Human Village - information autrement
 
Déclaration de Mohamed Siad Doualeh
 

Déclaration de Mohamed Siad Doualeh, ambassadeur et représentant permanent de la République de Djibouti aux Nations unies à l’occasion du débat des élections du groupe africain du CSNU 2020

Pour commencer, permettez-moi d’exprimer notre gratitude à la FMANU pour l’opportunité de souligner les réalisations et les contributions de Djibouti à la paix et à la sécurité internationales. Nous avons suivi avec un vif intérêt le début de cette initiative pionnière visant à améliorer la transparence et la responsabilité. Votre intention d’inviter des candidats qui n’ont pas de concurrent au sein de leur région constitue un développement bienvenu.
Puis-je me permettre d’appuyer une suggestion qui a été faite par mon bon ami Djani, ambassadeur d’Indonésie, d’inclure non seulement les sièges contestés mais également tous les aspirants candidats au CSNU ?
Je n’avais pas l’intention de soulever la question de l’approbation dans le cadre de ce débat, mais comme elle a déjà été posée, permettez-moi de dire ceci :
- Il n’y a pas de candidat africain approuvé.
- Les candidats africains sont approuvés par les chefs d’État et de gouvernement de l’UA et Djibouti a contesté avec succès cette affirmation lors de la 33e réunion du sommet de l’UA qui s’est tenue à Addis-Abeba, en Éthiopie en février 2000.
Permettez-moi de commencer par une brève réflexion sur le voyage passionnant que Djibouti a entrepris depuis son indépendance en 1977. Les perspectives d’avenir de Djibouti étaient largement jugées sombres à la lumière des défis auxquels la jeune nation est confrontée. Dans son article sur l’indépendance du 49e État africain, le New York Times a écrit, et je cite : « La nouvelle nation n’a pas d’armée, possède moins de 260 hectares de terres arables et n’a aucune ressource hormis du sable, du sel et 20 000 chameaux ».
Aujourd’hui, 43 ans plus tard, Djibouti est fière d’affirmer qu’elle a construit une nation cohérente, résiliente et capable. Une nation qui s’est positionnée comme un partenaire fiable pour la paix et une force pour le bien dans la région et sur la scène internationale.
C’est un pays qui a identifié plusieurs priorités de développement visant à devenir un hub régional commercial, de services et logistique majeur, ainsi qu’un hub numérique. Les perspectives économiques à moyen terme sont restées positives et la croissance du PIB devrait atteindre 7,5% en 2020 avant d’accélérer à 8,0% en 2021-2023. Covid-19 a eu un impact négatif sur les perspectives macroéconomiques à court terme. Nous sommes convaincus que nous reconstruirons et continuerons de favoriser une croissance forte et inclusive.
Djibouti est cité comme l’un des pays les plus performants en termes de tests et de traçage des contacts. Ce virus a coûté la vie à tellement de personnes à New York et dans le monde ! Je voudrais rendre hommage à leur mémoire - qu’ils reposent en paix.

Vos Excellences, chers amis,
Djibouti a siégé pour la dernière fois au Conseil il y a plus de deux décennies en 1993-1994, à un moment très crucial pour la paix et la sécurité mondiales. La fin de la guerre froide a en effet eu un impact sur la sécurité africaine. On est passé des conflits entre les états pendant la guerre froide à des conflits au sein des états dans de nombreuses régions du continent, entraînant parfois l’effondrement des institutions étatiques, y compris dans notre région, la Corne de l’Afrique.
Djibouti a convoqué la première Conférence nationale somalienne en 1991 pour aider à former un gouvernement, mais le résultat a été torpillé par des acteurs contre la paix, sapant ainsi pendant des décennies les chances de rétablir la paix et la sécurité.
Vingt-cinq ans plus tard, la Corne de l’Afrique continue de faire face à des défis mais bénéficie également d’immenses opportunités. Ses quatre états ont entrepris des mesures concrètes vers une plus grande intégration économique.
Djibouti est heureux d’avoir accueilli la réunion ministérielle de suivi de l’initiative BM-BAD en janvier 2020 afin d’approfondir la conversation sur la manière de réaliser l’ensemble des projets et programmes prioritaires que les pays ont identifiés avant le Forum sur le financement qui se tiendra l’année prochaine.

Chers amis,
C’est dans ce contexte que Djibouti a lancé sa candidature pour obtenir un siège au CSNU pour la période 2021-2022.
Nous sommes encouragés, inspirés et portés par les développements positifs dans la région. Ces succès et ces réalisations renforcent notre détermination à servir la région, le continent africain et la communauté mondiale, et à unir nos efforts pour bâtir un monde plus sûr, sécurisé, plus prospère et plus durable.
Djibouti a toujours été un membre actif et engagé des Nations unies et a contribué à bien des égards aux problèmes existants et émergents dans la paix et la sécurité internationales, notamment en ouvrant son territoire aux armées des grandes puissances engagées dans la lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime. Il a un engagement constant et historique envers les Nations Unies. En fournissant des contingents, Djibouti est un pays respecté qui s’est toujours engagé à protéger les populations civiles. Actuellement, les casques bleus djiboutiens participent à de nombreuses opérations mandatées par les Nations Unies dans la MINURSO, la MINUSCA, la MINUSTAH, la MINUAD, la MONUSCO et l’AMISOM.
Djibouti est de loin le membre du FOSS ayant la plus forte proportion de sa population nationale déployée comme soldats de la paix. Plus particulièrement, les soldats djiboutiens de l’AMISOM ont acquis une réputation positive en utilisant leurs connaissances locales et leurs liens linguistiques et culturels avec la Somalie pour aider à résoudre les différends dans leur zone d’opérations. En outre, Djibouti fournit des besoins de formation essentiels pour le personnel de maintien de la paix dans la phase de pré-déploiement.
Nous sommes disposés à fournir davantage de femmes casque bleus pour atteindre les objectifs fixés par l’ONU.
La plupart des casques bleus de l’ONU sont désormais déployés dans des environnements francophones. C’est pourquoi Djibouti est prêt à offrir son infrastructure pour aider à dispenser une formation à d’autres pays francophones.

Vos Excellences,
Djibouti a accueilli en 2000 la Conférence nationale pour la paix en Somalie, conférence novatrice de l’IGAD dirigée par Djibouti, qui a conduit à la formation du premier gouvernement à reprendre le siège de la Somalie à l’ONU après une longue absence. Djibouti a servi à trois reprises en tant que membre du Conseil de paix et de sécurité de l’UA et joue un rôle crucial dans la mise en œuvre de l’initiative pour faire taire les armes à feu. Djibouti vient d’être réélu au même organe lors du 33e Sommet de l’UA pour une période de deux ans se terminant en avril 2022. Djibouti a accumulé des connaissances, de l’expertise et de l’expérience. Il a la passion, la motivation et l’engagement de servir en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour la période 2021 - 2022.
En raison de sa position géostratégique ouverte sur la mer Rouge, la mer d’Arabie, l’océan Indien et le golfe d’Aden, Djibouti est devenue une plaque tournante de la lutte contre le terrorisme, la piraterie maritime, les autres menaces transitoires des opérations de lutte contre le terrorisme, ainsi que du transport maritime mondial, de la croissance économique et de la stabilité régionale. Depuis son indépendance, Djibouti a généreusement accueilli des réfugiés et des migrants des pays voisins, dont le Yémen.

Vos Excellences,
Invités distingués,
chers amis,
S’il est élu, Djibouti travaillera avec les membres permanents et non permanents du Conseil de sécurité des Nations unies pour aider à résoudre les nombreuses menaces sécuritaires critiques et autres problèmes épineux du monde d’aujourd’hui. Il encouragera vigoureusement les efforts visant à faire respecter le droit international dans le contexte du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Djibouti continuera de soutenir les discussions au Conseil de sécurité pour relever les défis contemporains tels que le changement climatique, la famine, les maladies pandémiques, le crime organisé transnational, la cybersécurité, etc. Il est essentiel que le Conseil de sécurité continue d’assumer sa responsabilité principale, en particulier de résoudre les crises dans des situations spécifiques à un pays et d’améliorer les opérations de maintien de la paix, ainsi que d’élaborer de nouvelles stratégies pour la génération de force afin de relever les défis prévisibles du maintien de la paix au XXIe siècle.
Djibouti demande humblement le soutien des pays à la candidature d’une nation pacifique, disposée à coopérer avec les pays du monde entier dans les efforts mondiaux pour revitaliser le multilatéralisme.
Nous restons intimidés et humbles devant les exigences d’une telle tâche, mais ses avantages dépassent largement les efforts nécessaires !
Djibouti est un partenaire fiable ! Djibouti est une force pour le bien !

Je vous remercie.

Remarques de clôture
Merci encore de nous avoir invités. Cet exercice a été extrêmement utile. Nous le considérons comme un exercice pratique qui nous aide à mieux comprendre les attentes des autres États membres de l’ONU et des représentants de la société civile. Djibouti poursuivra un certain nombre de domaines prioritaires comme mentionné dans les différents documents de campagne et comme nous en avons discuté lors du dialogue interactif d’aujourd’hui. Djibouti s’engage à promouvoir un ordre international fondé sur des règles, qui a évolué au cours des siècles et a pris sa forme actuelle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Cet ordre est aujourd’hui remis en question. Les règles établies de longue date sont de plus en plus contournées. Lorsque le droit international est ignoré, les menaces contre la paix et la sécurité internationales prolifèrent.
Djibouti est conscient qu’il cherche à rejoindre le Conseil à un moment où son efficacité et sa légitimité sont menacées par des divisions politiques persistantes. Nous partageons tous la frustration de voir les défis auxquels le Conseil est confronté dans ses efforts pour adopter une résolution sur le Covid-19. Cela témoigne également de l’absence de progrès significatifs dans toutes les situations spécifiques à un pays inscrites à l’ordre du jour du Conseil, à la frustration de nombreux partenaires, y compris de nombreuses organisations humanitaires qui doivent faire face aux conséquences dévastatrices en termes de pertes en vies humaines et de destruction de biens. Tout en reconnaissant ces défis de taille et en tenant compte des contraintes auxquelles sont confrontés les membres élus du Conseil, Djibouti est déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour faire avancer les choses. Le Conseil de sécurité peut et doit faire davantage pour faire face à ces menaces.
Je vous pose la question : et si le Conseil n’existait pas ? Dans quel genre de monde vivrions-nous ? Un monde certainement bien plus dangereux ! Nous avons besoin que le Conseil de sécurité s’attaque aux nombreuses menaces sécuritaires transnationales telles que le terrorisme, la cybersécurité et les pandémies, pour n’en citer que quelques-unes. Regroupons nos efforts et travaillons ensemble pour construire un Conseil de sécurité plus efficace, un organe politique qui a à cœur la sécurité collective et qui ne se dérobe pas à sa responsabilité de suivre la mise en œuvre de ses propres décisions.
Encore une fois, il n’y a pas de candidat africain. Selon les règles de l’UA, Djibouti est incontestablement le seul candidat africain légitime. Les pays ne peuvent pas simplement franchir la ligne d’arrivée et construire une campagne sur une base aussi fragile (voir la note en annexe).
Pourquoi les petits États devraient-ils s’effacer ? Si les règles ont fourni des critères objectifs dans le passé, rien ne justifie de les abandonner dans le présent.
La ville de New York devrait répondre aux critères de l’État de New York et commencer sa réouverture dans la première moitié de juin. Pendant que vous traversez cette période d’attente, permettez-moi de vous exprimer mes meilleurs vœux. Restez en sécurité et portez-vous bien.

Je vous remercie.

Mohamed Siad Doualeh
Mercredi 27 mai 2020

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
En aparté avec… Arnaud Guillois
 
Hayat Al-Baidhani voudrait obtenir l’asile au Canada
 
Djibouti et la France : un partenariat stratégique fait pour durer
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |