Human Village - information autrement
 
L’ONU et la coopération sino-africaine
 

Discours d’Abdallah Abdillahi Miguil lors d’une rencontre des membres des Nations unies représentés en Chine, le 17 février 2022 [1]

Excellences,
Ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs,

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements au coordinateur résident des Nations unies pour son soutien total et solide.
La Chine a été construite par les Chinois.
L’Europe a été reconstruite par les Européens.
Alors, je vous le demande, qui va construire l’Afrique ?

Abdallah Abdillahi Miguil, ambassadeur de la République de Djibouti en Chine

L’Afrique d’aujourd’hui est bien loin de l’Afrique des décennies passées. Grâce à une nouvelle génération de dirigeants et à une cohorte émergente de jeunes conscients du pouvoir de transformation de l’éducation, l’Afrique est sur le point de réaliser son propre développement rapide et durable. Selon le Forum économique mondial, deux enfants sur cinq dans le monde naîtront en Afrique d’ici 2050.
Les jeunes Africains prennent en main leur avenir dans une vague montante d’entrepreneuriat, de technologie, d’informatique, d’innovation et de petites et moyennes entreprises, qui balaie le continent tout en créant de nouveaux emplois et de nouvelles opportunités.
Le vieillissement de la population dans de nombreuses économies occidentales et asiatiques se traduit par une demande croissante de main-d’œuvre qualifiée en provenance de régions à la population plus jeune, dont l’Afrique.
Les économies du monde entier cherchent à profiter de la croissance d’une classe moyenne africaine en pleine expansion, les dépenses de consommation en Afrique devraient atteindre 2 500 milliards de dollars américains d’ici 2030, selon le Brookings Institute. Mais de nombreux jeunes Africains restent prisonniers d’une pauvreté qui se reflète dans de multiples dimensions, l’éducation, l’accès à des soins de santé de qualité, la malnutrition et le manque d’opportunités d’emploi.

Alors que le monde est confronté à des défis sans précédent avec la pandémie de COVID-19 et les menaces du changement climatique, un avenir plus radieux nous attend encore. En effet, le secrétaire général des Nations unies lui-même a déclaré que « l’Afrique est un foyer d’espoir ». Cela est apparu clairement lors de notre rencontre de suivi du FOCAC sur le thème « Vers un avenir plus vert, plus prospère et plus sain ensemble », co-organisé avec l’ONU et le soutien de la Chine. L’organisation de ce symposium a été unique dans l’histoire du processus du FOCAC, habituellement bilatéral, qui incluait pour la première fois l’ONU en Chine.
À la suite de mon initiative, en tant que doyen par intérim du Groupe des ambassadeurs africains en Chine, la partie chinoise a également accepté d’inclure les Nations unies en Chine dans cette rencontre, afin de voir comment elles peuvent soutenir les États africains dans l’objectif du renforcement des capacités et de l’opérationnalisation des projets du FOCAC, pour donner un élan à l’Agenda 2063 de l’Union africaine et à l’Agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable.
Notre ambition est d’amplifier cette initiative, de l’approfondir, de réfléchir à la manière de coopérer et de bénéficier de l’assistance, du soutien technique et de l’expertise de l’ONU en Chine en termes de renforcement des capacités des États africains et de réalisation des objectifs de développement durable. Sur la base du document final qui sera bientôt publié, nous avons discuté de comment mener des actions opérationnelles dans les domaines suivants : la santé et les systèmes de santé publique post-pandémie, l’investissement et le commerce, l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture et les réponses au changement climatique. Nous devons travailler et réfléchir aux moyens d’ajouter de la valeur et d’approfondir cette initiative afin que la partie chinoise, la partie africaine et l’ONU puissent tirer parti des résultats du FOCAC.

Alors, que peut apporter l’ONU dans cet esprit de coopération sino-africaine ? Les défis auxquels nous sommes confrontés actuellement sont cruciaux, notamment la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Nous savons très bien que le Covid-19 ne sera pas la dernière pandémie. Il est donc nécessaire d’assurer notre souveraineté pharmaceutique et médicale afin de répondre à nos besoins essentiels et de mieux faire face aux futures pandémies. Il est impératif que l’ONU et l’OMS donnent la priorité à la santé publique, car aujourd’hui, nous avons vu les défis auxquels sont confrontés même les grands pays ayant une couverture sanitaire universelle.
Pour les jeunes femmes et les filles, le manque d’accès aux services de santé les prive de leurs droits et de leur capacité à prendre des décisions concernant leur corps et à planifier leur famille. Cela nuit à leur éducation et à leurs possibilités d’emploi, ce qui, selon le PNUD, représente un manque à gagner de 95 milliards de dollars par an en Afrique subsaharienne. Par conséquent, l’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes doivent être la priorité absolue de tous les plans nationaux de développement.

Nous sommes confrontés au défi du changement climatique avec ses conséquences telles que les inondations, la sécheresse, la soif et la faim. Mais aujourd’hui, l’Afrique représente moins de 2 % de la capacité solaire mondiale, alors que la Chine en représente 36 %, ce qui souligne le besoin crucial d’infrastructures énergétiques à faible émission de carbone en Afrique, avec la construction d’infrastructures d’énergies renouvelables et la fabrication locale d’énergie verte.
Entre 10 et 12 millions de personnes rejoignent la population active africaine chaque année, mais le continent ne crée que 3,7 millions d’emplois par an.
La question de la sécurité alimentaire est une priorité absolue pour nous, alors que la sécheresse est cyclique. Nous ne pouvons sous-estimer le potentiel de l’agriculture pour permettre à l’Afrique de maintenir et de stimuler ses taux de croissance élevés, de créer davantage d’emplois, de surmonter les problèmes de santé et de malnutrition tout en réduisant considérablement la pauvreté. Cela nous rappelle l’urgence d’atteindre notre souveraineté alimentaire par le biais d’une agriculture, d’un élevage et d’une pêche durables.

La question du terrorisme et de l’insécurité découle de la pauvreté, la Banque mondiale affirmant que 40 % des personnes qui rejoignent des mouvements rebelles sont motivées par le manque d’opportunités économiques.
Nous notons que le fait de cibler les PME, qui constituent 90 % des entreprises employant 60 % de la main-d’œuvre en Afrique, jouera un rôle crucial dans le soutien à la création d’emplois, aux femmes et aux jeunes entrepreneurs qui ont souvent des difficultés à accéder à des crédits et à des prêts abordables.
Pour aller de l’avant, nous avons vu plusieurs nouveaux mécanismes potentiels discutés lors du symposium.
Pour l’Afrique, nous proposons d’encourager une plus grande coordination sur les objectifs clés et les idées soulevées, par le biais de nouveaux forums sur des questions spécifiques, une collaboration plus étroite avec le gouvernement chinois pour identifier les priorités en matière d’infrastructures essentielles, et un regain d’intérêt pour les programmes d’autonomisation des femmes et des filles en Afrique.
Pour la Chine, nous proposons d’inclure davantage les institutions africaines dans la mise en œuvre du plan d’action du FOCAC, d’encourager la diversification des acteurs impliqués dans le processus, notamment le secteur privé et la jeunesse, et de promouvoir une meilleure collecte des données afin de comprendre la situation unique des pays africains. Nous rêvons vraiment de stimuler le développement commun et de nourrir de nouveaux moteurs pour étendre la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et l’Afrique.
L’ONU en Chine offre son soutien aux deux parties en mettant à leur disposition ses capacités et son expertise pour faire avancer les nouvelles initiatives, assurer l’alignement sur les normes et standards internationaux, et utiliser son rôle de rassembleur, de connecteur et de catalyseur tout en envisageant le potentiel de collaboration avec les équipes de pays de l’ONU dans les pays africains.

Si ces nouveaux efforts Chine-Afrique-Nations unies présentent des domaines potentiels de coopération et de collaboration passionnants, quelques questions clés demeurent :
 Comment rendre ces idées opérationnelles sur le terrain ?
 Comment poursuivre l’élan de ces nouveaux partenariats ?
 Et comment maintenir ces initiatives en vie ?
Que peuvent apporter les Nations unies en elles-mêmes dans cet esprit de coopération Chine-Afrique ? Il faudra approfondir cette dynamique et dessiner des pistes de réflexion car ce n’est pas quelque chose qui peut être arrêté du jour au lendemain. Dans ce domaine, le rôle des gouvernements, du secteur privé et des fondations des quatre coins du monde restera crucial, comme le démontre mon pays, Djibouti.

L’Afrique n’est pas le domaine d’un seul partenaire, et ses défis complexes offrent des opportunités incroyables pour forger une série de partenariats publics-privés qui comblent les fossés Nord-Sud et Est-Ouest.
L’Afrique est l’avenir, et son développement exige des efforts coordonnés et mondiaux.
La population de l’Afrique devrait approcher les 2,5 milliards d’habitants d’ici le milieu du siècle, la prospérité du monde dépendra de la prospérité du continent africain dans la réalisation de son dividende démographique.
Mais ce n’est qu’en plaçant l’Afrique au centre de ces nouveaux partenariats, dans un esprit de coopération gagnant-gagnant, que les Africains pourront construire l’Afrique afin que le monde puisse connaître un avenir plus vert, plus prospère et plus sain.

Merci.

Abdallah Abdillahi Miguil, ambassadeur de la République de Djibouti en Chine, vice-doyen du groupe des ambassadeurs africains


[1Voir en ligne sur le site de l’ONU. Traduction Human Village, avec DeepL.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Discours de l’ambassadeur djiboutien à l’ONU
 
Visite d’Abiy Ahmed à Djibouti
 
Ismail Omar Guelleh a assisté à l’investiture de William Ruto
 
En aparté… Omar Elmi Khaireh
 
Djibouti, un géant énergétique en devenir ?
 
Djibouti dans le monde du XXIe siècle
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |