Human Village - information autrement
 
L’Union européenne contribue à la protection des droits à Ali-Addeh
 

Une cérémonie de lancement de deux projets pour la promotion et la protection des droits de la femme et de l’enfant dans les communautés réfugiées a été organisée, ce lundi 13 février 2017, dans le camp de réfugiés d’Ali-Addeh, en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne à Djibouti, M. Adam Kulach, du secrétaire exécutif de l’Office national pour l’assistance aux réfugiés et aux sinistrés (ONARS), M. Houssein Hassan Darar et du représentant de l’UNHCR, M. Albert Katumba. Les projets seront mis en œuvre par les ONG internationales Danish Refugee Council (DRC) et Norwegian Refugee Council (NRC), en partenariat avec les ONG nationales Union nationale des femmes djiboutiennes (UNFD) et Solidarité féminine (SF), avec un soutien financier de l’Union européenne à hauteur de 350 000 euros et 315 000 euros respectivement.

Les deux projets ont été sélectionnés suite à un appel à propositions dans le cadre de l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme. Les deux projets répondent aux objectifs de l’appel à proposition de l’Union européenne : la protection et promotion des droits de la femme et de l’enfant dans les communautés réfugiées à Djibouti. Les projets visent à protéger l’intégrité physique et psychologique des femmes et des enfants et de prévenir et réduire la violence sexuelle et la violence basées sur le genre, à travers des activités comme la mise en place d’une structure communautaire, la sensibilisation et la formation. Les bénéficiaires sont les femmes et les enfants dans les communautés réfugiées, deux groupes très vulnérable, qui risquent d’être victimes de violences sexuelles et d’autres pratiques néfastes.

La promotion des droits humains, et surtout des droits des groupes vulnérables, est une priorité pour l’Union européenne. Dans la coopération pour un développement durable, l’Union européenne base les interventions sur les droits humains afin que les groupes les plus vulnérables puissent en profiter. Le principe est d’intégrer et d’inclure ces groupes ; soit de manière transversale dans tous les projets financés par l’UE, soit avec des projets spécifiques comme les deux projets actuels.

Les deux projets, qui ont pour but de promouvoir et protéger les droits de la femme et de l’enfant dans les communautés réfugiées, vont aussi renforcer les capacités de la société civile à Djibouti, grâce à un transfert de compétences des ONG internationales DRC et NRC aux ONG nationales UNFD et SF. Le succès de ces projets est lié aux partenariats entre DRC et NRC d’un côté, et UNFD et SF de l’autre, et les synergies qui vont être créées en matière de partage d’expérience internationale et de la connaissance locale du terrain.

C’est en coopération avec la société civile et les autorités djiboutiennes, notamment l’ONARS, que l’Union européenne continue à œuvrer pour la promotion et la protection des droits des humains à Djibouti.

Ilwad Elmi / Kajsa Petersson

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Professionnalisation de la filière transport, logistique et portuaire
 
Amélioration de l’accès à l’eau potable
 
Les marins italiens rendent visite aux écoliers de Djibouti
 
Réfugiés yéménites à Obock
 
Les migrants, prêts à tout pour une « vie meilleure »
 
Protection des réfugiés et mouvements migratoires mixtes
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |