Human Village - information autrement
 
Atelier de formation sur le genre et les médias
 

L’Union de la presse francophone de Djibouti a organisé un atelier de formation sur le genre et les médias qui s’est déroulé durant trois jours à l’hôtel Sheraton, en présence d’Adam Kulach, ambassadeur de l’Union européenne à Djibouti, et de Djibril Ismaïl Cher, secrétaire général de la Commission nationale de la communication
.


Une vingtaine de journalistes de presse écrite et audio-visuelle ont pris part à cet atelier de formation organisé avec le soutien financier de l’Union européenne.


 Il était animé par trois experts nationaux, Hasna Maki Houmed, ancienne journaliste à la RTD et actuellement conseillère du Premier ministre, Abdoulkader Ahmed Omar, professeur à l’université de Djibouti, sociologue spécialiste des questions de genre, et Fatouma Mahamoud qui est également enseignante à l’université djiboutienne
Avec cet atelier « Genre et médias », l’Union de la presse francophone à Djibouti voulait notamment aborder la politique nationale d’utilisation des médias, et plus particulièrement l’évolution des pratiques en ce qui concerne l’approche du et de genre dans les médias. 

Cela comprend la représentation des femmes dans les médias, leur présence et leur participation dans le travail de la presse, leur poids, leur impact et leurs témoignages en matière de couverture sur l’opinion… Ces thèmes ont été au cœur des débats menés par les professionnels de la presse durant ces trois journées. 

L’atelier a permis aux femmes et hommes de média de mettre sur la table leurs connaissances sur les questions de genre, les pratiques de leur rédaction ainsi que les débats qu’ils y mènent sur la relation entre hommes et femmes.

La politique sur le genre menée par les autorités djiboutiennes a été présentée aux participants, ainsi que les projets en cours pour la promotion des femmes, notamment la Stratégie nationale d’intégration de la femme. 

Au cours de cet atelier, les participants ont pu étudier aussi les obstacles à l’égalité entre les hommes et les femmes dans les médias, et analyser la persistance des pesanteurs socioculturelles, dont le faux prétexte de l’indisponibilité des femmes qui rencontreraient des difficultés particulières à concilier leurs vies professionnelle et familiale.

 Des propositions se sont dégagées en vue de renforcer leur rôle pour l’avènement d’une société égalitaire à Djibouti. 

Les réflexions étaient organisées autour de trois grands axes :
- le contexte et les contraintes lorsqu’il s’agit des femmes dans les médias.
- les forces et les faiblesses de la représentation des femmes dans les médias djiboutiens.
- les défis et les perspectives à court et moyen termes.

Kenedid Ibrahim, président de L’Union de la presse francophone de Djibouti

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Rixe entre policiers et gendarmes, filmée par un militaire… la fin des haricots !
 
Deux actions de la coopération française
 
Prévention de la malnutrition
 
Tour d’horizon du centre Housseina
 
Journée internationale de la femme 2017
 
Crime insupportable à Ali Sabieh
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |