Human Village - information autrement
 
L’atelier lève le voile…
par Mohamed Saleh, septembre 2013 (Human Village 21).
 

L’atelier d’Isotherma s’impose de plus en plus dans le milieu des petites et moyennes entreprises artisanales locales. L’enseigne qui s’est spécialisée dans un secteur innovant, propose des produits divers et variés. Il en va des réservoirs en fibres de verre, des matelas, des meubles, etc. Isotherma a ouvert ses portes au magazine Human Village, pour faire découvrir son savoir-faire unique et ses belles prestations. Nous vous invitons à nous emboiter le pas dans ce tour du proprio, à travers les différentes installations et les ateliers de fabrication d’Isotherma.

Isotherma, une entreprise que l’on ne présente plus. Et pour cause, sa réputation s’est solidement bâti sur son savoir-faire et la qualité de ses produits. Classée dans la catégorie des PME-PMI, l’entreprise Isotherma est une usine spécialisée dans la fabrication de polystyrènes, de matelas, de réservoirs en fibres de verre, et en décoration d’intérieur.
Combinant les techniques et les moyens industriels et le savoir-faire artisanal local, l’enseigne est aujourd’hui une référence dans la petite et moyenne entreprise de type artisanal. L’occasion pour nous de faire un peu la lumière sur cette usine pionnière dans un tissu semi-industriel djiboutien encore en friche.
Située au cœur de la zone industrielle sud. A l’intérieur, le fourmillement est incessant entre les ateliers qui bourdonnent d’activités et les allées et venues des camions et fourgons de distribution-livraison. Même en ces premiers jours du mois béni de Ramadan, les commandes de la clientèle et le rythme des activités ne semblent pas du tout ralentir. C’est dans cette agitation ordinaire, que l’équipe de Human Village est accueillie. Brèves présentations puis mise au point sur le plan de visite du site de production. Celui-ci est composé d’une myriade d’ateliers qui se succèdent, séparés par des enceintes murales ou de simples cloisons étanches. C’est dans ce décor que sont fabriqués les réservoirs en fibres de verre, les matelas et les jolies broderies qui les recouvrent, les pièces de polystyrènes.
Nous y voilà. Première étape, l’atelier de peinture. Le chef d’atelier, un citoyen bangladais, au milieu de ses ouvriers, des djiboutiens pour la plupart, est en pleine bourre. Le foisonnement est dense, les hommes s’activent pour recouvrir rapidement d’une épaisse couche de peinture pistolet plusieurs articles transmis par les collègues d’à côté. Soit une série de lits, de tables et d’armoires qui viennent d’être façonnés par leurs collègues menuisiers. Mais avant de continuer notre exploration dans la menuiserie, la tentation de faire un crochet par la fabrique de réservoirs à deux pas de là devient irrésistible. C’est un centre névralgique de l’usine, le cœur de l’activité pour ainsi dire. Pour la petite histoire, Isotherma est la seconde firme après Lootha à s’engager dans ce marché. Il faut dire que le savoir-faire manque encore et les équipements de pointes coutent assez cher. Sans oublier la main d’œuvre suffisamment qualifiée requise, qui se fait attendre. A l’intérieur de cette unité totalement isolée du reste de l’usine, nos premiers contacts sont assez révélateurs de la haute sensibilité du site. Des travailleurs minutieux sont à la manœuvre, et ils sont secondés par quelques djiboutiens. Dans ce vaste espace compartimenté entre plusieurs cellules, l’organisation est drastique. Les unités de stockage des matières de premières et composants, jouxtent la salle des machines de découpe. Et enfin, c’est la peinture qui intervient pour finaliser le produit.
Pour ce qui est du processus de fabrication complet, la recette ne doit évidemment pas sortir des murs de la maison. Mais globalement, nous explique-t-on, les composants, en fibres de verre pour l’essentiel, sont mélangés avec d’autres matières premières et le tout est plongé dans des moules de différentes tailles afin d’obtenir des réservoirs de format variables. Le même processus permet de fabriquer également des glacières et des thermos de fibres de verre ou de carbone, nous dira-t-on avant de quitter les lieux. Un travail ingénieux qui demande beaucoup de labeur et d’application, selon les dernières confidences de notre guide. Faut-il signaler par ailleurs, que les réservoirs, glacières et thermos de tailles diverses sont les produits phares des usines Isotherma. Autant dire, un marché de niche où la concurrence n’est pas encore prête à relever le défi. Notre exploration se poursuit dans l’atelier de menuiserie à quelques pâtés de maisons de là, cette fois-ci.
Le travail consiste ici à la fabrication de matelas, mais aussi de mobiliers de bureau et de meubles en boiserie combiné avec du fer forgé. Ici, il y a nettement plus de monde. Une multitude d’ouvriers et de menuisiers, ébénistes, artisans, qui s’affairent pour finaliser les commandes de lits durs ou plus souples, de divans et de salons pour les décorations intérieures. La maison offre un service personnalisé quand il s’agit de rénover de vieux mobiliers pour la clientèle particulière. « L’on fait du sur-mesure, nous précise-t-on. Nos clients nous rapportent de vieilles pièces de leurs mobiliers et nous nous chargeons de leur redonner vie. Cela peut être des salons, des canapés ou même des divans totalement endommagés, d’autres fois ce sont des chaises ou les tables de la salle à manger, ou bien encore la literie, la cuisine à refaire entièrement, les chambres à coucher, l’aménagement de placards et dressings sur mesure. Le client à la possibilité de choisir la forme, les dimensions, les matériaux, ou bien encore les couleurs des produits commandés. Souvent les modèles présentés par les clients sont des modèles piochés sur le net : classique, déco, ou passionnément contemporain. Notre savoir-faire fait merveille auprès de la clientèle une fois leurs commandes livrées ».
Cela n’a rien de surprenant quand on observe de près l’expertise déployée dans l’atelier de menuiserie. Après conception des objets à fabriquer, ce sont des piles de planches de bois de différentes tailles qui passent entre une forêt de mains expertes et des machines et outillages de différents types. Toupies, raboteuses, dégauchisseuses, scies à plat et à format, combinés et tables pour ossature bois passent à l’action et les mobiliers commandés ont sitôt pris forme. Entre temps, une autre équipe a déjà découpé et préparé dans les bonnes dimensions le coton, la matière spongieuse, les nattes, les tissus de couverture, etc. Les artistes n’auront plus qu’à ajuster chaque pièce à ses revêtements, et le produit fini est déjà prêt à aller au showroom en attendant son commanditaire. Ne nous reste plus qu’à découvrir la fabrique de polystyrène, un autre produit phare d’Isotherma, la fabrique de fer forgé, l’entrepôt.., etc. Le polystyrène est très demandé pour ses vertus d’isolation. L’usine Isotherma en produit abondamment et le met sur le marché à des prix très compétitifs. A deux pas de là, l’atelier de fer forgé est un peu à l’arrêt ces jours-ci, le temps que l’activité reprenne son rythme de croisière. Nous y voilà, nous avons déjà fait le tour des installations techniques de l’usine. Il ne nous reste plus qu’à admirer les dernières créations dans la catégorie décoration d’intérieur qui se trouvent exposés dans le showroom. Là est exposé tout le savoir-faire, l’art et la maitrise des éléments ainsi que le raffinement développé de l’atelier de création.
C’est pleinement charmée que notre équipe sort d’Isotherma. Une entreprise qui porte bien sa réputation finalement, puisque nos découvertes ont été à la mesure de nos expectations. Il ne nous reste plus qu’à féliciter et souhaiter bonne continuation à nos amis, la fourmillière des petites mains qui font chaque jour des miracles.

Mohamed Saleh

 
Commentaires
L’atelier lève le voile…
Le 11 janvier 2015, par Ibrahim Ahmed Mahdi.

vous avez les coordonnées pour rentrer en contact avec cette société ?

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
« Affaire Loukil » : réponse d’Alexis Mohamed
 
L’État s’est-il fait rouler dans la farine par le groupe Loukil ?
 
Financement de projets par l’Union européenne
 
Production clandestine d’alcool de riz à Djibouti !
 
Un cri pour sauver la faune sous-marine de la pêche au chalut
 
Pâtissier livreur, une débrouillardise à toute épreuve
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |