Human Village - information autrement
 
L’Union européenne appuie la lutte contre la traite et le trafic des migrants dans la Corne de l’Afrique
par Ilwad Elmi Mohamed, décembre 2016 (Human Village 28).
 

L’hôtel Kempinski de Djibouti a accueilli ce mercredi 7 décembre un atelier sur la gestion de l’information et des enquêtes dans la lutte contre la traite et le trafic des migrants. Cet événement, co-présidé par Naguib Abdallah Kamil, secrétaire général de la Primature, Adam Kulach, ambassadeur de l’Union européenne à Djibouti et Christophe Guilhou, ambassadeur de France, a permis de faire le point sur les besoins particuliers de Djibouti en formation et en renforcement des capacités dans le domaine de la gestion de l’information et des enquêtes visant à lutter contre la traite d’êtres humains et le trafic des migrants. Ce projet, financé par l’Union européenne à hauteur de six millions d’euros sur trois ans, s’inscrit dans le cadre du processus de Khartoum lancé en 2014 pour instaurer un dialogue régional sur la migration entre l’Union européenne, les pays de la Corne de l’Afrique, dont Djibouti, et les principaux pays de transit via la mer Méditerranée.

A l’ouverture de l’atelier, l’ambassadeur Kulach a rappelé les nombreux projets de l’Union européenne à Djibouti dans le domaine de la migration : « le projet UNODC sur la justice pénale contre les trafics migrants financé par l’UE à hauteur de 0,85 millions d’euros, le projet de l’OIM sur les enfants migrants dans le golfe d’Aden financé par l’UE à hauteur de 1,2 millions d’euros, et la formation de la garde-côtes djiboutienne par les États membres de l’UE ». Il a par ailleurs souligné que « Djibouti a vocation à devenir un partenaire actif du processus de Khartoum et à bénéficier des outils de soutien qui lui sont associés, notamment le fonds fiduciaire d’urgence. Il est urgent pour le pays d’identifier des propositions concrètes en ligne avec les priorités du processus de Khartoum ».

L’objectif global du projet est d’aider les pays d’Afrique de l’Est dans la formulation et la mise en œuvre de réponses globales aux défis posés par les flux migratoires mixtes. Ce projet se décline en trois priorités :
- la mise en place et le renforcement des centres d’accueil et d’information pour les migrants ;
- la lutte contre les réseaux criminels impliqués dans la traite et le trafic d’êtres humains notamment à travers la collecte, l’analyse et le partage des données ;
- la création d’opportunités socio-économiques pour les personnes déplacées et les communautés hôtes au Soudan du Sud.

Les activités de ce projet sont mises en place par Expertise France, en partenariat avec le Secrétariat régional des migrations mixtes (RMMS).

Ilwad Elmi 

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Violences entre Somalis et Oromos en Éthiopie
 
Le Somaliland, un voisin méconnu
 
Le C-Star affrété par Defend Europe ne bat pas pavillon djiboutien
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |