Human Village - information autrement
 
25 millions de dollars de crédits pour Djibouti
juin 2020 (Human Village 39).
 

Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé le 29 mai 2020 deux crédits d’un montant total de 25 millions de dollars alloués à Djibouti par l’Association internationale de développement (IDA), l’institution de la Banque mondiale dédiée aux pays les plus pauvres. Ces nouveaux financements aideront les autorités à atténuer les vulnérabilités du pays, à favoriser une croissance économique inclusive et à améliorer la prestation de services.

Le projet de gestion économique et de développement statistique pour la prise de décision, qui bénéficie d’une enveloppe de 15 millions de dollars, aidera le gouvernement de Djibouti à combler le manque de données, à renforcer la qualité et la fiabilité des principaux produits et processus statistiques officiels, à rendre les données plus accessibles et à améliorer les pratiques de diffusion. Il contribuera aussi à renforcer les capacités institutionnelles et techniques ainsi que l’infrastructure de l’Institut national de la statistique de Djibouti (INSD).
« Des données de haute qualité sont indispensables pour mesurer les progrès en matière de croissance économique, de réduction de la pauvreté et de promotion d’une prospérité partagée, » relève Ilyas Moussa Dawaleh, ministre de l’Économie et des Finances, en charge de l’Industrie. « Djibouti a fait un grand bond en avant et c’est l’un des chefs de file des initiatives en faveur du libre accès aux données, mais il faut faire davantage pour assurer la fiabilité et l’actualisation régulière des statistiques afin de prendre les bonnes décisions. Nos politiques publiques doivent impacter le quotidien de nos citoyens, et pour cela, doivent être basées sur des données fiables. Pour y réussir, nous allons procéder à un saut qualitatif par l’usage des dernières technologies, comme l’intelligence artificielle et le big data. »

Remédier à ces failles statistiques peut permettre de prendre de meilleures décisions et d’impulser des changements durables. À Djibouti, le manque de données fiables est toujours un obstacle majeur à l’analyse de la pauvreté, du niveau de vie et des évolutions économiques dans le pays. Cette opération viendra appuyer la réalisation d’un recensement démographique très attendu, du tout premier recensement économique, ainsi que la préparation des comptes nationaux et d’un programme d’enquêtes auprès des ménages pour actualiser les statistiques et garantir la production de données dans le temps.
« Grâce à ce projet, nous aurons une compréhension plus fine de la situation économique du pays et nous serons en mesure de soutenir une planification et une prise de décision qui répondent mieux aux besoins de la population, et notamment des groupes vulnérables », explique Marina Wes, directrice des opérations de la Banque mondiale pour l’Égypte, le Yémen et Djibouti.

De nouvelles vagues de réfugiés en provenance d’Éthiopie, d’Érythrée, de Somalie et du Yémen ont encore aggravé la fragilité des services publics de Djibouti. En outre, la crise du coronavirus et la récente invasion de criquets ont eu des répercussions importantes sur la santé publique et l’économie, menaçant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance.
Face à cette situation, le financement supplémentaire de 10 millions de dollars approuvé aujourd’hui en faveur du projet d’aide au développement en réponse aux conséquences des déplacements de population dans la Corne de l’Afrique contribuera à atténuer ces vulnérabilités. Cette opération améliorera l’accès aux services sociaux et économiques afin que le pays puisse s’adapter à un contexte évolutif et créer des débouchés économiques, tant pour les réfugiés que pour les communautés qui les accueillent. Le projet comportera une composante d’intervention d’urgence conditionnelle (CERC) pour soutenir la préparation et la capacité de réponse de Djibouti aux situations d’urgence.
« Le fardeau des déplacements de population repose largement sur les pays d’accueil, souligne Boubacar-Sid Barry, représentant résident de la Banque mondiale à Djibouti. Notre programme aidera Djibouti à améliorer les conditions économiques et sociales dans les zones recevant des réfugiés et à prêter assistance à la fois à ces populations et aux communautés d’accueil. »

Le portefeuille de la Banque mondiale à Djibouti comprend quatorze projets financés par l’IDA, pour un montant total de 209 millions de dollars. Il est axé sur l’éducation, la santé, les filets de protection sociale, l’énergie, le développement des communautés rurales, la lutte contre la pauvreté urbaine, la modernisation de l’administration publique, la gouvernance et le développement du secteur privé, en accordant une importance particulière aux femmes et aux jeunes.

Voir en ligne sur le site de la Banque mondiale.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Création du fonds souverain de Djibouti
 
Le gouvernement annonce une baisse des tarifs de l’EDD
 
Aide pour les familles sur le prix de l’électricité
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |