Human Village - information autrement
 
Inauguration du nouveau siège de la BCIMR
mars 2021 (Human Village 41).
 

Le 1er mars 2021 était inauguré le nouveau siège de la Banque pour le commerce et l’industrie-Mer Rouge (BCI-MR), en présence de nombreuses personnalités djiboutiennes et étrangères, dont le chef de l’État Ismaïl Omar Guelleh.
À cette occasion, l’ambassadeur Arnaud Guillois, a organisé ensuite une réception dans la soirée à la résidence de France, en l’honneur de Oliver Klein, directeur général du Groupe BRED. L’occasion était trop belle pour ne pas souligner le succès de la visite officielle du chef de l’État à Paris à l’invitation d’Emmanuel Macron. L’entente entre les deux pays serait, selon les mots de l’ambassadeur ,« renforcée », et le climat « au beau fixe ».

Discours de Régis Barriac, directeur de la BCIMR

Excellence Monsieur le président de la République, Ismaïl Omar Guelleh

Madame la Première dame, Kadra Mahamoud Haïd

Excellence Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le président de l’Assemblée nationale,
Mesdames et messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et messieurs les membres des corps diplomatiques,
Messieurs les officiers et officiers généraux des forces djiboutiennes et françaises,
Monsieur le directeur général du Groupe BRED, Olivier Klein
Monsieur le directeur de l’International du Groupe BRED et président du CA de la BCIMR, Stéphane Mangiavacca
Monsieur le gouverneur de la Banque centrale, Ahmed Osman
Chers clients, distingués invités,

Salam aleykoum wa rahmatullah wa barakatuhu

Je suis très honoré de vous accueillir à l’ombre de ce bel édifice, le nouveau siège social de la BCIMR
Les symboles ne sont jamais par hasard  : comme un arbre centenaire la BCIMR a ses racines bien ancrées dans le sol djiboutien depuis 1954 et comme cet immeuble vers le ciel de nouvelles branches poussent avec des nouveaux bourgeons à Obock, à Dikhil et à Arta. Quatorze branches vigoureuses portées par un tronc solide, notre nouveau siège.
Oui la BCIMR est une banque puissante, la première du pays pour servir le pays, les Djiboutiens, les grands projets comme les jeunes entrepreneurs.
La BCIMR est une banque djiboutienne au sein du groupe BRED actionnaire à 51% et avec la bienveillance de l’état djiboutien actionnaire à 33%.

Il y a un peu plus de neuf mois, je posais le pied sur cette terre baignée de soleil, une terre hospitalière où l’accueil fut tout de suite chaleureux. Un pays francophone et francophile, avec des liens très forts et un pays fier de son indépendance et des accomplissements réalisés. Une terre de projets  : les ports bien sûr, le cordon ombilical vers l’Éthiopie, mais aussi les télécoms et l’énergie et demain l’énergie renouvelable dont le pays va devenir un des champions africains.

La BCIMR banque leader et banque internationale veut accompagner le développement du pays dans les meilleurs standards internationaux, attirant ainsi les investisseurs du monde entier par sa présence solide.
La BCIMR c’est la banque de tous les Djiboutiens, favorisant l’inclusion bancaire par sa présence sur tout le territoire, à Djibouti ville et dans toutes les régions
En novembre dernier ce fut un accueil plus que chaleureux quand la BCIMR ouvrit ses portes à Obock, première banque à s’implanter dans cette belle région du Nord. Et demain je sais que l’accueil sera chaleureux à Dikhil, la ville de l’unité, le 13 mars prochain quand nous ouvrirons notre agence.
Oui ce nouveau siège porte toutes les ambitions et l’horizon prometteur de la BCIMR à Djibouti. Je voudrais m’adresser à tous les collaborateurs de la BCIMR  : ce siège est aussi pour eux, des conditions sociales et des conditions de travail sans commune mesure avec le passé de la Place Lagarde. Une pensée pour ce siège historique où la BCIMR a prospéré mais où les hommes et les femmes qui font la BCI étaient un peu à l’étroit
Ici sur quatre étages et un espace dédié au personnel au cinquième étage, je fonde l’espoir et la certitude de temps encore meilleurs, dans une convivialité et un confort de travail toujours améliorés.
Oui ce siège il est aussi pour nos collaborateurs, les fidèles, les loyaux et les plus jeunes car il est au cœur de notre marque employeur pour attirer tous les talents djiboutiens, en particulier les jeunes diplômés.
Je suis vraiment très fier d’avoir la chance de travailler avec vous toutes et vous tous au quotidien.

Enfin chers clients qui nous faites le plaisir d’être là ce matin, ce siège est le vôtre pour un meilleur accueil, une commercialité retrouvée et une meilleure qualité de service.
Je suis ravi de vous y accueillir avec mes équipes pour écouter vos projets, les comprendre et y apporter les bonnes solutions.
Et maintenant au travail, avec intensité, pour vous donner le meilleur de la BCIMR.

Je vous remercie.


Discours d’Oliver Klein, directeur général du Groupe BRED

Excellence Monsieur le président de la République, Ismaïl Omar Guelleh
Excellence Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le président de l’Assemblée Nationale,
Mesdames et messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et messieurs les membres des corps diplomatiques,
Messieurs les officiers et officiers généraux des forces djiboutiennes et françaises,
Monsieur le directeur de l’International du Groupe BRED, Stéphane Mangiavacca
Monsieur le gouverneur de la Banque Centrale, Ahmed Osman
Chers clients,
Distingués invités,

Je suis vraiment très heureux qu’on puisse faire cela ensemble aujourd’hui et je tiens à remercier particulièrement le président de la république d’avoir accepté le haut patronage de cette inauguration officielle de notre siège.
C’est pour moi un très grand plaisir d’être à nouveau à Djibouti, j’y étais la semaine antérieure au 25 décembre à la fin de l’année dernière et j’ai eu le très grand plaisir de retrouver le président de la République à Paris, je pense, dans un magnifique voyage et j’étais très heureux d’être de la délégation MEDEF qui a pu recevoir le président et nombre d’invités ici pour présenter les réalisations et j’ai pu témoigner de ce que nous y faisions et l’intérêt de Djibouti, je ne vais pas répéter tout ce que j’ai dis naturellement, je voulais simplement souligner à nouveau, pour moi le formidable intérêt géostratégique de Djibouti et l’extraordinaire façon dont les dirigeants djiboutiens utilisent cet avantage géostratégique au bénéfice du pays.
Et puis c’est un très grand plaisir et un honneur pour moi-même, à vos cotés, d’inaugurer officiellement ce nouveau siège. Qui a une histoire, on le sait, mais une histoire qui finit bien.
Et ce nouveau siège, c’est en fait une façon pour nous tous, de reconnaitre le rôle, à sa vrai hauteur, de la BCIMR à Djibouti.
Notre siège ancien était effectivement tout a fait bien placé, mais il était devenu un peu vétuste en plus d’être un peu étroit et c’est d’une certaine manière et même d’une manière certaine une façon très symbolique pour nous, en étant ici, maintenant, dans ce nouveau siège de donner l’importance réelle de la BCIMR et de sa modernité au sein de la République de Djibouti.
C’est aussi l’image que l’on donne aux clients, qui est fondamentale, et puis c’est l’image qu’on donne aussi aux salariés de la banque et, ça, n’est pas moins important. Image à la hauteur de ce qu’ils sont : professionnels, compétents, dynamiques, modernes et exigeants sur la qualité du service. C’est aussi cela que l’on cherche à défendre, cette différentiation, qui nous permet, je crois, d’être toujours et pour longtemps la première banque du pays.
La BCIMR est une belle et grande banque djiboutienne, la première, ça a été rappelé par le directeur général, où la BRED est majoritaire aux cotés notamment de l’état djiboutien et cette alliance fonctionne très bien et j’en remercie vraiment le président de la République.

Je ne peux pas être ici et ne pas vous présenter un tout petit peu le groupe BRED, parce que la BCIMR est bien connu de vous tous et Régis en a rappelé les caractéristiques essentielles.
Le groupe BRED, c’est un membre, actionnaire, du groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d’Épargne) qui est le deuxième groupe bancaire sur le territoire français mais aussi une des vingt premières banques mondiales.
Le groupe BRED en son sein a 6000 collaborateurs, 2000 hors de France, 4000 en France en métropole et dans les DOM, nous sommes 250 salariés en Guadeloupe, 250 salariés en Martinique 250 salariés à la Réunion, à Mayotte, nous sommes en Guyane et puis naturellement en métropole. Nous sommes dans la banque de détail, de particuliers, la gestion privée et professionnelle, les PME, mais aussi nous avons une direction de banque de grandes entreprises, nous avons une salle de marché, nous avons une compagnie d’assurance vie, une société d’asset management, une fineteck même qui fait de la signature électronique, du KYC, je dis ça pour le banquier central, c’est très important, le Know Your Customers qui raccourcie les délais de manière extraordinaire et puis nous avons bien-sur des banque hors de France. Nous avons 2000 collaborateur hors de France, comme je le disais, nous sommes en Suisse à Genève, pour faire du trade finance, nous somme une banque de plus en plus importante là-bas, nous sommes dans la corne de l’Afrique à Djibouti avec un bureau à Addis-Abeba, avec peut-être des possibilités dans le moyen-long terme de développer un banque ensemble, M. le président de la République. Nous sommes en Asie du sud-est, nous avons une banque au Laos, au Cambodge, un bureau au Myanmar, alors évidement en ce moment c’est un petit peu plus délicat mais les choses passeront et puis nous serons, j’espère, au Vietnam, où nous travaillons pour obtenir une licence sde banque complète et cela dépend du congrès qui se tient ces mois-ci du parti communiste vietnamien, qui va décider de cela. Et puis nous sommes dans le Pacifique où nous sommes d’abord en Nouvelle-Calédonie où nous avons la première banque. Au Vanuatu, où nous avons la première banque et nous sommes à Fidji où nous développons beaucoup et nous sommes aux iles Salomon. Nous avons une participation à Tahiti (ça c’est pour faire rêver, c’est une participation minoritaire). Nous avons notre propre informatique dans le groupe BPCE, nous sommes les seuls, c’est crucial. Nous avons 350 informaticiens à Paris, 200 à Bangkok, qui servent toutes nos banques à l’étranger. Bangkok étant un juste milieu entre le Pacifique et la corne de l’Afrique. Nous avons 5 milliards de capitaux propres, nous avons un ratio de solvabilité très élevé de 17%, le banquier central, j’espère, appréciera.
Et partout dans le monde, comme à Djibouti bien sûr, le groupe BRED répond aux réglementations nationales des pays, règlementations bancaires, règlementations de conformité mais aussi à celles de la BCE qui est exigé y compris sur tout les territoires sur lesquels nous pouvons exercer nos métiers de banquier.
Monsieur le président de la République cela a parfois quelques inconvénients, vous me le rappeler de temps en temps, parce que ces règlementations, très utiles, sont parfois bien contraignantes. Mais ça a aussi beaucoup d’avantages, souvent supérieurs aux inconvénients, en général nous portons les choses de façon favorable pour le pays, et puis c’est bien aussi pour l’attractivité des investisseurs étrangers, d’avoir des banques aux standards internationaux. C’est bien aussi pour ses clients, les clients djiboutiens, les particuliers pour la sécurité de leurs avoirs, pour le entreprises et qui plus est pour celles qui travaillent à l’international, je n’aurais pas besoin de le rappeler, la compensation en dollars à la BRED se fait directement avec les grandes banques américaines, aux États-Unis, avec un lien direct et une facilité d’exécution, les crédits documentaires sont important aussi avec l’acceptation par les banques étrangères et évidemment avoir une banque aux standards internationaux permet davantage, beaucoup des groupes ici le savent. Et puis la sécurité des flux et des placements, naturellement, de nombreuses entreprises à Djibouti le savent parfaitement bien. Les normes internationales sont des plus en plus prégnantes et de plus en plus exigées.

Sur un autre plan et plus agréable à vivre en permanence, le groupe BRED c’est des relations de long terme avec ses clients, partout, des relations de partenariat où nous essayons toujours de comprendre et d’anticiper les besoins, un modèle de relation globale, et de compétence de ses collaborateurs pour apporter la valeur ajouté, attendue par les clients, qui monte tout le temps, leurs niveaux d’exigence étant de plus en plus élevée ce qui est bien normal.
Nous sommes installés pour longtemps, très longtemps là où nous sommes, nous cultivons sur les territoires et dans les pays dans lesquels nous sommes, cette présence. Nous cultivons notre capacité de faire bien de la banque et en fait nous sommes en osmose avec les territoires et les pays dans lesquels nous sommes. Si le pays va bien, notre banque va bien et si notre banque va bien, elle contribue à ce que le pays aille bien en finançant encore mieux son économie et sa croissance.
Notre destin est lié aux pays dans lesquels nous sommes, et nous sommes heureux de pouvoir croiser nos destins et d’être en osmose avec les pays dans lesquels nous sommes.
Donc le groupe BRED, aux cotés de l’état djiboutien, est heureux via la BCIMR de vous accompagner ici, particuliers et entreprises, à Djibouti comme pour vos opérations internationales, et heureuse d’accompagner l’économie du pays, et je ne peux pas ne pas citer les belles entreprises publiques aussi que nous accompagnons fortement également.
Et un peu partout où nous sommes dans le monde et en France pour commencer, nous sommes à la BRED, de modeste certes, mais actifs ambassadeurs de Djibouti.
Que la BCIMR et la BRED aux cotés de l’état djiboutien œuvrent pour longtemps et de manière profitable pour toutes les parties prenantes (les clients, les salariés les entreprises, les actionnaires, le pays) au développement de Djibouti.

Merci beaucoup à tous,
Merci Monsieur le président de la République.


Discours de Ahmed Osman, gouverneur de la Banque centrale de Djibouti

Bismillahi al rahman al rahim, Al salat wa salam qala Rasul’Allah,

Monsieur le président de la République,
Madame la Première dame,
Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le président de l’Assemblée Nationale,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Honorables députés,
Mesdames et Messieurs les élus locaux et régionaux,
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs et représentants du corps diplomatique et des organisations internationales,
Monsieur le directeur général de la BRED – Banque Populaire,
Monsieur le directeur général de la BCI-MR
Honorables invités,

Assalam ‘Alaïkoum Wa RahmatuAllahi Wa Barakatou,

C’est pour moi un grand honneur et un insigne privilège de prendre la parole, ce jour, devant cette auguste assemblée, réunie pour inaugurer le nouveau siège de la Banque pour le Commerce et l’Industrie - Mer Rouge.
C’est aussi pour nous, autorités monétaires, une grande satisfaction de vous retrouver, une fois de plus, à l’occasion de cet évènement qui confirme l’inexorable essor de notre place financière.
En effet, après les nombreuses inaugurations d’établissements bancaires sur notre sol, nous célébrons aujourd’hui, au-delà de l’installation d’un nouveau siège, la formidable aventure d’une banque pionnière à Djibouti.
Aussi, m’associant à la haute direction de la BCI-MR, il m’est agréable de vous souhaiter, à toutes et à tous, la bienvenue dans ce splendide bâtiment qui est désormais le siège de la Banque.

A cet égard, je tiens tout particulièrement à saluer la présence parmi nous du président de la République, Son Excellence Monsieur Ismaël Omar Guelleh.
Monsieur le président, je vous adresse au nom de la profession, nos plus vifs remerciements pour votre présence parmi nous, en dépit de votre agenda que nous savons très chargé, et vous souhaitons, à vous-même et aux personnalités qui vous accompagnent, une chaleureuse bienvenue.
J’aimerais également souhaiter la bienvenue à son Excellence Monsieur Arnaud Guillois l’ambassadeur de la République française à Djibouti, à Monsieur Olivier Klein, directeur général de la BRED–Banque Populaire, ainsi qu’à Monsieur Stéphan Mangiavacca, président du Conseil d’administration de la BCIMR.

Honorables invités,
La BCI-MR n’est plus à présenter, cette banque faisant partie de notre histoire économique et financière depuis fort longtemps. Présente depuis 1957 sur le territoire, devenue filiale de la BRED, après son rachat en 2007 à la BNP-Paribas, la BCI-MR est une banque commerciale à vocation universelle, et la seule qui compte une participation de l’État djiboutien. Solidement adossée à cet actionnariat, elle compte actuellement une quinzaine d’agences réparties sur l’ensemble du territoire national et un bureau de représentation en Éthiopie et au Somaliland. Banque leader, elle a, en outre, fortement contribué, au financement de l’économie et à la professionnalisation du secteur
Enfin, sur un tout autre plan, la BCI-MR constitue une excellente illustration des nombreux liens privilégiés de partenariat entre la France et Djibouti, qui viennent d’ailleurs d’être raffermis par la toute récente rencontre entre les deux chefs d’ Etats, les présidents Ismael Omar Geulleh et Emmanuel Macron.

Distingués invités,
Dans le contexte actuel d’incertitudes, lié à la pandémie de coronavirus, notre économie a su faire preuve de résilience et d’adaptation, grâce notamment aux importantes mesures de soutien mises en place par les autorités nationales, dans le cadre du plan national de relance avec l’appui de certains de nos partenaires internationaux. Ainsi, selon le Rapport Global Economic Prospect de la Banque mondiale, Djibouti devrait connaitre en 2021 la plus forte croissance économique en Afrique avec un taux prévisionnel de 7,1%. (moyenne en Afrique entre 2,7 et 3,6 %).
Cette perspective et les performances des années antérieures ne sont pas le fruit du hasard, mais découlent d’une vision et d’une stratégie bien réfléchie, déployée sous le leadership du président de la République, Ismaël Omar Guelleh. En effet, dépourvu de richesses naturelles et soumis à une nature exigeante et aride, notre pays a su tabler sur son principal atout, à savoir sa position géostratégique, en y érigeant un modèle de croissance et de développement singulier basé sur une offre portuaire et logistique unique. Dans cette voie, Djibouti s’est engagé dans la modernisation de sa législation, de son système financier et la réalisation d’infrastructures performantes adaptées aux exigences du marché international.
C’est l’essence de tous les projets de croissance et d’expansion en cours, que je cite sans être exhaustif (ports, zones franches, énergies renouvelables, parc industriel de Damerjog, chantier de réparation naval, centre d’affaires international, etc.).
Aussi pour mieux coordonner les actions du moment, du moyen et du long terme, notre pays s’est doté tout dernièrement d’un nouvel instrument financier, le fonds souverain de Djibouti qui, devra permettre aussi de mutualiser les richesses du pays et leur partage, d’agir en partenariat sur des projets d’investissements internationaux, de soutenir le secteur privé au niveau national, et de constituer progressivement une épargne aux générations futures comme le font les institutions financières internationales de même nom.
C’est dire combien l’environnement économique général de Djibouti s’inscrit dans un cadre dynamique et attrayant pour évoluer et aborder sereinement l’avenir.

Mesdames et Messieurs,
Sur le plan financier et dans le contexte actuel marqué par la pandémie du Coronavirus, notre secteur bancaire est demeuré relativement résistant et solide, comme l’attestent les indicateurs financiers.
Les importantes mesures prudentielles et réglementaires, que nous avons rapidement adoptées pour faire face aux chocs induits par la pandémie ont contribué à la résilience de l’activité et des équilibres dans ce secteur, qui a à son tour soutenu les particuliers et entreprises touchées par la crise conséquente à cette pandémie.
Aujourd’hui, les banques de la place retrouvent progressivement leurs niveaux d’activités, mais elles restent exposées à d’éventuels chocs sanitaires ou économiques, tant l’environnement international est sujet à beaucoup d’incertitudes. Hormis ce contexte particulier, notre secteur financier s’illustre, depuis plusieurs années, par une formidable expansion, dans le sillage de la forte croissance de l’activité économique nationale dans son ensemble.
Pour maintenir cette dynamique et, après tous les efforts du gouvernement, en termes de réformes et d’investissements, pour asseoir la compétitivité et la croissance du pays, il est plus que jamais le tour des investissements privés de prendre le relais pour soutenir durablement la croissance. Et pour cela, le rôle des banques de la place est primordial. Oui, certes la multiplication des opérateurs et la densification des activités bancaires alimentent notre croissance ; mais insuffisamment au regard des besoins en financement patents dans les divers secteurs de notre économie.

Distingués invités,
Pour sa part la BCD, en qu’autorité monétaire ne se limite pas à exhorter les Banques à financer davantage l’économie, mais agit aussi pour accroitre leurs capacités et leur résilience :
1. Par le renforcement de la stabilité financière à travers le réglage des paramètres de gestion et de surveillance,
2. Par la modernisation des infrastructures et des moyens de paiements, la digitalisation, et l’introduction du mobile money,
3. Par l’amélioration de l’environnement et la réputation de la place en matière de lutte contre le Financement du terrorisme et Blanchiment,
4. Par la participation à la construction de grands espace économiques à travers les travaux des gouverneurs des pays du COMESA que nous avons l’honneur de diriger depuis trois ans,
5. Et enfin, par la mise en place d’un vaste programme d’inclusion et d’éducation financière du public et la protection des consommateurs.

Excellence, Monsieur le président,
Honorables invités,
Pour conclure, mon propos laissez-moi vous dire ou vous confirmer ce que vous savez déjà : Djibouti traverse un tournant décisif dans son ascension et développement économique. Par conséquent, il nous appartient à tous, de continuer à nous mobiliser pour l’assoir définitivement dans la durée et le rendre plus inclusif. Et pour cela, nous avons le bon cap, les moyens en infrastructures, et les ressources financières et Humaines nécessaires, qui doivent être gérer avec efficacité, rigueur, et compétence à tous les niveaux, pour réussir.

Je termine mon propos en adressant mes félicitations à la direction générale et au personnel de la BCI-MR pour les performances passées et présentes réalisées par la banque.
Je vous remercie tous pour votre attention et souhaite pleins succès à la BCI-MR et à l’ensemble des banques de la place.

Assalamou Aleikoum wa rahmatoulahi wa barakaat.


Déclaration de l’ambassadeur de France Arnaud Guillois, lors d’une réception à la résidence de France en l’honneur du directeur général du Groupe BRED, Olivier Klein

Monsieur le président du groupe d’amitié France-Djibouti,
Messieurs les ministres,
Monsieur le gouverneur de la banque centrale,
Monsieur le président de la Chambre de commerce,
Madame la présidente du GAFD,
Messieurs les conseillers consulaires,
Chers amis, chers invités,

Monsieur le directeur général du Groupe BRED,
C’est un vrai plaisir de vous accueillir ce soir à la résidence de France avec les amis djiboutiens de la France, et les principaux acteurs de la communauté française, bassin diversifié.
Tout d’abord je voulais dire bravo pour la magnifique inauguration à laquelle nous avons tous assisté ce matin en présence du président de la République Nous sommes très heureux de voir le nouveau siège social de la BCIMR. J’en profite pour adresser mes plus chaleureuses salutations et remerciements à toutes les équipes locales, et singulièrement au directeur-adjoint Abdallah Ibrahim, et au directeur-général Régis Barriac et à toutes leurs équipes qui font un travail au quotidien tout à fait exceptionnel.

Votre visite, monsieur le directeur général groupe BRED, est la preuve, s’il en fallait une supplémentaire, que la BCIMR est naturellement un outil, un apport de tout premier ordre, au quotidien au service de la relation franco-djiboutienne.
Vous accompagnez les grands projets dans le domaine maritime, dans le domaine financier, dans le domaine de la logistique, dans le domaine des transports, mais vous êtes aussi une banque de détail extrêmement importante pour les Djiboutiens, et je me réjouis que la BCIMR ait ouvert une agence à Obock au mois de décembre dernier, et qu’elle en ouvre une prochainement à Dikhil.

Ce sont des signaux, des témoignages du maillage, dans la logique de décentralisation portée par le président de la République et le gouvernement, que vous assumez, et dont vous êtes partie prenante. Puis, il y a de plus petites choses qui sont en dessous de la surface, mais qui ne sont pas moins importantes. Je pense à l’accompagnement par la BCIMR de jeunes entrepreneurs, que nous soutenons, identifiés par l’ambassade, appuyés par le groupe d’affaires France-Djibouti, et tout cela est extrêmement important. Et donc je dis bravo et merci pour ce que vous faite ici au service de la croissance, de l’emploi, de Djibouti, et des Djiboutiens.

Votre visite monsieur le directeur général, n’intervient pas à n’importe quel moment. Elle intervient dans un moment que je qualifierais d’extrêmement porteur, à la fois localement et à titre bilatéral. Localement, parce que vous le savez, Djibouti est un pôle de stabilité dans une région particulièrement troublée, et ce rôle est pour nous tout à fait fondamental. Et il doit être une des raisons pour lesquelles nos investisseurs, qu’ils soient publics ou privés, continuent à se rendre à Djibouti.
Les institutions internationales ont annoncé qu’en 2021 la croissance de Djibouti, après une crise du Covid qui a été géré de manière admirable – j’ai déjà pu m’exprimer sur ce point récemment pour saluer les efforts des autorités pour combattre la propagation de la pandémie – devrait donc recouvrer une croissance de 7,1% inchallah. Une des plus fortes d’Afrique, peut-être même la plus importante du continent.
Ce contexte est aussi extrêmement porteur au niveau bilatéral. Personne n’ignore le succès de la visite officielle du président Ismaïl Omar Guelleh à Paris, il y a de cela quelques jours seulement, à l’invitation du président Macron. Cette visite est venue témoigner non seulement de la force, mais également des perspectives pour l’avenir de cette relation à laquelle nous sommes tellement attachés. Sur les relations politiques, de sécurité, de défense, les deux chefs d’État ont signé un accord important qui permet de voir loin.
Aujourd’hui, cette relation marche sur ses deux jambes. Elle marche bien sûr, comme je viens de l’indiquer, sur cette jambe sécuritaire, militaire, politique, mais aussi, sur les échanges humains, le développement économique, sur la coopération, l’humanitaire, et ce n’est pas tout à fait fortuit, nombre de textes, nombre d’engagements, dans le domaine encore une fois de l’économie, du tourisme, de l’énergie, des transports, dans le domaine de la coopération, mais aussi de la coopération décentralisée avec l’arrivée de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur à Djibouti.
Tous ces accords ont été signés par nos plus hautes autorités, et ne sont que quelques témoignages, parce qu’il y a encore pleins de choses, de la dynamique que nous souhaitons insuffler en faveur de nos relations.

Et dans ce contexte votre venue, constitue un témoignage supplémentaire. Vous étiez présent monsieur Olivier Klein, à la rencontre très réussie entre le président Ismaïl Omar Guelleh et les entrepreneurs français et djiboutiens au Medef.
Vous aviez eu, alors, des mots extrêmement positifs face au président de la République, et les acteurs économiques français. C’est encore une preuve de votre engagement.
Cette visite, en attendant d’autres visites, cela va de soi, tant des autorités politiques françaises que des acteurs économiques français, sont une preuve de cet engagement.

Je vous remercie de votre attention.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
En aparté avec… Olivier Klein
 
Des tours de 3,5 milliards de $ à Djibouti ?
 
Discours d’Ismail Omar Guelleh devant le Medef
 
En aparté... Dominique Decherf
 
Un décoré qui renvoie sa médaille… ce n’est pas commun !
 
Que retenir de la visite d’Ismail Omar Guelleh à Paris ?
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |