Human Village - information autrement
 
Des « mains étrangères » derrière les crises en Afrique
décembre 2021 (Human Village 43).
 

La République de Djibouti a participé du 2 au 4 décembre à Oran (Algérie) à la 8e conférence ministérielle de l’Union africaine sur « la paix et la sécurité en Afrique ». Le ministre des Affaires étrangères, Mahmoud Ali Youssouf, a pris part aux travaux de cette conférence qui avait pour thème « Assister les nouveaux membres africains du Conseil de sécurité de l’ONU à traiter les questions de paix et de sécurité sur le continent africain / Faire taire les armes en Afrique : créer un environnement propice au développement ».

La participation de Djibouti à cette conférence vient de son souci de contribuer activement au renforcement de la sécurité et de la paix sur le continent.
Cette conférence s’inscrit dans le cadre du renforcement de la concertation et de la coordination entre les pays africains membres du Conseil de sécurité de l’ONU et ceux du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, afin de donner l’efficacité souhaitée à leurs mandats respectifs dans le traitement de nombreuses questions africaines liées à la paix et à la sécurité, explique le communiqué. L’objectif est de « créer une interaction plus positive et constructive entre les deux organismes onusien et régional, de manière à aider à défendre les dossiers du continent et trouver des solutions pacifiques aux conflits qui épuisent les capacités de l’Afrique et empêchent la réalisation d’un développement durable profitable à sa population ». La conférence examina également les moyens de renforcer l’efficacité des mécanismes d’action de l’Union africaine pour faire face à la menace terroriste qui pèse sur les pays du continent. Elle doit déboucher sur des recommandations et des orientations que les États membres mettront en œuvre à travers leurs moyens diplomatiques, que ce soit au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies ou du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.

Le ministre djiboutien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mahmoud Ali Youssouf, a déclaré vendredi 3 décembre à Oran que de nombreux pays comptent sur le rôle de l’Algérie au sein de l’Union africaine pour élever le niveau de coordination et de coopération entre les pays du continent. Il a souligné la nécessité pour l’Union africaine d’avoir une position « claire et forte » pour que sa voix soit entendue partout, notamment en Occident, et « ne marginalise pas le continent pour des raisons futiles ».
Il a également souligné que la réunion d’Oran a permis d’aborder la question de la coordination au niveau continental à travers le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et le Conseil de sécurité des Nations unies. Il a souligné aussi à cet égard que bon nombre des questions abordées par le Conseil de sécurité de l’ONU concernent l’Afrique.
Mahmoud Ali Youssouf a souligné que les crises sur le continent africain sont causées par des « mains étrangères » qui veulent servir leurs intérêts et ne prêtent aucune attention aux intérêts africains, appelant au renforcement de la solidarité africaine pour être un rempart contre les ingérences étrangères.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Nouvelle envoyée spéciale du Royaume-Uni dans la Corne de l’Afrique
 
Tensions entre la France et Djibouti au sujet du Héron
 
Arrestations de journalistes au Somaliland
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |