Human Village - information autrement
 
Un coup de sifflet pour mettre de l’ordre et plus de sécurité dans le désordre urbain
par Mahdi A., janvier 2017 (Human Village 29).
 

Pourquoi entend-on des cris d’orfraie à propos d’une réforme qui a pour ambition de réduire drastiquement le nombre de morts et de blessés dans des accidents de la route, et qui textuellement aurait du être appliqué depuis décembre 2010 ? Les dispositions du Code de la route font enrager les conducteurs… elles sont considérées comme trop brutales. Le ressentiment qu’elles suscitent est d’autant plus important qu’elles interviennent dans la foulée de l’instauration de la journée continue, toujours autant décriée par les fonctionnaires.
Mais, interrogeons-nous : peut-on raisonnablement en vouloir aux autorités politiques qui ont décidé enfin de mettre de l’ordre et plus de sécurité dans le désordre urbain ambiant ? L’honnêteté pousse à dire que c’est une réforme courageuse, qui va permettre de sauver des vies et contribuer à améliorer notre qualité de vie. Pour réussir cette réforme les amendes ont été très fortement majorées. Ceux qui enfreignent la loi dorénavant seront attaqués au portefeuille. Pour un non respect des feux de signalisation, l’ardoise est salée, avec plus de 700% de majoration, de 5000 à 36 000 FD… Des arguments solides qui nous amèneront à réfléchir à deux fois avant de griller un feu !

Parfois il faut ce qu’il faut pour déclencher le déclic attendu !
S’agit-il d’un ferme rappel à l’ordre, au respect du Code de la route, un peu comme une sorte de coup de sifflet pour signifier aux administrés que, « la récréation est terminée » - pour paraphraser l’ancien ministre de l’Intérieur Hassan Darar Houffaneh, à qui en aurait pu décerner le prix Humour et politique pour cette petite phrase à l’occasion de son intervention télévisée relative aux jets de pierre dans les quartiers - et mettre de l’ordre dans le désordre urbain, ou simplement de renflouer les caisses de l’État ?
L’État ne roule pas sur l’or c’est une évidence, mais pas au point de devoir compter sur les contraventions infligées aux automobilistes pour mettre du beurre dans les épinards. Si quelqu’un est responsable de cette nouvelle situation, ce n’est pas du côté du gouvernement que le regard doit être dirigé ! Nul ne peut nier que ce sont nos propres actes d’incivisme, en particulier les atteintes aux règles de la circulation urbaines, qui sont responsables de la plupart des accidents de la route. Le non respect des panneaux de signalisation, des feux tricolores, de la vitesse recommandée… Ces comportements inconsidérés sont à l’origine aussi bien de dégâts que de pertes en vies humaines. Le gouvernement devrait être félicité, soutenu, voire encouragé afin qu’il ne cède pas face aux puissants lobbys qui s’activent, comme ceux des taxis ou des transports en commun, pour amoindrir la portée des mesures prises. Il faut rompre le cercle vicieux qui fait que tant que le policier n’est pas visible, nous nous autorisons à faire le mariol au volant.

Les dispositions radicales qui vont être appliquées, sont une aubaine pour le pays, c’est un véritable bouleversement qui se prépare, puisqu’elles vont permettre de lutter contre l’incivisme routier et de provoquer un véritablement changement dans les comportements. Leur impact sera si rude sur le portefeuille des automobilistes en cas d’infraction qu’elles seront extrêmement dissuasives.

Concrètement, il est prévu un net renforcement des opérations de contrôles visant au respect de la réglementation et une majoration substantielle des amendes forfaitaires. C’est une réforme majeure, parce que la sanction change d’ordre de grandeur. C’est d’ailleurs la sévérité des sanctions qui est le point le plus discuté, le plus contesté du nouveau code par la population. Elle est continuellement évoquée, que cela soit dans les mabraz, les bureaux, ou les cafés.

Le gouvernement espère un sursaut citoyen afin d’agir pour un changement rapide des comportements en matière de circulation routière. Mais, rassurez-vous, il est accordé un moment pour se conformer aux nouvelles exigences, notamment l’amélioration de l’état technique des véhicules. Sur ce point, il est prévu un renforcement du contrôle technique des véhicules, mais également de modifier la réglementation de l‘importation des véhicules d’occasion. La pose de plaques d’immatriculation à la place non prévue, c’est 25 000 FD. La conduire avec une seule plaque d’immatriculation, 30 000 FD ou bien encore une différence de plaques d’immatriculation entre le remorqueur et la semi-remorque, 300 000 FD. Des pneus trop lisses, 36 000 FD. Enfin, laisser couler ou laisser échapper des produits de chargement du véhicule, c’est 100 000 FD.

Au menu le choix est large, c’est nous qui décidons du montant de l’addition !
Pour la conduite sous l’emprise de l’alcool ou de substances stupéfiantes, ou ne pas s’arrêter après avoir causé un accident de circulation, voire tenter de s’échapper dans ces circonstances, prévoir 2 000 000 FD. Pour non-respect des limitations de vitesse, tout comme la conduite du véhicule d’une manière extravagante, il vous en coûtera 36 000 FD.
L’utilisation du portable au volant est strictement interdite à moins que vous ne soyez complètement garé ou que le téléphone soit fixé sur un support de telle sorte que le conducteur n’ait pas à le manipuler, sinon il vous en coûtera 10 000 FD.
Pour un conducteur sommé de s’arrêter et ayant refusé de se soumettre aux vérifications prescrites ou n’ayant pas respecté l’ordre d’immobilisation du véhicule ou refusé d’obtempérer aux injonctions qui sont faites, l’amende sera de 20 000 FD. Cette peine est portée à 1 000 000 de nos francs en cas de délit de fuite lors d’un contrôle routier. Et ce n’est pas tout, les piétons ne sont pas oubliés : si vous ne traversez pas aux passages dédiés aux piétons, sachez qu’il faudra désormais payer une amende de 2000 FD.

Amendes amères, un véritable festival : quelques infractions pour avoir une idée de ce qu’il nous en coutera dorénavant de contrevenir à la loi :

Le stationnement est particulièrement visé, soyez donc vigilants quand vous garez votre véhicule :
- arrêt obstruant la circulation, 5000 FD ;
- arrêt sur un emplacement interdit, 6000 FD ;
- arrêt sans raison au milieu de la route, 6000 FD ;
- stationnement des véhicules sur les trottoirs, 5000 FD ;
- laisser son véhicule sur la route avec le moteur en marche, 20 000 FD.

Pensez toujours à prendre votre permis de conduire et carte grise… :
- Le non renouvellement de la carte crise du véhicule à l’expiration de sa date de validité coûte 50 000.
- Défaut de carte grise lors de la conduite, 6000 FD.
- Le défaut de permis de conduire lors de la conduite, 6000 FD.
- Le défaut d’assurance, 10 000 FD.
- La non présentation de la carte grise, 70 000 FD.
- La non présentation du permis de conduire, 50 0000 FD.

Soyez attentif au respect des feux de signalisation, l’utilisation du clignotant et des feux la nuit, ainsi qu’à éviter quelques excentricités :
- Le non respect d’un feu rouge, 36 000 FD.
- Un défaut de clignotant, 5000 FD.
- Un défaut de feu rouge arrière, 6000 FD.
- Le non respect de signaux de signalisation de la circulation, 30 000 FD.
- Un refus de priorité, 10 000 FD.
- La conduite en sens inverse de la circulation, 20 000 FD.
- Le non-respect des distance de sécurité, 20 000 FD.
- Le dépassement du côté droit, 10 000 FD.
- Le dépassement dans un endroit interdit, 20 000 FD.

Enfin, les conducteurs comme les passagers devront attacher leur ceinture, et donc cela doit devenir un reflexe pour réduire le taux de gravité des accidents de circulation. L’oubli d’attacher la ceinture de sécurité lors de la conduite coûte 20 000 FD, ainsi que d’asseoir les enfants de moins de dix ans à l’avant du véhicule.

Pour ce qui concerne les taxis et transports en commun :
- Le manque d’hygiène des véhicules de taxi, 6000 FD.
- La non fixation du signe de taxi sur le véhicule, 6000 FD.
- Le non respect de la couleur imposée aux taxis ou véhicules de formation, 5000 FD.
- Ne pas avoir apposé de panneau indiquant le tarif pour les taxis et les véhicules de transport en commun, 6000 FD.
- Ouvrir la portière arrière gauche d’un taxi sur la chaussée, 10 000 FD.
- Ne pas respecter l’interdiction de fumer à l’intérieur des taxis et véhicules de transport en commun, 10 000 FD.
- Le défaut d’éclairage de nuit et à l’intérieur du véhicule de transport en commun, 8000 FD.

Concernant l’application des règles de civilité et du bien vivre ensemble :
- Jet de détritus de véhicules sur la voie publique, 30 000 FD.
- Utiliser des gyrophares avec un véhicule non autorisé, 6000 FD.
- Avoir effectué des changement de la couleur du véhicule sans autorisation, 6000 FD.
- Refus de priorité aux piétons sur leur passage, 6000 FD.

Malgré les griefs, l’application à la lettre du Décret n°2010-0230/PR/MID du 04 décembre 2010 - relatif aux nouvelles disposition réglementaires du Code la route - n’est pas une mauvaise chose. Cette réforme nous rappelle que Djibouti est notre bien commun. Alors, retrouvons notre le sens du devoir citoyen, apprenons à respecter le Code de la route, préservons le patrimoine routier et urbain. Ce sont des devoirs citoyens non négociables pour sauver des vies, il faudra s’y plier. Le gouvernement joue sur cette affaire pleinement son rôle, qui est de veiller, constamment à l’amélioration de la qualité de la vie, mais également, la sécurité et le bien être de ses administrés. Cette réforme pleine d’espérance, permettra d’éviter les comportements à risque. Elle est bénéfique pour la sauvegarde de la vie des concitoyens. L’application de la normalité, c’est nouveau à Djibouti, pourvu que cela dure !

Les agents de police, vont veiller au grain et faire appliquer les nouvelles dispositions à la lettre, et c’est une bonne chose ! Il faut le dire, ces derniers travaillent dur, et souvent dans des conditions pénibles, pour un salaire dérisoire. D’ailleurs un geste en leur faveur, pour améliorer leurs conditions matérielles de travail mais également leur rémunération, serait très salutaire pour ces vigies de la sécurité routière.

Au fait, monsieur le directeur général de la police, existe t-il une voie légale pour contester une infraction le cas échéant ? Comptez-vous mettre enfin en place une signalisation sur le réseau routier de la capitale ? De plus, avec des montants majorés dans certains cas de 1000%, il faudra circuler avec beaucoup d’espèces en poche. Vos services accepteront-ils dorénavant les paiements par chèque ?

Mahdi A.

 
Commentaires
Un coup de sifflet pour mettre de l’ordre et plus de sécurité dans le désordre urbain
Le 17 janvier 2017, par un nomade.

Cette nouvelle loi s’en prend a un acquis tacite et de longue date. Donc,il fallait songer a menager la susceptibilite de l’automobiliste tout en l’imposant ds le quotidien de nos routes. Mon idee aurait ete que ds les 45 premiers jours, on se garde ds amendes. Dans la rue, la police appuiee par l’armee aurait dialogue avec le fautif. Lui faire conprendre que viendrait un jour ou ce dialogue ne serait plus.
La police devait se faire une emission a la tele, ou elle expose aux citoyens, les infractions qu’elle a relevees ds la journee et le manque a gagner pour l’etat.
Au bout de la premiere semaine, les infractions connaitraient une tendance qui tend vers le bas.
La presence de l’armee au cote de la police est de permettre a celle-ci de s’acquitter de son travail administratif. Ce travail est celui sur lequel repose l’emission speciale que la police presente a la
RTD.
Les infractions diminuant, pas lieu de jeter l’oppobre sur tous les automobilistes car les recalcitrants sont une minorite, au bout de 45js soumettre aux deux parents de chaque maison un questionnaire leur demandant s’ils sont d’accord pour qu’on procede a la phase amere des amendes.
Il est difficile, compte tenu que tout parent a pour priorite la vie de son engeance, que les parents voient les amendes d’un mauvais oeil.
Et c’est sur cette base de donnees, c’est a dire le support inconditionnel des parents, que les amendes doivent se manifester.
Les amendes ne doivent pas sembler la decision du gouvernement ou de de la police. Elles doivent etre ce qu’elles sont : l’emanation des parents. Leur decision.

Certaines habitudes ont la peau dure. Aussi, faut-il ne pas mettre inutilement en danger la vie de nos agents de police.
Et puis ne dit-on pas "Rome n’a pas vu le jour en un seul jour". Alors si ces problemes de voitures nefastes
a notre image deviennent quasi-inexistants au prochains decembre, c’est ce que nous avons gagne le combat .

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Abchir Moustapha Jiide, ferrailleur
 
Le SPAD et la liberté de la presse
 
L’Union européenne rencontre les médias djiboutiens
 
Vingt ans plus tard, Moussa Aïnan attend d’être indemnisé après le crash du vol d’Ethiopian Airlines
 
L’aéroport Al Haj Hassan Gouled Aptidon, conçu comme accélérateur de croissance
 
Mainmise éthiopienne sur les activités portuaires au PAID ?
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |