Human Village - information autrement
 
En Afrique de l’Est, un rayon d’espoir
par Muse Bihi Abdi, juillet 2021 (Human Village 42).
 

Le rayon d’espoir de l’Afrique de l’Est dans une année difficile pour la démocratie
12 juillet 2021, voir en ligne sur le site de Newsweek.

L’un des principes clés de la politique étrangère du président Joe Biden est la coopération avec des partenaires démocratiques partageant les mêmes idées et les mêmes objectifs que l’Amérique. Cette nouvelle stratégie n’a jamais été aussi nécessaire qu’aujourd’hui, alors que des conflits se construisent ou éclatent partout dans le monde.
Mais où et comment doit-elle être déployée ? Dans le monde instable d’aujourd’hui, il n’y a pas d’outil plus efficace que la collaboration directe avec le Somaliland, une nation stratégiquement située le long du golfe d’Aden, dans la Corne de l’Afrique, qui a récemment célébré trente ans d’indépendance et de démocratie.

Largement inconnu, et non reconnu par la communauté internationale, le Somaliland a réussi là où beaucoup d’autres ont échoué, en dépit d’un soutien limité des pays donateurs et des organisations multilatérales. Nous avons organisé de multiples élections démocratiques avec le principe « une personne, une voix ». Nous avons vaincu le terrorisme sur nos terres, la piraterie dans nos mers et les influences étrangères malveillantes auxquelles d’autres pays de notre région ont succombé. Et nous avons jeté les bases d’une stabilité économique qui ne fera que s’améliorer à mesure que nos industries et nos infrastructures continueront de se développer et de mûrir.

Au cours des trois dernières décennies, le monde a connu des changements que peu de gens auraient pu prévoir en 1991. De nombreux pays d’Afrique ont été déstabilisés par des conflits régionaux, des tensions ethniques et religieuses, des réseaux terroristes mondiaux et la résurgence de forces autoritaires. Ces mêmes défis se posent aujourd’hui à de nombreuses nations, grandes ou petites.
Pourtant, la démocratie du Somaliland a perduré. Après avoir obtenu son indépendance de la domination coloniale britannique en 1960 et subi une union ratée avec l’ancienne Somalie italienne, notre peuple a reconquis sa souveraineté nationale il y a trente ans. Depuis, nous avons construit un gouvernement et une société qui ont résisté à des épreuves que d’autres continuent d’endurer. Et nous sommes restés fidèles à nos aspirations démocratiques. Je suis honoré de servir en tant que cinquième président démocratiquement élu du Somaliland, et une partie du succès du pays réside dans la certitude de nos citoyens que je me retirerai lorsque le sixième président prendra le pouvoir.

Le Somaliland peut aider les démocraties voisines, y compris les États-Unis, à résoudre des problèmes régionaux susceptibles de nuire gravement à leurs intérêts stratégiques. Les différends politiques, les tensions ethniques et les conflits armés au sud et à l’ouest de notre pays débordent des frontières et menacent la stabilité régionale et la vie de civils innocents. Au nord, la liberté de navigation dans les couloirs de transit maritime et militaire du canal de Suez et de la mer Rouge jusqu’au golfe d’Aden et au-delà - qui représente plus de 10 % du commerce mondial - est menacée par le conflit dans le golfe d’Aden et la présence militaire chinoise croissante dans notre voisinage.
Chacune de ces crises en cours affecte les intérêts et les valeurs des États-Unis, comme en témoigne la nomination rapide par le président Joe Biden de deux envoyés spéciaux dans notre région. Mais pour s’attaquer efficacement à ces problèmes, les États-Unis ont besoin de plus que de simples envoyés. Ils ont besoin de partenaires fiables.

Pourquoi le Somaliland doit-il être un tel partenaire ? Tout d’abord, nos idéaux démocratiques restent forts. Le 31 mai, le Somaliland a organisé des élections locales et parlementaires dans des conditions qui ont exigé un consensus difficile mais déterminé, poursuivant une longue tradition d’élections, qualifiées de libres et équitables par les observateurs locaux et internationaux. Nous sommes impatients de continuer à démontrer, en partenariat avec les États-Unis, que les démocraties sont plus efficaces lorsqu’il s’agit de faire une réelle différence dans la vie de leurs citoyens et de servir de phare à ceux qui défendent les libertés humaines fondamentales.
Malgré les menaces qui pèsent sur nos intérêts, le Somaliland continue d’assurer la sécurité de son peuple et la sûreté des eaux de son littoral stratégique de 850 km. Formées par nos partenaires britanniques et européens, nos forces territoriales et maritimes - ainsi que nos diplomates - accueillent favorablement l’opportunité d’explorer de nouveaux domaines de coopération avec les États-Unis qui aideront à vaincre les groupes extrémistes, à mettre fin au conflit au Yémen, à réduire les tensions en Éthiopie et à protéger les voies maritimes vitales dont dépendent les exportateurs et les forces navales américaines.

Enfin, nous savons que les opportunités économiques sont une condition essentielle de la stabilité à long terme. C’est pourquoi nous avons investi, avec Dubai Ports World, dans la modernisation et l’expansion du port de Berbera et des corridors de transit vers nos voisins de l’intérieur. Avec une capacité de fret conteneurisé de deux millions d’unités équivalentes à vingt pieds (TEU) par an, cet investissement ouvrira à la Corne de l’Afrique et au-delà des opportunités inexploitées de croissance économique. Les partenaires et les investissements américains dans la région nous aideront à montrer qu’une croissance dictée par le marché est hautement préférable au financement par la dette que d’autres nations ont choisi.

De nombreux efforts seront nécessaires pour atteindre nos objectifs, mais des mesures pratiques visant à revitaliser un dialogue direct, créatif et constructif entre les États-Unis et le Somaliland peuvent nous y conduire. Nous ne devrions pas nous voir refuser la possibilité de contribuer à la stabilité régionale simplement en raison de l’incapacité de la Somalie à le faire. Notre manque de contact direct et cohérent a eu des conséquences tragiques au fil des ans, notamment les récentes luttes pour faire face aux infestations massives de criquets et à la pandémie actuelle de COVID-19. De telles crises peuvent être évitées ou atténuées par un contact direct, et devraient l’être.

Depuis des décennies, les États-Unis entretiennent un dialogue direct et des liens solides avec Taïwan, un autre partenaire démocratique dans une région stratégiquement importante. La nécessité et le succès de cette alliance démocratique sont aujourd’hui incontestés, malgré les complications qu’elle entraîne pour la politique étrangère des États-Unis.

Une opportunité similaire attend les États-Unis au Somaliland, où notre peuple a prouvé, au cours de 30 ans d’indépendance, le pouvoir de la démocratie dans un monde instable.

Musa Bihi Abdi, président de la République du Somaliland

Traduction Human Village avec l’aide de DeepL.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Sous l’humour… l’indignation
 
Théorie du conditionnement social
 
L’illusion du nationalisme arabe
 
Le président a reçu Mohamed Abdullahi Farmaajo
 
La Somalie : ultime allié de Djibouti
 
Un mur entre la Somalie et le Kenya
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |