Human Village - information autrement
 
Un taux de retrait des cartes d’électeur très alarmant…
par Mahdi A., février 2018 (Human Village 32).
 

Alors que la distribution des cartes d‘électeur a débuté il y a de cela deux semaines exactement, et qu’elle doit prendre fin la veille du vote, c’est-à-dire le 22 février 2018 à minuit, le gouvernement commence à montrer des signes d’inquiétudes à la vue des derniers chiffres du décompte officiel de retraits des cartes [1]. Seulement 47 171 cartes ont été distribuées sur 195 097 personnes inscrites sur les listes électorales, soit 24,18%.

Un taux de retrait des cartes d’électeur très faible…
Les cartes sont disponibles, mais les citoyens ne viennent pas les retirer. C’est dans la capitale que le désintérêt des électeurs est le plus fragrant, pourtant c’est le plus gros morceau : il représente 64,42% des inscrits sur les listes électorales, avec pas moins de 125 689 votants. A la date du 6 février, 18,55% (23 312) seulement avaient retiré leurs cartes. La moyenne des retraits au niveau national est 24,18% (41 171). Cette moyenne éclipse cependant d’importantes disparités entre les régions et la capitale, avec des résultats parfois étonnants, comme ceux de la préfecture d’Arta, où le taux de retrait est de 62% alors que seule la liste de l’UMP concours... De même dans la préfecture de Dikhil où le taux élevé se situe à 29,8%. Dans cette configuration de liste unique, il n’y a que la préfecture d’Obock qui se démarque, et enregistre un faible taux de retrait des cartes, avec 13,9%. La ville frondeuse d’Ali Sabieh, semble s’être définitivement rangée, puisqu’elle affiche au compteur un taux de retrait de 38,34%. Tadjourah s’en sort également très bien, le taux de retrait est de 35,85%. Lors des élections régionales, la ville blanche affichait un taux de participation de 93% et 95,41% des suffrages exprimés en faveur de la liste de la majorité présidentielle.

Situations précédentes
Aux régionales et communales de 2017, à peine 40% des électeurs de Djibouti-ville étaient allés voter, mais ceux qui s’étaient exprimés avaient voté à plus de 88% pour les listes UMP. Au niveau national, l’UMP avait raflé 90% des suffrages avec une participation de 53% de votants. Les deux régions réputées frondeuses n’ont pas été en reste : Ali Sabieh et Obock affichaient de très honorables taux de participation, respectivement 75,25% et 87,28% alors que les enjeux étaient pourtant très faibles, seule l‘UMP concourait !
De véritables records de participation avaient été atteints pour ce scrutin sans aucun enjeu du fait du boycott par les partis de l’opposition.

Il y a peu d’engouement pour le retrait des cartes d’électeur…
Ce faible taux de retrait inquiète le gouvernement, le ministre de l’Intérieur, Hassan Omar Mohamed, a d’ailleurs effectué une communication sur le sujet lors du dernier Conseil des ministres [2] du mardi 6 février, dans laquelle il a présenté les données sur les taux de retrait de cartes dans la capitale ainsi que dans les préfectures de l’intérieur du pays. Il a en outre présenté un éventail de mesures qui vont être mis en place afin de relancer une distribution jusqu’alors poussive des cartes.
Le message est bien passé puisque les membres du gouvernement en campagne électorale à Tadjourah, hier vendredi 9 février, en ont profité de battre le pavé pour plaider auprès des habitants de la ville blanche aux sept mosquées pour les inciter à venir encore plus nombreux récupérer leur document de vote. Ce n’est pas tout, l’UNFD - en quelque sorte la soeur jumelle du RPP - ne va pas tarder à rentrer en branle et inciter ses militantes et ses associations satellites à faire du porte à porte pour informer la population de l’importance du droit de vote et les encourager à retirer leur carte [3]. Le taux de retrait des cartes varie de 12,61% (3e arrondissement) à 22,64% (1er arrondissement) sur les six arrondissements que compte la capitale.


Normalement le retrait des cartes d’électeur est une démarche individuelle et s’effectue sur présentation d’une pièce d’identité. Face à la difficulté de mobiliser les électeurs pour les amener à retirer leur carte, il ne faudrait pas que les quelques craintes d’un non retrait de celles-ci, à Djibouti-ville où ailleurs dans les régions, n’incite à la facilité et donc à la décentralisation de la distribution avec des remises groupée aux notables et okals, comme à des sortes de sous-traitants… Pas de cris d’orfraie pardi, surtout, que l’on se rassure, cela ne peut pas arriver : la CENI [4] veille au grain !

Au delà, il serait utile de s’interroger sur les raisons qui peuvent expliquer un tel désintérêt de la population pour exercer un droit constitutionnel, celui de vote, qui permet de choisir ses élus et donc de dicter ses choix dans la gestion de la vie de la cité ?

Mahdi A.


[1En date du mardi 6 février 2018.

[3Voir La Nation.

[4Commission électorale nationale indépendante, voir le site de la présidence.

 
Commentaires
Un taux de retrait des cartes d’électeurs très alarmant…
Le 11 février 2018, par Omar M.Elmi.

Monsieur Mahdi A.I.
Je tiens d’abord à vous féliciter pour ce travail constant et courageux d’informer autrement vos lecteurs.
Votre publication ci-dessus donne des chiffres significatifs du retrait des cartes d’électeurs qui marquent un désintéressement massif des djiboutiens qui ne souhaitent pas donner leurs voix à des élections dont les résultats sont connus d’avance. Le système de liste unique du parti unique n’encourage guère d’aller retirer sa carte d’électeur. Par ailleurs le nombre d’électeurs (195 000) pour une population de près de 1000 000 d’âmes représente moins de 20%. Cette situation démographique exceptionnelle suscite un débat qui a le mérite d’être débattu.
Cordialement

Un lecteur assidu de HV


L’info du Vrai
Le 12 février 2018, par Warsama .

Merci Mahdi pour le véritable travail de journaliste que tu accompli pour nous transmettre chaque jour une information fiable et serieuse.
Courage et bonne continuation dans tes investigations pour nous reveler le vrai de l’info.
Encore bravo

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Communiqué du RPP concernant l’Éthiopie et l’Érythrée
 
Après l’orage, la population bouillonne de rage devant l’incurie du gouvernement…
 
Que retenir de la visite d’Abiy Ahmed Ali
 
Ismaïl Omar Guelleh confortablement reconduit
 
Élections locales : une femme se présente à la mairie de Djibouti
 
En aparté… Mohamed Daoud Chehem
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |