Human Village - information autrement
 
The Gravedigger
 

Khadar Ahmed, cinéaste et réalisateur finlandais d’origine somalienne, était en repérage et casting à Djibouti durant le mois de mars.
The Gravedigger (le fossoyeur), est un thriller dramatique qui met en scène une famille modeste dont le père doit réunir une somme faramineuse en deux semaines pour sauver son épouse en lui offrant une greffe rénale.
Khadar Ahmed, jeune cinéaste finlandais d’origine somalienne a choisi Djibouti pour tourner son film. Un choix qu’il a fait après un premier séjour de plaisance à Djibouti en 2015, qui lui a donné l’idée de ce film surtout après avoir découvert la culture, les paysages, et le tempérament des djiboutiens. La rencontre avec notre talentueuse cinéaste, Lula Ali Ismail, l’aura tout de même raffermi dans son choix pour Djibouti. Un pays sensiblement identique à la Somalie.

« Les réseaux et le carnet d’adresse de Lula m’ont tout de même beaucoup aidé à trouver les bons tuyaux au succès de mon prochain film », reconnait-il, car ces fameux réseaux et connaissances ont été indispensables pour les procédures administratives, le casting, les potentiels acteurs, les autorisations et tous les détails techniques et les spécificités culturelles à Djibouti.
Rien n’a été laissé au hasard durant ce voyage de prospection et de préparation au pas de charge. Un séjour de travail qu’il a qualifié de réussi puisqu’il a pu fixer tous les détails techniques et les conditions de tournage de son prochain film avec son équipe finlandaise et djiboutienne. L’équipe du cinéaste, - composée notamment de Risto Nikkilä, directeur de production, Mark Lwoff, producteur, Arttu Peltomaa, directeur de la photo et Antti Nikkinen, chef décors - a pu mener à bien le travail de repérage et de reconnaissance des sites et les décors idoines pour les prises de vues. Cette équipe mixte d’ingénieurs et de techniciens de l’image et du son, mais aussi des paysagistes et des décorateurs, a mis au point le casting idéal pour les premières prises de vues qui débuteront dès le mois d’octobre [1] et qui se poursuivront jusqu’au mois de décembre prochain.
A noter que le jeune réalisateur compte déjà trois courts-métrages, un long-métrage qu’il a juste scénarisé et The Gravedigger qu’il a écrit et réalisera. Des succès qui lui ont ouvert les portes des maisons de productions du cinéma finlandais et ont étoffé son carnet d’adresses avec des grands noms de la culture et du cinéma dans son pays d’adoption.

Au moment de repartir en Finlande pour convaincre sa maison de production BUFO, de mobiliser les financements nécessaires et lancer les tournages, il est plein de confiance. « Grâce à l’appui de Lula, qui a bien voulu travailler avec notre directeur de production, je suis assuré de pouvoir aller très rapidement et boucler le tournage et les prises de vue en deux mois au grand maximum ».
The Gravedigger ne sera pas le premier film d’action tourné à Djibouti avec des acteurs locaux, mais l’originalité du film, c’est son histoire haletante et surtout dynamique et les rythmes à couper le souffle. Une course contre la montre pour réunir une rançon astronomique en deux semaines, voilà qui sort de l’ordinaire et ne manque pas de piquant.

Nous sommes certains que The Gravedigger sera un vrai succès, c’est en tout cas tout le mal que nous souhaitons à notre nouvel ami cinéaste Khadar Ahmed et à son équipe.
Pourvu qu’il aide à faire mieux connaitre notre pays et ses potentialités cinématographiques pour que ce secteur industriel, pour l’heure encore embryonnaire chez nous, puisse prendre son envol et générer de l’emploi, de la richesse, de la notoriété, enfin tout ce à quoi aspire notre jeunesse.

Mohamed Ahmed Saleh


 
Commentaires
Reconnaissance du monde cinéma
Le 22 septembre 2019, par Sadik MOHAMED ALI.

Primo, je suis un jeune réalisateur djiboutien qui a envie de faire connaissance à tous ces personnes qui s’intéressent au cinéma djiboutien.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Lula Ali Ismaël, ambassadrice du cinéma djiboutien au Festival de Cannes
 
Chehem Watta, poète ou éveilleur de conscience ?
 
Crises en Méditerranée et au Proche-Orient
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |