Human Village - information autrement
 
Djibouti et le Japon
août 2021 (Human Village 42).
 

L’ambassadeur djiboutien au Japon, Ahmed Araïta Ali, revient sur les treize ans qu’il a passé à Tokyo et le lien particulier entre les deux pays
Contrairement à la plupart des ambassadeurs étrangers au Japon, qui restent quatre ou cinq ans et ont à peine le temps de s’installer avant de s’envoler vers leur poste suivant, Ahmed Araïta Ali est un résident de longue date de la capitale japonaise. Le diplomate djiboutien est en poste ici depuis mai 2008 et a, au cours de sa longue mission, vu l’intérêt pour son pays croître de façon spectaculaire.
2011 a été une année charnière, lorsque les Forces d’autodéfense japonaises (JSDF) ont ouvert leur toute première base à l’étranger à Djibouti, alors que la nation de la Corne de l’Afrique est venue en aide aux habitants de Fukushima dévastées par la triple catastrophe du 3 novembre. La relation entre les deux pays s’est épanouie à partir de là, comme l’explique Araïta Ali dans ce dernier volet de notre série d’entretiens en cours avec des ambassadeurs basés à Tokyo. Alors qu’il termine son mandat et doit retourner à Djibouti fin août 2021, Araïta Ali a rencontré Masashi Takahashi, consultant senior chez Original Inc (éditeur de Time Out Tokyo) et ancien diplomate avec une vaste expérience des questions de développement durable, pour revenir sur ses années à Tokyo, parler de ses efforts pour combattre des visions stéréotypées de l’Afrique et discuter de la façon dont le Japon et Djibouti pourraient ensemblerendre les deux sociétés plus durables. L’ambassadeur a également eu la gentillesse de recommander quelques restaurants, de partager son enthousiasme pour les Jeux olympiques et même de désigner le « roi du thon », Kiyoshi Kimura de la célèbre Sushi Zanmai.

Comment vos impressions sur le Japon ont-elles changé au fil de ces années en poste à Tokyo ?
[Cette mission] a été une expérience très riche pour moi. Je connaissais le Japon à travers les livres, la télévision et les médias [avant d’arriver], mais tout comme l’Afrique semble très lointaine pour les Japonais, le Japon me paraissait très lointain. Pourtant, j’ai toujours été fasciné par la culture et les traditions japonaises, et quand la décision a été prise de m’envoyer au Japon, j’en étais très heureux. Je suis enseignant de formation, et je parlais du Japon à mes étudiants, mais je ne connaissais pas le pays. Quand je suis arrivé à Narita pour la première fois et que j’ai traversé la ville, ses forêts de bâtiments et d’autoroutes, j’ai vu qu’elle était très propre mais apparemment vide - parce que je n’ai remarqué que les bâtiments. Dans un autre ordre, quand je suis arrivé à Narita, l’ambassadeur [japonais] m’attendait et nous sommes montés en voiture ensemble. Il a dit au chauffeur massugu (« tout droit »). C’est le nom de ma grand-mère, alors je me suis dit « Oh mon dieu, les Japonais connaissent même ma grand-mère » [ rires ]. Puis il a dit migi (« juste »), et ce mot est le même dans ma langue. De drôles de coïncidences. Vivant ici, j’ai appris à apprécier la coexistence de la tradition et de la modernité – le kimono et la nanotechnologie. Certains pays ont oublié leurs traditions et ont tout adopté d’ailleurs, mais le Japon est différent.

Tous nos lecteurs ne connaissent pas Djibouti. Pouvez-vous nous parler de votre pays et sa relation avec le Japon ?
Djibouti est un petit pays, mais situé stratégiquement. Nous sommes la porte d’entrée de l’Afrique, et des pays [voisins] comme l’Éthiopie utilisent Djibouti comme point d’accès à la mer. Nous avons une zone franche similaire à Singapour et, au niveau international, nous essayons de faciliter des interactions pacifiques. Quand je suis arrivé au Japon, certaines personnes m’ont demandé« Qu’est-ce que Djibouti ? ». Au bout d’un moment, c’est devenu « Où est Djibouti ? ». Maintenant, ils disent « Djibouti est bien ». C’est en partie grâce à notre diplomatie interpersonnelle, y compris l’organisation de festivals et d’autres événements par exemple à Yokohama ou Hibiya Park avec d’autres nations africaines. Nous partageons des valeurs telles que la solidarité et l’hospitalité avec le Japon, et avons pu le démontrer à travers des initiatives comme l’aide à la reconstruction de [la ville de] Minamisoma à Fukushima. Djibouti est également connu pour sa paix, et si nous accueillons des forces étrangères, dont celles des JSDF, ce n’est pas pour la guerre mais pour la paix. Le JSDF aide Djibouti en fournissant des outils d’éducation, en construisant des routes et en aidant la population [par d’autres moyens]. Djibouti est le seul pays qui héberge des forces JSDF en dehors du Japon, mais nous avons également le collège de Fukuzawa [financé par le Japon], créé en 1995.

Pensez-vous que le Japon devrait chercher à jouer un rôle plus important à l’international, notamment en matière de développement ?
Le Japon joue déjà un rôle très important dans le développement, notamment à travers la TICAD, la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique. Le Japon fait progresser le transfert de compétences, la création d’emplois et l’amélioration de l’éducation grâce à des programmes tels que l’initiative ABE (African Business Education Initiative for Youth, lancée en 2013). A mon retour à Djibouti, mon ambition est d’ouvrir une école de japonais et d’anglais, et d’augmenter le nombre de bourses pour les étudiants djiboutiens. D’autre part, à travers mon travail avec les institutions éducatives japonaises, j’ai remarqué que la représentation de l’Afrique doit changer, non seulement au Japon mais partout dans le monde. Les gens n’y voient que la guerre et d’autres aspects négatifs. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler avec la princesse Takamado, qui a lancé il y a environ vingt-cinq ans un projet intitulé « Le Japon à travers les yeux des diplomates ». Ma proposition était de montrer l’Afrique – et le reste du monde – à travers les yeux des diplomates japonais, à commencer par Djibouti. J’ai aussi récemment terminé l’écriture d’un livre ; intitulé Mes années au soleil levant – à l’ombre de mon drapeau. Il parle de mon expérience au Japon et de ce que l’Afrique peut apprendre du Japon, y compris comment utiliser le soft power. Quand je rentrerai chez moi, j’espère continuer à consolider les relations entre le Japon et Djibouti.

Comment avez-vous trouvé la vie à Tokyo et que représente cette ville pour vous ?
Tokyo a été la meilleure école de la vie pour moi. J’apprécie vraiment les gens et la ville, comment c’est organisé. [Tokyo] est comme un ensemble de petits villages, et vous avez une solidarité entre voisins même si vous ne les voyez pas souvent. Je dois aussi mentionner la sécurité. J’ai trouvé une fois un portefeuille plein d’argent que quelqu’un avait oublié dans les toilettes. J’étais avec mon conseiller financier et nous sommes allés à la police ensemble. Nous avons rendu le portefeuille et le policier a dit que si personne ne vient le récupérer dans les trois mois, tout l’argent serait à nous. Mais même si quelqu’un vient, vous obtenez dix pour cent. C’est une incitation à l’honnêteté. Bien sûr, quelqu’un est venu chercher le portefeuille, donc nous n’avons pas pu récupérer tout l’argent [rires]. Mais on ne voit ça nulle part ailleurs, c’est exceptionnel. Vous oubliez votre téléphone quelque part, revenez une heure plus tard et il est toujours là. Il y a beaucoup de choses à Tokyo qui me manqueront, mais je sais que je ne partirai pas pour toujours. Le monde est un village de nos jours, donc je peux toujours revenir.

Avez-vous des endroits préférés dans la ville ?
J’habite à Nakameguro et je me promène tôt le matin autour de la rivière. Je connais très bien les gens, et la rivière Meguro et Ebisu Garden Place sont les meilleurs endroits à Tokyo pour les cerisiers en fleurs. Nakameguro est mon lieu favori.

Y a-t-il des restaurants à Tokyo qui servent de la cuisine djiboutienne ?
Pas spécifiquement de la cuisine djiboutienne, mais comme je l’ai mentionné, nous sommes la porte d’entrée de la Corne de l’Afrique, et non loin de Nakameguro, il y a le restaurant éthiopien Queen Sheba. Le propriétaire, M. Salomon, vit ici depuis les années 1970. Son restaurant est petit mais très bon, et avant la pandémie, il y avait de la musique live tous les vendredis soirs. C’est l’endroit idéal si vous souhaitez goûter notre cuisine régionale. Les Djiboutiens adorent le poisson, et pour nos fêtes nationales j’ai souvent fait venir mon ami Kimura-san de Sushi Zanmai pour faire un spectacle de thon. J’ai commencé à manger du thon au Japon et j’aime beaucoup ça.

Vous serez encore là pour les Jeux olympiques de Tokyo. Que pensez-vous de la tenue des Jeux au milieu de la pandémie, et les voyez-vous changer Tokyo et le Japon ?
Nous avons quatre athlètes qui participent aux Jeux et je suis très content pour eux. Je pense que l’organisation des Jeux dans ces circonstances n’est possible qu’au Japon, grâce à la culture et à la façon de faire japonaises. Tous les dangers ne peuvent pas être exclus, mais le risque peut être considérablement réduit. Les athlètes travaillent en vue de ces Jeux depuis des années, et pour certains ce sera leur dernière chance de participer aux Jeux olympiques. Étant égoïste, vous pourriez dire « Annulons les Jeux », mais compte tenu du fait que le sport est le langage commun du monde, je pense que la tenue des Jeux olympiques est très positive et je suis optimiste.

Enfin, le développement durable suscite un intérêt croissant au Japon, les Objectifs de développement durable de l’ONU retiennent beaucoup d’attention. Comment Djibouti aborde-t-il la durabilité ?
Djibouti s’est fixé un certain nombre d’objectifs liés au développement durable pour 2035, notamment en ce qui concerne l’utilisation des énergies géothermique, hydraulique et solaire. Ce dont nous avons besoin, c’est de savoir-faire, donc je pense que le Japon et Djibouti peuvent travailler ensemble sur ces initiatives ainsi que sur la santé et l’éducation. Nelson Mandela avait l’habitude de dire que l’éducation est l’arme la plus puissante que vous puissiez utiliser pour changer le monde, et je pense qu’il est important pour le Japon, Djibouti et le reste du monde d’interagir et de mettre en commun nos efforts pour améliorer l’éducation, en particulier l’enseignement professionnel. Cela aidera les gens à prendre leur vie en main plutôt que d’attendre de l’aide, et c’est crucial pour atteindre les objectifs de durabilité.

Interview Masashi Takahashi, coordination Hiroko M. Ohiwa
Original en anglais en ligne sur le site de Time Out.
Traduction Human Village avec l’aide de DeepL.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Trois crises politiques en Somalie
 
Djibouti rejette les accusations d’ingérence en Somalie
 
Entretiens du président avec des dirigeants régionaux
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |