Human Village - information autrement
 
Vote du 17 juin : Djibouti va compter ses amis
par Mahdi A., juin 2020 (Human Village 39).
 

La décision de l’Union africaine de rappeler dans une correspondance en date du 9 juin, que le candidat officiel de l’Afrique est le Kenya peut être considéré comme un coup bas porté à la candidature de Djibouti. Cette manipulation orchestrée pour nuire à la cause de Djibouti intervient au pire moment, à la veille de l’élection du 17 juin.

Nul ne peut ignorer l’impact de cette notification de l’Union africaine sur la fin de campagne pour l’obtention du siège au conseil de sécurité. Cette missive de dernière minute vise à saper les avancées obtenues par notre nation auprès de nombreux pays qui se seraient déclarés favorables à nous soutenir. Cette dernière manœuvre kenyane montre à quel point son influence est grande au sein des arcanes de cette organisation africaine. Elle sème le doute dans l’esprit des votants, notamment ceux soucieux du respect des règles et sensibles à l’argumentaire juridique remettant en cause l’habilitation du comité des représentants permanents (Corep) à se substituer au Conseil exécutif pour décider qui sera le champion du continent. La candidature de Djibouti se fonde sur la légitimité de sa candidature comme l’explique notre ambassadeur plénipotentiaire au Kenya, Yacin Elmi Bouh : « Le Corep, cette instance qui rassemble essentiellement les ambassadeurs ou autres plénipotentiaires des pays membres de l’Union africaine, qui a été à l’origine de cette élection ne dispose d’aucun pouvoir de décision au sein de l’Union africaine (article 21 de l’acte constitutif de l’Union africaine). […] Et même s’il aurait eu l’assentiment du Conseil des ministres, comme il a pu s’imaginer, il ne saurait s’exonérer de l’obligation de lui faire avaliser sa décision pour revêtir de l’autorité qui lui fait défaut. » Bref, Djibouti dénonce les conditions d’élections du Kenya sans compter le manquement au respect des principes et règles qui prévalent, en faisant fi des modalités d’attribution et de rotation des candidatures.

Faute d’être parvenu à un compromis ou à un désistement en faveur de l’un ou l’autre, le Kenya et Djibouti vont s’affronter à New York demain, 17 juin. Quels sont les atouts de notre diplomatie – malgré qu’elle ne pèse que 4,3 milliards de nos francs, soit 2,7% du budget et compte 224 fonctionnaires dans ses rangs, pour 113 diplomates répartis sur 23 représentations, bien loin des ressources du Kenya. Notre pays se prévaut du soutien de l’Organisation internationale de la francophonie, de l’Organisation de la conférence islamique, ou encore de la Ligue arabe. Sur le papier, l’affaire pourrait sembler plier en notre faveur. Il ne serait pas inintéressant de décrypter, après les votes, le poids politique et l’influence de celles-ci sur les décisions onusiennes. Mais plus encore, Djibouti, pourra faire la différence si elle s’assure le soutien des principaux membres du conseil de sécurité. Le vote de la France est semble-t-il acquis. Qu’en est-il de celui de la Chine – et de ses alliés -, du Japon, des pays membres de l’Union européenne qui bénéficie des infrastructures portuaires djiboutiennes dans le cadre de l’opération Atalante, ou bien encore des États unis d’Amérique, qui dispose sur notre sol de sa plus grande base militaire en Afrique ? Djibouti tutoie les plus grandes puissances mondiales, les « véritables maîtres » de la maison onusienne. Quelle influence en tire-t-elle ? Seront-elles au rendez-vous de demain ? Et si finalement cet exercice était une bonne chose pour notre diplomatie ; elle lui permettra compter ses amis sur l’échiquier mondial, ceux sur qui l’on peut s’appuyer dans les moments difficiles, mais aussi et surtout, dans une seconde étape, de tirer des leçons de cette riche expérience, pour réaliser un aggiornamento de sa diplomatie.

Bon, comme on dit à NY : Good luck ambassador Doualeh !

Mahdi A.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Djibouti et la France : un partenariat stratégique fait pour durer
 
Message du Premier ministre du Canada
 
Diplomatie et élection du Kenya au conseil de sécurité
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |