur le territoire djiboutien à avoir engagé ses deniers personnels. D’autres en nombre arrivent, rassurés par la présence de GI’s chinois, dont notamment Song Zigao, PDG de New Energie Science and Technologie Co Ltd, que nous avons rencontré dans la ville portuaire de Ningbo, en Chine. « Je me suis rendu à Djibouti déjà une première fois pour tâter le terrain : cela fait trois ans que je veux y investir sous la forme d’une joint venture avec un partenaire djiboutien dans le domaine du solaire. Je dois reconnaître que l’annonce par la presse chinoise de l’arrivée de nos forces nationales à Djibouti, a été le déclencheur… Le marché chinois commence à saturer, je veux m’ouvrir sur l’extérieur. Je compte injecter un milliard de $US à Djibouti dans les cinq prochaines années, dont 200 millions de $US dès la première année, à la clé cela sera 350 emplois directs et immédiat. Je compte construire une importante unité de production de panneaux solaires photovoltaïques à Obock ».

La balle est dans le camp du gouvernement. Ismaïl Omar Guelleh a aujourd’hui, mieux que quiconque, toutes les cartes en main pour faire de Djibouti dans les six années à venir le Singapour de l’Afrique. Il lui appartient de mettre le pays sur les rails, en ordre de bataille, mais pour cela il lui faudra se résigner bon gré mal gré, à procéder a un grand ménage de printemps en changeant en profondeur son gouvernement, et plus encore, la méthode de gouvernance, et en mettant enfin les hommes qu’il faut, là où il faut ; la présidence de la République n’a pas vocation à cumuler toutes les fonctions régaliennes. Le conducteur de la locomotive que les Djiboutiens choisiront dans un an doit être un candidat motivé pour le job, prêt à mouiller sa chemise et à se remettre en question lorsqu’il le faut, et qui devra s’engager à assurer une meilleure répartition des richesses.

Mahdi A., envoyé spécial à Ningbo, Chine.


[1Dans la première moitié du XVe siècle, sept expéditions militaires chinoises, comprenant peut-être entre 20 et 40 000 hommes, sont envoyées vers l’océan Indien. Deux au moins atteignent l’Afrique orientale (FX Fauvelle,Le rhinocéros d’or, Paris, Alma, Folio, 2013, p. 29-37).

[2La CTF 151 est une force opérationnelle navale multinationale créée en janvier 2009 pour mener des opérations de lutte contre la piraterie dans le golfe d’Aden et au large des côtes de la Somalie.

[3Le produit intérieur brut (PIB) de Djibouti est estimé à 1,456 milliard de $US en 2013 par la Banque mondiale.

 
Commentaires
L’armée chinoise débarque à Djibouti !
Le 24 mai 2015, par Kassim Abdillahi Waiss.

Salut, je m’appelle Kassim Abdillahi Waiss, un Jamagarato de Weah vivant aux USA. Je voudrai feliciter Mr Mahdi Ahmed pour ce travail remarquable de journaliste professionnel impartial. Vous mettez en ligne des articles exceptionnels dont la seule presse du pays ne veut pas en parler six Djiboutiens. Continuez frere comment et nous sommes nombreux a lire vos articles. Congratulations


L’armée chinoise débarque à Djibouti !
Le 24 mai 2015, par Amora.

Frere j’ai publie ton article sur facebook


L’armée chinoise débarque à Djibouti !
Le 24 juin 2015, par .

bravo trere


L’armée chinoise débarque à Djibouti !
Le 28 juillet 2015, par warsama Osman.

Tres bon article. J’apprecie fortement votre journalisme Monsieur Mahdi. Je.suis devenu un adepte de votre page "Human village". Je vous presente mes encouragements pour la suite et felicitations !

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
« Au nom de tous les miens »
 
Grand Oral du Premier ministre, saison 2
 
L’UMP remporte largement les élections locales
 
He Liehui, un partenaire providentiel
 
Djibouti, un géant énergétique en devenir ?
 
En aparté avec M. He Lieuhui
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |