Human Village - information autrement
 
L’IBF, locomotive économique de la région
par Mohamed Ahmed Saleh, février 2015 (Human Village 22).
 

Pour sa 5e édition, le forum d’affaires de l’IGAD s’est voulu ambitieux, déterminé et décisif pour le développement du commerce régional et l’accélération du processus d’intégration régionale en cours. La cérémonie officielle de lancement est l’occasion pour les hauts responsables du pays, de l’IGAD et de la communauté d’affaires de réaffirmer leurs engagements et de tracer la voie à suivre pour réussir le défi de l’IGAD.

Djibouti : une place sûre pour investir, c’est le titre du court métrage de 20 minutes produit par la chambre de commerce de Djibouti qui a introduit les débats du forum de l’IGAD. Les intervenants qui se sont succédés à la tribune officielle ont tous exprimés leurs désirs et leurs volontés de voir un renforcement du partenariat public-privé afin de soutenir l’investissement dans les projets publics de développement. 
Le secrétariat exécutif de l’IGAD et la chambre de commerce de Djibouti se sont donnés la main pour organiser ce grand événement, placé sous le patronage du Premier ministre, Abdoulkader Mohamed Kamil.
L’IGAD Business Forum, (IBF) a été créé pour porter la dynamique régionale d’investissement. Cet organe de l’IGAD, lancé en 2002, se veut une plateforme opérati​onnelle au service de l’intégration régionale. L’institution réunit les organisations représentatives des opérateurs privés de la zone de l’IGAD. Son rôle et sa mission principale sont d’encourager la mise en réseau et la mise en place d’un partenariat public-privé favorable au renforcement des mécanismes de coopération économique régionale, au développement des échanges commerciaux entre les pays membres de l’IGAD et au maintien d’une valorisation de leurs potentialités nationales, tous domaines confondus. Les partenaires du développement et les chambres consulaires des pays membres de l’IGAD en sont les principaux moteurs.

Le président de la chambre de commerce de Djibouti, M. Youssouf Moussa Dawaleh, président de l’IBF pour l’actuelle mandature, a rappelé avec force les appétences utiles qui doivent soutenir les volontés et les ambitions des pays en quêtes de développement et d’essor économique. Le président de la CCD s’est voulu le porte-voix des responsables des chambres consulaires formant l’ossature de l’IBF. M. Dawaleh a tablé sur une volonté commune d’harmonisation et d’amélioration de l’environnement des affaires au niveau régional. L’institution d’un tribunal arbitral qui devrait s’installer à Djibouti en est une éclatante illustration. Le président de la CCD, s’est dit optimiste dans les perspectives de lendemains meilleurs pour les pays de l’IGAD. Il a tout de même rappelé que les décideurs politiques et économiques auront à relever de concert les défis qui se posent à notre horizon commun.
Les conditions seront notamment l’intensification de la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes au sein l’espace intracommunautaire, la diversification d’outils de transformation des matières premières, et le réseau d’infrastructures de transports, d’énergie et de télécommunication.
M. Youssouf Moussa Dawaleh, a tout de même dit son souhait de voir l’émergence d’une communauté d’affaires régionale fortement interconnectée et qui apporte un concours vigoureux au processus d’expansion des marchés régionaux, pour plus d’attractivité, de dynamisme et de sécurité.
 
Le secrétaire exécutif de l’IGAD, M. Mahboub Maalin, a défendu l’idée d’une plus forte mobilisation des acteurs de l’IBF dans le processus d’intégration régionale à travers les agents du secteur privé. Un plaidoyer qui a été très apprécié par la communauté d’affaires régionale qui attend beaucoup du partenariat public-privé. Un partenariat susceptible de stimuler le commerce intra-régional au sein de l’IGAD. L’ambassadeur et chef de la délégation de l’UE à Djibouti, M. Joseph Silva, s’est dit heureux d’assurer un soutien massif de l’UE au renforcement de l’intégration régionale. Il a répété ses encouragements au forum d’affaires de l’IGAD qui doit, a-t-il dit, aider à la levée des obstacles au développement du commerce. M. Joseph Silva a rappelé avec fierté l’enveloppe conséquente de l’UE en faveur des pays de l’IGAD, qui s’élève à 80 millions d’euros sur la période 2014-2020. Des crédits qui vont servir à soutenir les programmes de renforcement de la paix et la sécurité, l’accélération de l’intégration régionale et assurer une exploitation responsable des ressources naturelles. Le diplomate européen a également plaidé en faveur de la relance des négociations autour du partenariat économique entre les pays de l’UE et ceux de la région. Il a appelé à la conclusion d’un accord conforme aux exigences régionales de prospérité partagée. La sécurisation juridique des investissements créateurs d’emplois étant le seul gage requis dans cette perspective lumineuse.

Le ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie, M. Ilyas Moussa Dawaleh, a souligné l’adhésion de la République de Djibouti au processus d’intégration régionale. Il en a voulu pour preuve, l’engagement des autorités publiques de mener à terme le projet de création d’un centre d’arbitrage international à Djibouti. Ce futur tribunal d’arbitrage est calqué sur le système anglo-saxon de (common law). Le ministre a voulu voir dans ce projet la ferme volonté des autorités de rassurer les investisseurs et surtout un « signal fort » du gouvernement dans l’amélioration de l’environnement d’affaires aussi bien national que régional.
Le Premier ministre, Abdoulkader Kamil Mohamed, a réaffirmé la ferme volonté politique au sommet de l’État djiboutien, déterminé à donner aux acteurs du secteur privé djiboutien les moyens de participer pleinement au développement national. Le Premier ministre s’est dit disposé à un renouvellement des rencontres entre les intervenants de l’IBF afin de mener des dialogues constructifs qui doivent servir de catalyseurs du développement du commerce régional, l’ultime et imparable levier de rapprochement entre les élites et les masses laborieuses des pays de la région. C’est la réunion de toutes ces conditions qui assureront dans la cohésion et la stabilité régionale l’envol économique de l’IGAD et ce grâce à un IBF désormais prêt à assumer son rôle de locomotive économique dans la région.

La cérémonie d’ouverture a été suivie d’une séance de présentation des différents pays qui ont chacun mis en avant leurs opportunités d’investissements respectifs.

Mohamed Ahmed Saleh

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
L’ONU exhorte à résoudre pacifiquement le différend Djibouti-Érythrée
 
Djibouti dénonce l’occupation de Doumeira par l’Érythrée
 
La « pax qatari » va t-elle survivre au retrait de Doha de la médiation entre Djibouti et l’Érythrée ?
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |