Human Village - information autrement
 
Programme d’Ismail Omar Guelleh
 

ADAPTER ET TRANSFORMER DURABLEMENT NOTRE ÉCONOMIE
Malgré la crise sanitaire, notre croissance est restée positive en 2020. Les perspectives sont très encourageantes pour 2021 (estimation d’un taux de croissance à 7 %). Mais la pandémie de Covid-19 nous invite à adapter notre modèle de développement, à nous repenser pour nous adapter au monde qui vient. Il nous faut favoriser la résilience de notre économie, la durabilité de notre approche, et surtout, innover. Accentuer notre ca-pacité logistique et portuaire, confirmer notre ambition de hub international et notre position de leader. Nous devons agir avec audace sur les investissements structurels, la transformation, l’industrie, continuer à suivre et adapter les paramètres du projet Vision 2035. Parallèlement, nous devons agir sur de nouveaux secteurs de croissance et diversifier notre économie. Enfin, pour que cette émergence profite à l’ensemble de la nation, nous devons favoriser l’inclusion sociale et la solidarité, ainsi que garantir une meilleure répartition des richesses pour tous les citoyens et les citoyennes de la République.
Diversifier notre économie c’est entrer rapidement dans la nouvelle économie et investir, en particulier, dans les technologies et services numériques, où la valeur ajoutée est élevée. C’est un enjeu prioritaire. Djibouti est le seul pays où se connectent 8 câbles sous-marins de télécommunications et de data. Nous avons une base à partir de la-quelle nous pouvons construire. Les investissements dans la recherche et l’innovation technologique seront cruciaux pour construire une croissance durable et pour favoriser l’emploi et la formation de cadres nationaux.

POUR REPENSER NOTRE MODÈLE DE CROISSANCE ET DIVERSIFIER NOTRE ÉCONOMIE, NOUS ALLONS :
- Renforcer la gouvernance des établissements et entreprises publiques. Après la professionnalisation progressive des Conseils d’Administration, les
dirigeants d’entreprises seront soumis à des critères objectifs de rendement et de performance qui conditionneront la durée de leur mandat de gestion.
- Mettre en place un plan pour la transformation numérique de l’économie nationale et organiser des financements aux entreprises leur permettant d’intégrer les nouvelles technologies.
- Bâtir un écosystème propice à l’innovation par la création d’un Technoparc dédié au numérique et visant à favoriser l’émergence d’entreprises
innovantes, tout en stimulant la création d’emploi.
- Désigner un Commissaire à la souveraineté numérique en charge de la gestion de l’espace numérique djiboutien.
- Améliorer l’accessibilité numérique, en particulier la couverture mobile, sur tout le territoire national.
- Créer un fond pour la recherche et l’innovation dans le secteur du numérique pour promouvoir des activités stratégiques telles que l’intelligence artificielle, le big data, le cloud computing, l’internet des objets et la cybersécurité.
- Créer des FabLabs pour encourager la créativité et les initiatives dans le do-maine du numérique.
- Investir dans l’éducation, la formation et le développement des compétences techniques afin de former les talents de demain et de favoriser l’attractivité nationale auprès de la diaspora.
- Investir dans l’industrialisation du pays notamment dans le domaine de la transformation des produits de la mer Continuer à renforcer les IDE en
particulier dans les zones franches notamment pour les industries.
- Développer l’agriculture vivrière et l’aquaculture afin d’amorcer une étape vers l’autosuffisance alimentaire.
- Soutenir le secteur privé sur l’accès au crédit pour le financement des projets à travers le levier du FSD et le renforcement du rôle de la Banque Centrale dans la négociation des taux auprès du secteur financier.

UNE ÉNERGIE PROPRE ACCESSIBLE PARTOUT ET POUR TOUS
Assurer la sécurité énergétique du pays est un enjeu stratégique et de souveraineté. Les énergies renouvelables sont la solution. Notre pays dispose des ressources en énergétique à la fois massives et facilement mobilisables. Celles-ci incluent un potentiel remarquable en éolienne (plus de 240MW), en géothermie (plus de 1000 MW), en solaire thermal (puissance illimitée). en énergie marée motrice (200 à 1000 MW),Avec des ressources aussi conséquentes, la République de Djibouti peut non seulement répondre à ses besoins mais également devenir un exportateur net d’énergie et un pôle d’excellence technologique à vocation régionale pour les énergies renouvelables. Nos engagements pour mettre en oeuvre une solution énergétique durable seront :
- D’accroître nettement la capacité d’énergie renouvelable de Djibouti pour atteindre jusqu’à 300 MW à l’horizon 2026.
- Augmenter le taux d’électrification de 60.2% à 95% d’ici 5 ans par l’extension du réseau en zone rurale et périurbaine.
- Améliorer l’efficacité énergétique de 50% grâce à des efforts de maîtrise de la consommation d’énergie des bâtiments publics, les mosquées, l’éclairage public etc.
- Promouvoir le développement de nos potentialités en hydrogène naturel afin de baisser considérablement le coût de l’énergie pour la transformation économique.

ACCENTUER L’INCLUSION SOCIALE ET LA COHÉRENCE TERRITORIALE
Nous voyons grand et loin, c’est une décision stratégique, un engagement de toute la nation. Mais cette ambition doit impérativement s’accompagner du renforcement de l’inclusion sociale, d’une croissance au service de tous, de la protection des plus fragiles et des plus démunis. L’objectif est aussi d’agir à l’échelle du territoire de manière à décloisonner les opportunités entre la Capitale et les régions.
Pour préserver le lien social, nous renforcerons l’action sociale de l’État en :
- Améliorant de manière continue l’accès aux services sociaux de base
- Créant un quotient familial, dans le but d’objectiver l’accès aux filets sociaux et programmes d’aides nationaux.
- Élargissant la protection sociale à toutes les catégories socioprofessionnelles à travers l’alignement du régime des travailleurs indépendants avec le régime général.
- Indexant les pensions inférieures à 150 000DJF sur l’inflation.
- Harmonisant les régimes qui constituent la branche vieillesse via le déplafonnement de l’assiette de cotisations des fonctionnaires qui se traduira, à terme, par une revalorisation des pensions des fonctionnaires de 32 %.

Nos collectivités territoriales doivent former des communautés de projets capables de générer suffisamment d’emplois pour garantir la cohésion sociale et le développement à travers notre population. Pour cela, nous allons :
- Travailler sur le développement du tissu productif propre à chacun de nos territoires pour permettre à nos collectivités de mieux faire refléter leurs richesses et leur diversité.
- Insister sur les matières premières dont nous disposons dans le développement de nos industries.
- Densifier notre investissement dans les infrastructures structurantes permettant de développer les liens économiques.
- Déconcentrer davantage de services de l’État.
- Ouvrir des antennes universitaires dans les différentes régions visant notamment à développer les formations supérieures courtes et professionnalisantes (ex : BTS, DUT).

RENFORCER NOTRE SYSTÈME ÉDUCATIF, DONNER UNE CHANCE À TOUS
Nous avons soutenu les efforts permettant de rendre notre école accessible à tous les enfants de la République. Désormais, notre système éducatif doit permettre de valoriser et de rendre gagnant le triptyque « Éducation, Formation, Emploi ». Ainsi, il est nécessaire d’assurer à chaque jeune une qualification et un métier. Pour cela, nous souhaitons :
- Introduire l’apprentissage de la langue maternelle dès le préscolaire.
- Abaisser l’âge d’accès aux classes technologiques et à l’apprentissage de la langue anglaise.
- Lutter contre le décrochage scolaire en ouvrant des postes d’assistants de maître en classe de 1re et 2e années dans le primaire, ainsi qu’un poste d’assistante sociale et un poste de conseiller d’orientation dans chaque structure scolaire.
- Adopter un plan de rénovation de l’ensemble des bâtiments scolaires sur cinq ans, afin d’améliorer le cadre d’enseignement avec de nouveaux standards architecturaux et des équipements pédagogiques sophistiqués.
- Créer des établissements scolaires pour les enfants en situation de handicap et adapter les établissements existants.
- Introduire la cantine scolaire dans les établissements situés dans les zones urbaines précaires.
- staurer des possibilités d’alternance afin de favoriser l’apprentissage des métiers en milieu professionnel.
- Introduire un module d’enseignement « entrepreneuriat » dès la classe de seconde et instaurer des concours de Junior Entreprises à l’université.
- Donner la possibilité d’accéder à des contrats aidés défiscalisés pour favoriser l’insertion des jeunes en recherche d’emploi.
- Promouvoir un programme d’échange des étudiants dans la zone COMESA pour améliorer la mobilité estudiantine, favoriser les échanges d’expériences et la transmission de connaissances autour de notre marché commun et augmenter les opportunités professionnelles.

NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ, LE RENDRE PLUS AGILE
La santé pour tous est un élément clé de l’inclusion sociale et du développement. L’État doit renforcer son investissement dans le secteur, en particulier dans cette période de pandémie mondiale de Covid-19. Il nous faut aussi agir avec les nouveaux outils de manière à construire le système de santé de demain : inclusif, digital et intelligent. Pour cela, nous allons :
- rééorganiser le niveau pré-hospitalier.
- lancer le Plan national de lutte contre les maladies non transmissibles.
- augmenter les moyens dévolus aux soins palliatifs dans les hôpitaux publics.
- Améliorer le système de santé et lutter contre les déserts médicaux en développant la e-santé et la télémédecine.
- faire de la prévention un axe prioritaire de notre politique sanitaire.
- transformer l’ancien hôpital Bouffard en un hôpital de référence pour la mère et l’enfant.
- mener à bien et dans les meilleurs délais le chantier du nouveau pôle CHU de Djibouti par la création de label « Service d’Excellence » dans les structures hospitalières.
- lancer le chantier du Grand Hôpital Nord de Tadjourah.
- accompagner les professionnels de santé libéraux à travers l’assurance maladie.

CONSOLIDER ET RÉFORMER NOTRE SYSTÈME JUDICIAIRE
La justice est l’un des piliers d’une société démocratique. Et la justice pour tous est un droit essentiel du citoyen. L’égalité des droits et des devoirs, quelle que soit l’origine ou le milieu social, est une exigence nationale. La justice se doit d’être efficace, adaptée et dotée des moyens nécessaires. Il faut également protéger le plus faibles. Par ailleurs, comme partout dans le monde, notre société n’échappe ni aux délits économiques et financiers, ni à la criminalité transfrontière (terrorisme, trafics multiples, etc.). Il est cru-cial de renforcer nos capacités et de les adapter aux défis auxquels nous sommes confrontés. Pour cela, nous comptons :
- Réviser et alourdir les peines pénales relatives aux crimes sexuels et aux atteintes sur mineurs.
- Informatiser les casiers judiciaires de façon à connaître l’éventuel état de récidive d’un prévenu.
- Réformer la politique carcérale en mettant en phase la privation de liberté avec la sauvegarde des droits humains.
- Renforcer le système de protection de l’enfant en instaurant un système de placement d’urgence pour les enfants victimes de violences et en créant un foyer d’accueil pour enfants en danger.
- Créer un pôle judiciaire spécialisé dans la répression des crimes économiques et financiers.
- Construire une nouvelle maison d’arrêt et un centre de détention adapté pour les mineurs.
- Dématérialiser et informatiser la procédure pénale, de l’enregistrement des affaires jusqu’à l’exécution des décisions.
- Instaurer un juge des libertés et de la détention.

REDÉFINIR LA POLITIQUE DE LA VILLE
Notre pays est souvent qualifié de cité nation. Djibouti-ville est un élément clé de notre politique de développement. Mais il nous faut aussi penser à l’échelle du territoire, et englober les villes secondaires dans le projet de développement tout en favorisant la mobilité urbaine et interurbaine. Pour cela, nous voulons :
- Raffermir notre politique de sécurité routière pour rendre plus sûre la conduite en ville.
- Assurer le transport scolaire pour les collégiens et les lycéens du secteur de la commune de Balbala, dès la rentrée 2022.
- Construire un échangeur de route au niveau de l’intersection route de Venise / Doraleh.
- Accroître le parc locatif en encourageant la promotion immobilière grâce à des mesures d’incitation fiscales et de financements à taux zéro.
- Faciliter l’accès à la propriété aux primo-accédants grâce à l’élargissement du Fonds de garantie de l’État à la couverture des prêts immobiliers
- Inclure une clause permettant la construction de rampes et autres mécanismes d’accès aux personnes en situation de handicap dans toute nouvelle construction à vocation d’accueillir du public.
- Lancer un programme de développement universitaire en construisant des résidences universitaires et des restaurants étudiants autour du campus de Balbala.
- Faciliter l’accès au foncier en rendant disponibles 2000 parcelles viabilisées par an à Djibouti-ville et dans les autres régions.
- Lutter contre la spéculation immobilière par la création d’une licence de location pour encadrer les loyers et les prix au m² entre particuliers (plafonds, planchers et par secteur).

INVESTIR DANS LA JEUNESSE, FORCE DE L’AVENIR
jeunesse est au centre des préoccupations de la nation. Elle est au coeur de la réus-site de notre projet collectif. Dès lors, ses aspirations doivent être prises en compte. Elles et ils sont la clé du Djibouti de demain. L’ensemble de la politique menée depuis vingt ans et les projets pour l’avenir ont pour finalité l’accroissement des opportunités, la création d’emplois, des perspectives pérennes. Comme l’éducation, la formation est un enjeu majeur. Pour cela, nous allons :
- Créer un haut-commissariat de la question de l’employabilité et du développement des nouveaux métiers dans les secteurs porteurs de notre économie.
- Mettre en place une semaine de la citoyenneté visant à renforcer la culture civique et instaurant un échange annuel avec la jeunesse autour de nos valeurs communes, du renforcement de l’identité nationale et de la cohésion sociale.
- Tripler les places disponibles en apprentissage pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, allouer davantage d’allocations à ces apprentis et exonérer de deux années d’ITS et de charges sociales les établissements de chaque entreprise participant au programme.
- Mettre en place le mentorat professionnel qui va être pratiqué suivant plusieurs modalités, des formations en leadership, des services d’élaboration de plans d’affaires et du crédit afin d’inciter les jeunes à devenir des créateurs d’emplois.
- Accorder des quotas de 20% de passation des marchés pour les entreprises créées par des jeunes.
- Renforcer le plan ide à l’Autonomie pour les personnes atteintes d’handicap et améliorer leur insertion socioprofessionnelle par l’application d’un malus à l’encontre de toute entité du public comme du privé n’appliquant pas l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés.

PROMOUVOIR UN ISLAM DE LA CONNAISSANCE ET DE L’OUVERTURE
Djibouti est une nation ouverte sur le monde et une république qui garantit la liberté de culte. Nous sommes aussi un pays musulman. Et nous souhaitons favoriser le développement d’une pratique religieuse basée sur la tolérance et la connaissance des textes sacrés. Pour cela, nous souhaitons :
- introduire des classes pour l’apprentissage du Coran à l’école.
- vréer le premier centre de mémorisation du Coran et des Sciences de Hadiths du pays.
- réorganiser la charité religieuse reposant sur la zakat et le waqf pour la transformer en un levier innovant de notre développement.

DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE
Nous sommes un pays jeune, indépendant depuis le 27 juin 1977. Nous sommes une nation souveraine soucieuse de défendre ses intérêts stratégiques. Nous avons choisi comme devise nationale « Unité, Égalité et Paix ». Cette histoire et ces valeurs doivent traverser les générations. Nous devons stimuler notre identité et insuffler le sentiment d’appartenance à la Nation. Nous devons adhérer aux promesses de notre République – fraternelle, protectrice et bienveillante –, tout en nous projetant avec confiance dans le monde.
Ainsi, nous aurons à cœur de :
- Préserver les terreaux fraternels et lutter contre les discours haineux en introduisant des recours judiciaires face aux cas les plus graves.
- Continuer à garantir la souveraineté et la protection des territoires de la République.
- République.
Conjuguer la politique d’ouverture et d’accueil à une politique d’intransigeance à l’encontre des crimes et trafics transfrontaliers, notamment en renforçant les conditions d’accueil des réfugiés.
- Renforcer et intensifier la lutte contre la traite humaine.
- Promouvoir une diplomatie volontariste au service du maintien de la paix, de la tolérance et du vivre ensemble entre nations.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Ismail Omar Guelleh en campagne à Tadjourah
 
Ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale
 
Le comité de campagne de l’UMP
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |