Human Village - information autrement
 
Se concentrer sur nos forces
par Hassan Sheikh Mohamud, décembre 2022 (Human Village 46).
 
Hassan Sheikh Mohamud

Le développement est complexe, mais dans la complexité se trouve des opportunités d’innovation si les bons partenariats sont formés.
En Somalie, où les besoins sont extrêmes, multiples et urgents, les projets de développement ne manquent pas. Le plus souvent, c’est une vision globale de la Somalie qui domine, mais elle n’est pas toute l’histoire.
La semaine dernière, la Somalie a tenu sa première conférence internationale sur l’investissement. La veille de l’ouverture de cette rencontre historique, un lâche attentat terroriste a été perpétré dans un hôtel proche des bureaux présidentiels, faisant malheureusement des victimes innocentes et de nombreux blessés. J’ai pu entendre les combats depuis mes bureaux et ma résidence tout au long de la nuit, et l’attaque s’est poursuivie alors que la conférence s’ouvrait, pour s’achever en début d’après-midi grâce aux efforts des courageuses forces de sécurité somaliennes.

Alors, pourquoi ai-je quand même ouvert une conférence ce jour-là ? Parce que nous refusons de succomber aux tactiques d’intimidation des terroristes et que l’histoire de la Somalie n’est pas uniquement constituée d’un récit de violence et d’échec de l’État. Il n’y a pas une seule histoire, mais plusieurs qui se déroulent simultanément auprès de diverses parties prenantes, et que nous devons garder à l’esprit.
Aujourd’hui, nous sommes dans dans l’espérance. Nous parvenons enfin à surmonter les ténèbres du passé qui ont causé trop de victimes et maintenu l’ensemble de notre société dans l’ignorance. Malheureusement, cette histoire de succès contre vents et marées n’est pas bien racontée dans les récits du développement international, toujours dominés par les difficiles défis actuels et la perception d’une Somalie en ruine. Cela ne contribue pas à notre développement national et ne constitue pas une base prudentielle pour l’allocation et l’utilisation de financements dont nous avons tant besoin.
Cela ne signifie pas que la Somalie n’a pas de défis à relever pour son peuple. Ces défis entrelacés et transversaux sont socio-économiques, liés au climat et à la sécurité.

Aujourd’hui, nous sommes au milieu de l’une des pires sécheresses de l’histoire et de nombreuses personnes parmi les plus vulnérables perdent leur vie et leurs moyens de subsistance dans cette tragédie. Notre gouvernement tente désespérément d’y répondre par des mesures appropriées d’atténuation et d’adaptation au climat, aux côtés des communautés impactées et de la communauté internationale. Les maigres ressources disponibles ne sont pas à la hauteur des besoins énormes sur le terrain.
La Somalie est menacée par Al-Shabaab, groupe lié à Al-Qaida, qui s’est donné pour mission de tuer, mutiler et extorquer le peuple somalien au cours des quinze dernières années. Ce groupe prétendait autrefois représenter la religion pacifique de l’Islam, mais cette mascarade a été démasquée par la violence cruelle et systématique exercée sur des innocents.
Alors qu’Al-Shabaab reste une menace évidente, en Somalie et dans la région, le gouvernement, la population et les partenaires internationaux se sont mobilisés à l’unisson pour l’affronter. Cet effort collectif porte ses fruits en termes de territoires nouvellement libérés et de terroristes vaincus.
La libération de la population du terrorisme, la mobilisation des habitants al-Shabaab et les partenariatsinternationaux contribuent à faciliter le succès de la guerre contre le terrorisme. Ces points forts doivent être complétés par une aide à la stabilisation pour que ces gains deviennent permanents. En Somalie, ou ailleurs, nous ne pouvons pas laisser les terroristes nous faire perdre de vue notre objectif de développement.

Nous nous remettons de près de trente ans de guerres civiles dévastatrices qui ont détruit le tissu de notre société. La douleur et les pertes de cette période marquent notre nation et nous travaillons dur pour rétablir la confiance entre les différentes communautés. Une véritable réconciliation nationale est indispensable, mais elle ne sera pas instantanée. De la même manière, le développement est lourd de complexité et ne surgira pas miraculeusement de nulle part.
Alors, quelle est la solution ? Notre expérience nous enseigne qu’il faut se concentrer sur les forces du peuple et investir dans les ressources naturelles disponibles, notamment l’élevage, l’agriculture, l’économie bleue et la numérisation, afin de parvenir à un développement durable pour et avec le peuple. Ces mesures doivent être associées à un véritable engagement en faveur d’une politique inclusive et d’une bonne gouvernance, comme nous le faisons en Somalie.
Tout au long de trois décennies de défis de gouvernance - parfois même sans gouvernement opérationnel - le peuple somalien a prouvé sa résilience, son ingéniosité et son courage moral pour survivre à ce qui aurait détruit beaucoup d’autres nations dans le monde. Le peuple somalien est le véritable moteur de l’action et il est maintenant prêt à jouer un rôle encore plus important.
Ses priorités et ses contributions doivent être les moteurs du programme de développement porté par tous les partenaires internationaux. Au fur et à mesure que nous reconstruisons la Somalie et ses institutions, nous savons que nous voulons une société inclusive, progressiste et prospère, ancrée sur un processus démocratique fort dont la responsabilité et la transparence sont les piliers essentiels.
Dans les États fragiles qui sortent d’un conflit, comme la Somalie, le développement est un lent marathon dont l’objectif n’est pas de gagner la course, mais d’amener les gens à courir à ses côtés. Chaque société est complexe et unique. Il n’existe pas de conditions parfaites pour la mise en œuvre du développement et nous devons fournir des résultats aux personnes qui souffrent aujourd’hui.
La Somalie ne sera pas réparée à l’échéance du prochain projet de développement. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont historiques, profonds et intergénérationnels. Si nous sommes capables de nous concentrer sur les forces de la Somalie et d’envisager l’avenir avec optimisme, la possibilité de parvenir à un développement durable sera bien plus grande.

Hassan Sheikh Mohamud, président de la Somalie
Texte publié dans The Guardian, « Somalia is not just a story of violence and state failure. Focus on our strengths », 9 décembre 2022.
Traduction Human Village avec DeepL.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Las Anod : pour une solution pacifique
 
Réélection du président chinois
 
Visite du ministre éthiopien des transports
 
Djibouti et la Corne face à la Somalie de Farmaajo
 
Isaias Afeworki à Djibouti, vers une nouvelle donne régionale ?
 
Fin du sommet de l’IGAD, un succès pour Djibouti
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |