Human Village - information autrement
 
Tribune de l’ambassadeur américain
 

Le leadership américain dans la lutte mondiale contre le Covid-19 s’inscrit dans la durée et dans la continuité de jours, de mois, et de décennies d’assistance. Chaque jour, une assistance technique et matérielle américaine supplémentaire arrive dans les hôpitaux et les laboratoires du monde entier. Ces efforts s’appuient eux aussi sur des décennies d’expertise, de générosité et de planification sans égales de la part des États-Unis.
L’aide des États-Unis répond à des motifs altruistes, car nous pensons que c’est la chose à faire. Nous agissons également de la sorte parce que les pandémies ne respectent pas les frontières nationales. Si nous pouvons aider les pays à contenir les épidémies, nous sauverons des vies à l’étranger et aux États-Unis.
C’est cette générosité et ce pragmatisme qui font que les États-Unis ont été l’un des premiers pays à venir en aide au peuple chinois dès que des informations ont fait état d’une autre épidémie à Wuhan. Début janvier, le gouvernement des États-Unis a proposé une assistance technique immédiate au Centre chinois de contrôle des maladies.

Au cours de la première semaine de février, les États-Unis ont fait parvenir à Wuhan près de 18 tonnes de fournitures médicales données par l’association Samaritan’s Purse, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et d’autres organisations. Nous nous sommes également engagés à fournir 100 millions de dollars d’aide aux pays pour lutter contre ce qui allait devenir une pandémie – y compris à la Chine, qui a refusé notre offre.
Notre réponse va maintenant bien au-delà de cet engagement initial. Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement américain a engagé à ce jour une aide de près de 500 millions de dollars. Ce financement permettra d’améliorer l’éducation en matière de santé publique, de protéger les établissements de santé et d’accroître les capacités de laboratoire, de surveillance des maladies et d’intervention rapide dans plus de 60 des pays les plus à risque au monde, tout cela dans le but d’aider à contenir les épidémies avant qu’elles n’atteignent nos côtes.
Notre assistance aide les gens dans les circonstances les plus difficiles. Par exemple, le gouvernement américain travaille avec des ONG pour livrer des médicaments, des fournitures médicales et de la nourriture au peuple syrien, y compris dans les zones contrôlées par le régime en place. Nous aidons les agences des Nations unies et les organisations non gouvernementales à construire davantage de structures destinées à la distribution d’eau, à l’assainissement et aux services de santé dans le nord de la Syrie, pour faire obstacle à la propagation du virus. Nous aidons nos amis de l’Afrique à l’Asie et bien au-delà.

De nombreuses organisations internationales en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 bénéficient également des contributions inégalées de l’Amérique.
Les États-Unis sont le plus grand bailleur de fonds de l’Organisation mondiale de la santé depuis sa fondation en 1948. Nous avons donné plus de 400 millions de dollars à cette institution en 2019, soit près du double de la deuxième contribution et plus que les trois contributeurs suivants réunis.
Il en va de même pour ce qui est de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, que les États-Unis ont financée à hauteur de près de 1,7 milliard de dollars en 2019. C’est plus que tous les autres États membres réunis, et plus de quatre fois la deuxième contribution, celle de l’Allemagne.
Il y a ensuite le Programme alimentaire mondial, auquel les États-Unis ont donné 3,4 milliards de dollars l’année dernière, ce qui représente 42 % de son budget total. C’est près de quatre fois la quote-part du deuxième contributeur, et plus que tous les autres États membres réunis. Nous avons également donné plus de 700 millions de dollars au Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), plus que tout autre pays.
Lorsque ces organisations internationales fournissent de la nourriture, des médicaments et d’autres aides dans le monde entier, c’est aussi dans une large mesure grâce à la générosité du peuple américain en partenariat avec d’autres pays donateurs, et nous en sommes fiers.

Notre pays reste le plus grand donateur d’aide humanitaire et dans le domaine de la santé à la fois pour le développement et le renforcement des capacités à long terme avec les partenaires, et dans le cadre des interventions d’urgence face aux crises récurrentes. Ces fonds ont permis de sauver des vies, de protéger les personnes les plus vulnérables aux maladies, de construire des établissements de santé et de contribuer à la stabilité de communautés et de nations.
L’Amérique finance près de 40 % des programmes mondiaux d’assistance sanitaire, à hauteur de 140 milliards de dollars d’investissements sur les 20 dernières années, soit cinq fois plus que le deuxième bailleur de fonds. Depuis 2009, les contribuables américains ont généreusement financé plus de 100 milliards de dollars d’aide sanitaire et près de 70 milliards de dollars d’aide humanitaire dans le monde.

Pour aider à la riposte contre le Covid-19, en consultation avec le gouvernement de Djibouti, nous avons réorienté des activités du programme de l’USAID pour une valeur totale de $170 000 :
Ainsi, $150 000 serviront à soutenir les efforts du ministère de la Santé dans la riposte contre le Covid-19 auprès des populations à risque.
$20 000 soutiendront le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFOP) dans son programme d’enseignement à distance.
En plus, nous ferons la mise à disposition de radios à 587 familles des zones rurales pour que leurs enfants participent pleinement au programme d’apprentissage à distance du MENFOP.
L’USAID fournira une subvention de $500.000 à l’Unicef pour réduire la transmission interhumaine du Covid-19 et atténuer ses impacts à Djibouti.
En outre, en consultation avec le gouvernement de Djibouti, l’armée américaine a soumis pour approbation des projets estimés à $780.000 pour répondre aux priorités du ministère de la Santé et du ministère de l’Intérieur.

Enfin, dans le cadre de la fourniture d’équipements pour la détection rapide du Covid-19 dans plus de 40 pays, y compris Djibouti, nous avons octroyé $5 millions à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Ainsi l’AIEA fournira des ensembles standard d’équipements – réaction de polymérisation en chaîne (real time RT-PCR), de consommables, d’amorces et de sondes pour la détection rapide du Covid-19.
Notre aide ne se limite pas à l’argent ni aux fournitures. Ce sont les experts que nous avons déployés dans le monde entier et ceux qui continuent aujourd’hui de présenter des tutoriels par téléconférence. Ce sont les médecins et les professionnels de la santé publique formés grâce à des fonds et à des établissements d’enseignement américains. Et ce sont les chaînes d’approvisionnement que nous maintenons ouvertes et opérationnelles pour les entreprises américaines qui produisent et distribuent des fournitures médicales essentielles de haute qualité dans le monde entier.

Bien sûr, ce n’est pas seulement notre gouvernement qui aide le monde. Les entreprises, les ONG et les organisations confessionnelles des États-Unis ont donné au moins 1,5 milliard de dollars pour lutter contre la pandémie à l’étranger. Les entreprises américaines mettent au point des innovations technologiques destinées au développement de vaccins, de traitements, de diagnostic et de ventilateurs. C’est l’exceptionnalisme américain dans ce qu’il a de meilleur.

Comme ils l’ont fait à maintes reprises, les États-Unis aident les autres lorsqu’ils en ont besoin. La pandémie de Covid-19 ne fait pas exception à cette règle. Nous continuerons d’aider les pays à mettre en place des systèmes de soins de santé résilients permettant de prévenir et de détecter les épidémies de maladies infectieuses ainsi que d’y réagir. Tout comme les États-Unis font du monde un lieu plus sain, plus pacifique et plus prospère depuis des générations, ils montreront la voie et vaincront notre ennemi pandémique commun pour que nous en ressortions tous plus forts.

Larry E. André, ambassadeur des États-Unis à Djibouti

Cette tribune est aussi accessible sur le site de l’ambassade américaine.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Rising Djibouti
 
Une crise économique et sociale s’annonce
 
Sensibilisation par et pour la population
 
Situation au 5 octobre
 
Situation au 15 avril
 
Situation au 14 mai
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |