Human Village - information autrement
 
Appui aux autorités locales djiboutiennes
par Ilwad Elmi Mohamed, octobre 2018 (Human Village 34).
 

Après une année d’activités du programme géré par l’AIMF, la Mairie de Djibouti et l’Association nationale des collectivités locales djiboutiennes (ANCLD) et financé par l’Union européenne (UE), la première assemblée générale de l’ANCLD a débuté hier. Elle s’inscrit dans le cadre d’une subvention de 950 000 euros de l’UE, soit près de 202 millions de francs Djibouti initiée en 2017. Ce mercredi 24 octobre, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur chargé de la Décentralisation, Hamadou Mohamed Aramis, la maire de Djibouti, Fatouma Awaleh Osman, et le chef de la section coopération de la délégation de l’Union européenne à Djibouti, Bernard François, ont présidé la cérémonie de lancement, sous le haut patronage du Premier ministre Abdoulkader Kamil Mohamed. La cérémonie de lancement s’est déroulée au Kempinski en présence notamment des représentants de l’AIMF, des présidents des communes, des présidents des conseils régionaux et des membres de l’ANCLD.


Lors de son intervention durant la cérémonie de signature, Bernard François s’est dit « heureux de soutenir la première assemblée de l’Association nationale des collectivités locales djiboutiennes, un instrument de plaidoyer qui réunit l’ensemble des élus locaux et qui permettra de faire avancer au fur et à mesure la question de la décentralisation. » Il a rappelé que « l’année dernière, l’Union européenne finançait un projet d’assistance technique chargée d’appuyer le ministère de la Décentralisation, à hauteur de 256 000 euros, soit près de 50 millions de francs Djibouti ; au début du mois, il s’agissait d’un atelier à l’Assemblée nationale financé par l’UE dans le but de soutenir la réforme de la politique de décentralisation. […] Ces soutiens de l’Union européenne, qui sont amenés à se poursuivre dans le futur, permettent de promouvoir une approche axée sur la gouvernance locale comme facteur de développement local et de lutte contre la pauvreté ».

Cette première assemblée générale de l’ANCLD est un véritable instrument de plaidoyer qui permettra de faire avancer la question de la décentralisation et dont les membres sont l’ensemble des élus locaux.
Par son ampleur, ce projet, dont l’UE est le bailleur exclusif, permettra de doter la Ville de Djibouti de ressources et de moyens pour améliorer sa gouvernance locale, d’assurer des services essentiels aux populations et de développer harmonieusement le territoire. Ce projet d’appui aux autorités locales djiboutiennes visera également le renforcement des capacités des acteurs de la décentralisation et de la déconcentration, en particulier au bénéfice des membres de l’Association nationale des collectivités locales djiboutiennes.
Ses objectifs principaux sont
- de promouvoir un dialogue entre l’Administration nationale, les conseils régionaux et la société civile en vue de soutenir la décentralisation et le développement local ;
- d’établir un environnement propice à la participation des citoyens à la vie politique locale et à la prise en compte de leurs aspirations.

Par ailleurs, la cérémonie du 30 novembre a réuni de nombreux acteurs du processus de la décentralisation, ainsi que les présidents de trois communes et des cinq conseils régionaux, et de nombreux représentants du gouvernement et du corps diplomatique. D’autre part, les bénéficiaires directs de ce projet - qui sera mis en œuvre conjointement par l’AIMF, la mairie de Djibouti et l’ANCLD - sont les collectivités territoriales, les administrations de tutelle et déconcentrée et les communautés de base.
Ce projet d’appui a comme objectifs spécifiques le renforcement des capacités des acteurs concernés à savoir
- le renforcement des capacités de l’ANCLD à assurer ses missions d’appui, de conseil et de plaidoyer aux collectivités ;
- le renforcement des capacités de la mairie et des communes de Djibouti pour les aider à assumer au mieux leurs compétences ;
- le renforcement des capacités des acteurs de la décentralisation.

L’Union européenne est déterminée à accompagner la République de Djibouti durant le long processus qui mène de l’établissement d’autorités locales à l’instauration d’une gouvernance locale efficace, en appuyant la politique de décentralisation du Gouvernement et en améliorant les qualités des services rendus par les autorités locales aux administrés. En contrepartie, les autorités en charge sont tenues de faire avancer la tenue des assises nationales de la décentralisation et les réformes afférentes.

Enfin, ce projet s’inscrit dans le programme de développement local et d’appui à la réforme de la décentralisation qui est en cours d’identification dans le cadre du 11e Fond européen de développement (FED). La première assemblée de l’ANCLD qui s’est tenue mardi 23 octobre a conclu sur l’élection à l’unanimité de la Maire de Djibouti au poste de président de l’ANCLD et du président du conseil régional de Tadjourah en tant que secrétaire général de l’ANCLD.

Ilwad Elmi

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Djibouti dans le monde du XXIe siècle
 
Approche territoriale du développement local
 
Que retenir des « Rencontres citoyennes » du RPP ?
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |