Human Village - information autrement
 
Les jeux seraient faits, avant l’heure et hors des urnes…
par Mahdi A., février 2018 (Human Village 32).
 

Bonne nouvelle, les électeurs n’auront plus besoin de se déplacer pour aller voter le 23 février prochain. Ils pourront occuper cette journée chômée pour soit paisiblement faire la grâce matinée, soit passer du temps auprès de leurs proches, avant de se rendre pour la grande majorité à la mosquée pour remplir leur obligation religieuse en ce jour de grande religiosité à Djibouti.
Le gouvernement, toujours soucieux de prendre soin des siens, a eu l’excellente idée d’organiser - avant l’heure et en dehors des urnes - la répartition par désignation des sièges au sein des partis de la majorité ainsi qu’entre les partis de l’opposition autorisés, puis entre la majorité et l’opposition, en tenant compte de plusieurs éléments gravés dans le marbre, comme le dosage entre les communautés, les clans, les sous-clans, entre les sexes en panachant le résultat sur six régions… Le tri entre les profils n’est nullement fondé sur les résultats de primaires internes, ni sur les compétences, ou l’expérience, encore moins le degré d’instruction, mais plutôt le niveau « d’indépendance d’esprit » des heureux désignés. C’est l’élément clé !
Contrairement aux informations diffusées jeudi 25 janvier 2018 au journal télévisée de 15h en langue française sur les ondes de la RTD, il n’y a aura pas dix listes pour concourir aux législatives du 23 février mais neuf. La deuxième liste présentée par la coalition PDD-UDJ à Tadjourah, et dont la tête de liste est Houmed-Gaba Barkat Siradj, a été disqualifiée par le ministère de l’intérieur et ne pourra donc concourir au scrutin.


Allocution du ministre de l’intérieur, Hassan Omar Mohamed
Jeudi 1er février depuis son ministère et en présence des responsables des différents partis qui ont « postulé » pour concourir, le ministre de l’intérieur a signalé que « Suite à la réception des dossiers de candidature qui s’est clôturée le 25 janvier 2018, les listes déposées par les groupements de partis politiques ainsi que par les partis politiques ont fait l’objet d’une étude minutieuse et d’un examen approfondi pour s’assurer de la satisfaction des conditions requises conformément aux textes en vigueur.
Préfecture de Djibouti
1 - Liste de groupement des partis politiques dénommé UMP (Union pour la majorité présidentielle) avec pour tête de liste, Abdoulkader Kamil Mohamed
2 - Liste de la coalition UDJ-PDD avec pour tête de liste, Ilaya Ismael Guedi
Préfecture d’Obock
1 - Liste de groupement des partis politiques dénommé UMP (Union pour la majorité présidentielle) avec pour tête de liste, Ali Houmed Hassan
Préfecture de Tadjourah
1 - Liste de groupement des partis politique dénommé UMP (Union pour la majorité présidentielle) avec pour tête de liste Ibrahim Chehem Daoud
2 - Liste du parti politique dénommé ARD (Alliance pour le renouveau Démocratique) avec pour tête de liste Hassan Mohamed Hassan
Préfecture d’Arta
1 -Liste du groupement des partis politiques dénommé UMP (Union pour la majorité présidentielle) avec pour tête de liste Omar Waberi Malow
Préfecture d’Ali Sabieh
1 - Liste du groupement des partis politiques dénommé UMP (Union pour la majorité présidentielle) avec pour tête de liste Elmi Obsieh Waiss
2 - Liste du parti politique dénommé CDU (Centre pour le renouveau démocratique) avec pour tête de liste Haroun Hassan Guedi
Préfecture de Dikhil
1 - Liste du groupement des partis politiques dénommé UMP (Union pour la majorité présidentielle) avec pour tête de liste Ougoureh Kifleh Ahmed
Ainsi, au total, sur l’ensemble du territoire, neuf listes ont été validées, à savoir, six listes déposées par un groupement des partis politiques dénommés UMP, une liste déposée par une coalition formée par le parti UDJ-PDD enfin deux listes déposées par des partis politiques, à savoir, l’ARD et le CDU. Tel est la composition des listes dont la candidature est retenu pour participer aux élections législatives programmées pour le vendredi 23 février 2018. Enfin, comme la loi l’exige, les listes retenues feront l’objet d’une publication au Journal officiel ».

Une liste a été invalidée
Le motif pour lequel la liste de l’UDJ-PDD n’a pas été autorisée à concourir pour cette échéance électorale n’est pas encore connu. Aussi, pour éviter que s’immisce le venin du soupçon sur les résultats à venir, le ministère de l’intérieur devrait rapidement apporter les éclaircissements nécessaires, en particulier en précisant les raisons qui ont disqualifiées la liste conduite par Houmed-Gaba Barkat Siradj. Quelles sont les conditions nécessaires à la candidature de cette liste qui n’étaient pas remplies ?

Dénonciation d’une mesure qualifiée « d’arbitraire et injustifiée »
Houmed-Gaba Barkat Siradj [1], tête de liste du groupement des partis UDJ-PDD à Tadjourah, a contesté sur les réseaux sociaux « la décision arbitraire et injustifiée car sans fondement du ministre de l’intérieur d’invalider ladite liste en invoquant des motifs fallacieux et imaginaires de “dossiers incomplets”. » Pour lui c’est une procédure mystérieuse marquée par le sceau du secret, mettant en exergue le fossé qu’il existe entre les règles formelle et leur mise en pratique.
Il n’y va pas de main morte estimant que l’exclusion est une « entrave anticonstitutionnelle basée sur des fausses allégations (qui auraient) été émises par le ministère de l’intérieur, lui même, sans pour autant en avancer la moindre preuve ni même le moindre PV attestant des “documents manquants”. Par conséquent nous condamnons fermement cette tentative antidémocratique, illégale et infondée qui consiste à vouloir tuer dans l’œuf l’expression libre du peuple en disqualifiant d’officie notre liste à Tadjourah. Par ces voies de faits illicites, le ministre de l’intérieur vient de démontrer une fois de plus, à l’opinion nationale et internationale, sa vocation anti républicaine d’obstruction délibérée de l’exercice démocratique en totale contradiction avec les lois et les textes en vigueur. Enfin, conformément aux lois, nous engagerons au nom du parti, un recours auprès du Conseil constitutionnel en vue du règlement de ces voies de faits litigieux. Nous exhortons tous nos militants et militantes de rester mobilisés et solidaire dans cette bataille contre l’injustice et le déni démocratique », a-t-il déclaré.

Pareillement certaines personnes semblent être surprises d’apprendre que l’ARD « autorisée » ne présente pas de candidats à Obock alors que c’est pourtant le fief électoral du fondateur de l’ARD, feu Ahmed Dini Ahmed, ancien Premier ministre et figure politique emblématique, dont le fils Cassim Ahmed Dini a hérité des rênes du parti.

L’opposition, qui paraît plus affaiblie que jamais, va juste faire un petit tour de piste au cours de ce scrutin. Questionné le 29 janvier, sur les ondes de VOA, sur le poids politique de l’opposition actuelle en comparaison de celle qui a concouru en 2013, l’ancien ministre Omar Chirdon Abass, orateur doté d’un sens de la formule très aiguisée, répond avec une métaphore : elle n’existerait plus, pulvérisée dans la foulée des dernières échéances électorales par le pouvoir comme il le laisse insidieusement entendre : « une bombe atomique du genre de celle qui est tombée à Hiroshima l’a totalement anéantie, désunie, éparpillée, et ce qu’il en reste, a préféré fuir vers des contrées lointaines plus hospitalières ailleurs autour du globe… ». Moquant les propos tenus quelques jours plus tôt sur les mêmes ondes par la tête de liste de l’UDJ-PDD, Ilaya Ismael Guedi, qui déclarait que son parti - UDJ, dont Ilaya, novice en politique, a hérité au décès de son fondateur, en l’occurrence, de son père, Ismael Guedi Hared - était un parti d’opposition « modérée »… Omar Chirdon Abass n’a pas manqué de manifester son étonnement, tournant en dérision ce qualificatif employé, indiquant ne pas savoir ce qu’il signifiait lorsqu’il est question d’opposition politique ! Allant jusqu’à estimer que cette opposition actuelle, était fabriquée par le pouvoir pour donner l’illusion d’une compétition électorale et que les électeurs devraient se garder de lui faire confiance car elle répondrait à un agenda caché pour lequel elle aurait monnayé ses services théâtrales.

Après les élections de février 2013 et la violente crise post-électorale qui s’en était suivie, on peut craindre que la population désabusée ne sera pas passionnée par ce scrutin sans surprise. C’est la raison pour laquelle on devrait assister à une campagne électorale sans souffle, sans animosité, sans débats d’idées et sans véritable enjeu. La population devrait peu se déplacer dans les meetings pour suivre les joutes oratoires scénarisées. Cette élection semble pliée d’avance… au point que les Djiboutiens sont nombreux à féliciter d’ors et déjà les celles et ceux pressentis pour figurer sur la liste des futurs heureux pensionnaires de la 8e législature. La loi électorale ayant été conçue pour permettre d’assurer une forte majorité au vainqueur, il est possible d’anticiper sur les résultats attendus et de connaître précisément, au nom près, dès publication des listes nominatives des candidats par liste, selon leur positionnement individuel, ceux qui seront élus députés, que cela soit sous l’étiquette de la majorité ou de l’opposition... Ce qui nous amène à penser que le seul enjeu véritable de ce scrutin sera le taux d’abstention !

Mahdi A.

Listes des candidats aux élections législatives de février 2018

Ali Sabieh

UMP
TitulaireSuppléant-e
Elmi Obsieh Wais Farhan Moussa Robleh
Abdi Khaireh Bouh Abdillahi Amir Aden
Roda Ahmed Ali Nafissa Barkat Dirieh
Abdou Sikieh Dirieh Abdillahi Ali Barreh
Elmi Mahabé Wais Farhan Hassan Isamël
Moussa Yabeh Warsama Hassan Omar Absieh

Arta

UMP
TitulaireSuppléant-e
Omar Wabéri Malow Abdourahman Mohamed Djama
Aicha Mohamed Abdallah Madina Oudoum Gohar
Djibril Abdillahi Miganeh Awad Omar Abdillahi

Dikhil

UMP
TitulaireSuppléant-e
Ougoureh Kifleh Ahmed Mohamed Said Moussa
Abdallah Barkat Ibrahim Moussa Hamadou Mohamed
Mahamoud Hassan Farah Hassan Kayad
Djama Guedi Aden Abdoulkader Houssein Ahmed
Abdoulkader Mohamed Moussa Abdo Mohamed Abdo
Nouria Wabéri Houffane Siman Abdoulkader Wabéri
Kaltoum Farah Said Yasin Waiss Diraneh
Aicha Habib Mohamed Kadidja Yacoub Abdoulkader
Abdoulwahab Barkat Gourad Mohamed Ibrahim Adou
Ahmed Mohamed Ali Wais Ahmed Moussa
Mahammad Moussa Ossa Said Abdi Said

Djibouti-Ville

UMP
TitulaireSuppléant-e
Abdoulkader Kamil Mohamed Abdou Kamil Mohamed
Mohamed Daoud Chehem Mohamed Daoud Mohamed
Ilyas Ahmed Hassan Deka Mohamed Ahmed
Ismail Sanalasse Said Mohamed Ibrahim Chehem
Mohamed Ahmed Ainan Kaltoum Moussa Iltireh
Abdi Isse Boulale Ali Abdi Ibrahim
Hassan Aden Guedi Omar Djama Galab
Nasro Habib Mohamed Saida Habib Mohamed
Zackaria Ahmed Aptidon Nafissa Abdillahi Dirieh
Ismail Ahmed Ismail Kaltoum Hassan Omar
Houmed Boulsa Hamed Hassan Gueda Hassan
Adbi Mahamoud Dembil Houssein Djamah Hadliye
Nafissa Dirieh Samireh Fathia Hassan Darar
Kassim Abdillahi Farah Elmi Hassan Farole
Oumalkhaire Ahmed Omar Deka Abdillahi Megag
Darar Ismael Guedi Kadar Galab Irbad
Ilyas Moussa Dawaleh Nima Boulhan Houssein
Ali Mohamed Daoud Dini Ali Mahamadé
Ali Abdi Farah Mohamed Djama Mahamoud
Mohamed Ali Houmed Ouma Mohamed Aramis
Hassan Omar Mohamed Bourhan Fatouma Daoud Houmed
Safia Elmi Djibril Anab Daher Madar
Oumma Mohamed Hamid Aicha Ibrahim Louback
Oubah Abdillahi Elmi Nasteho Houssein Idriss
Mohamed Aden Djama Elmi Ayeh Gadid
Housseina Abdoulkader Ali Madina Mohamed Hassan
Halo Mohamed Ibrahim Mohamed Moussas Kamil
Mohamed Ismael Youssouf Mohamed Djama Omar
Dileita Mohamed Dileita Mohamed Hassan Houmed
Mahamoud Moustapha Daher Fatouma-Farhiya Nimaleh Osman
Ahmed Robleh Abdilleh Amin Mohamed Djama
Omar Abdillahi Ahmed Rachid Mohamed Houssein
Charmake Moussa Arreh Farah Mohamed Osman
Houssein Mohamed Ali Ismail Ali Chireh
Saleban Daher Bile Elmi Osman Omar
Aicha Kayad Ali Hawa Bilha Abdi
Abdourahman Awaleh Yacin Hassan Osman Darar
Choukri Ali Ainan Saredo Mohamed Ali
Ibrahim Ahmed Abdo Farah Ali Awad
Ahmed Bouh Ali Naima Aden Meraneh
Hassan Robleh Ali Mohamed Isman Kaib
Mohamed Abdallah Ali Moustapha DjamaAli
Ali Zeid Ahmed Chadily Oubad Nasser Ahmed
Nima Kaireh Boulaleh Harbi Farah Moussa
Hasna Moumin Bahdon Mahad Farah Nour
Houmed MohamedDini Abdoulkader Dini Mohamed
Youssouf Adaweh Ladieh Faical Oumar Hassan
Moussa Mohamed Said Youssouf Abdoulkader Hassanle
Mohamed Youssouf Goumaneh Kadija Ali Elmi
Aden Aouled Adjab Ahmed Hassan Cheik

Obock

UMP
TitulaireSuppléant-e
Ali Houmed Hassan Kamil Youssouf Kamil
Kamil Houmed Ahmed Abdoul-kader Mohamed Ali
Fatouma Mohamed Hamadou Mohamed Obakar Bililis
Ali Chehem Bourhan Issa Mohamed Omar

Tadjourah

UMPARD
TitulaireSuppléant-eTitulaireSuppléant-e
Ibrahim Chehem Daoud Houssein Mohamed Ali Hassan Mohamed Hassan dit Dilleyta Adan Dini Houmed
Omar Aden Said Youyou Mohamed Ahmed Fatto Omar Mohamed Nasro Mohamed Taher
Ahadi Ahmed Derberkale Mohamed Ali Mohamed Houmed Abass Houmed Houssein Mohamed Hassan
Houmed Mohamed Houmed Abass Mohamed Houmed Chehem Mohamed Gadito Mohamed Kamil Mohamed
Hassan Omar Mohamed Kamil Robleh Moussa Ismael Ahmed Momin Mohamed Mohamed Bareh Ali
Ahmed Hassan Mohamed Halima Chehem Ahmed Mohamed Bareh Ali Nafissa Youssouf Hassan

[1Houmed-Gaba Barkat Siradj est le frère du principal notable de la communauté des Ablek-haïssamale. Porte parole du sultan de Tadjourah, il préside l’assemblée coutumière des notables de la ville blanche. Il a aussi un lien de parenté avec Ali Barkat Siradj, ancien directeur de rédaction du quotidien La Nation.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Après l’orage, la population bouillonne de rage devant l’incurie du gouvernement…
 
Que retenir de la visite d’Abiy Ahmed Ali
 
Discours d’Abiy Ahmed devant le Parlement djiboutien
 
Un taux de retrait des cartes d’électeur très alarmant…
 
Présidentielle à Djibouti : six candidats pour un fauteuil
 
L’UMP remporte largement les élections locales
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |