Human Village - information autrement
 
Incendies à Balbala
par Mohamed Ahmed Saleh, juillet 2017 (Human Village 30).
 


Dans la journée du mardi 18 juillet 2017, un incendie a réduit en cendres plus de 150 maisons à Balbala T-3 et à Barwaqo. L’intervention rapide des sapeurs pompiers et des forces de l’ordre n’y a rien fait, alors qu’un vent violent et poussiéreux (khamsin) soufflait très fort.
Les autorités publiques, à commencer par le Premier ministre par intérim et ministre de la Justice, Moumin Ahmed Cheick, le ministre de l’Économie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh et le ministre de l’Intérieur, Hassan Omar Mohamed, se sont rendus sur les lieux accompagnés du directeur général de la police nationale, le colonel Abdillahi Abdi, et du chef de corps des pompiers, le colonel Mahamoud Moussa Mahamoud.
Les officiels ont annoncés à leur arrivée sur les lieux que toutes les familles sinistrées avaient été provisoirement relogées dans des locaux réquisitionnés à cet effet.
Les secours qui se sont déployés en grand nombre, n’ont pu lutter efficacement contre la propagation du feu dans les constructions en planches de bois, et le vent qui soufflait violemment au moment du drame a réduit à néant les efforts des sapeurs pompiers qui n’ont presque rien pu sauver.

La maire de la ville de Djibouti, Fatouma Awaleh Osman et le président de la commune de Balabal, Waberi Nour Eleyeh ont également fait le déplacement pour constater de visu l’ampleur des dégâts.

Le sinistre n’a pu être maîtrisé qu’au bout de trois longues heures d’acharnement des sapeurs-pompiers. Les autorités ont ouvert une enquête afin de déterminer l’origine du sinistre qui reste pour l’instant non connue.

Il y a lieu de souligner la récurrence du phénomène des incendies ces derniers temps dans la capitale.
Dans une déclaration faite l’après-midi même, le ministre l’Intérieur, Hassan Omar Mohamed, a indiqué qu’aucune victime n’était à déplorer. Il a par ailleurs déploré l’attitude des habitants qui, a-t-il dit, se sont massivement attroupés autour des lieux du sinistre, gênant ainsi les opérations de sauvetage.

Le ministre de l’Intérieur a enfin lancé un appel à la vigilance en ces périodes de khamsin.
M. Hassan Omar a regretté que, comme à chaque fois qu’un sinistre éclate à Balbala, les pompiers aient à essuyer des jets de pierres de la part de ceux qu’il a qualifiés de « voyous ». « Nous sommes obligés de mobiliser les forces de l’ordre pour protéger les pompiers de ceux qu’ils essayent d’aider », a dit le ministre avant d’ajouter que le chef de l’État l’avait appelé pour lui donner des instructions claires quant à l’aide à apporter aux familles sinistrées.

Mohamed Ahmed Saleh, photos Hani Khiyari

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Je quitte Djibouti le cœur serré
 
Trois journalistes suspendus pour une photo
 
Prix annuel de la presse djiboutienne
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |