Human Village - information autrement
 
Le tribunal d’arbitrage ordonne le retour de DP World à Doraleh
janvier 2020 (Human Village 38).
 

Communiqué de DP World, 14 janvier 2020 [1]

London Court of International Arbitration orders the Republic of Djibouti to immediately restore DP World to its rights and benefits under container terminal concession
Ruling by Tribunal says Djibouti acted illegally

Government of Dubai Media Office : DP World has won a further legal hearing against the Government of Djibouti over the Doraleh Container Terminal. A Tribunal of the London Court of International Arbitration ordered Djibouti to restore the rights and benefits under the 2006 Concession Agreement to DP World and Doraleh Container Terminal SA within two months, or pay damages.

An independent expert has estimated the losses to DP World at more than USD 1 billion. The ruling by the Tribunal said Djibouti had acted illegally when it forcibly removed DP World from management of the terminal in February 2018, claimed it had terminated the Concession Agreement and transferred the Terminal assets to a state-owned entity.

The latest tribunal ruling is the sixth substantive ruling in DP World’s favour in the London Court of International Arbitration and the High Court of England and Wales. To date all have been ignored by Djibouti despite the original contract for the concession being written under and governed by English law.

The Doraleh Container Terminal is the largest employer and biggest source of revenue in the country and has operated at a profit every year since it opened. The Doraleh Container Terminal was found by an English court to have been a “great success” for Djibouti under DP World’s management.

DP World now awaits proposals from Djibouti about how it intends to comply with the latest legal ruling. If Djibouti does not comply with the ruling, the Tribunal has stated it will proceed to issue an award of damages.

DP World is a leading enabler of global trade and an integral part of the supply chain. It operates multiple related businesses – from marine and inland terminals, maritime services, logistics and ancillary services to technology-driven trade solutions.

With a portfolio of 78 operating marine and inland terminals supported by over 50 related businesses in over 40 countries across six continents with a significant presence in both high-growth and mature markets, the company enjoys strong relationships with governments around the world, working in partnership to strengthen economies through investment in infrastructure and the implementation of smart trade solutions.

DP World Doraleh (Djibouti) – facts at a glance
- Concession agreement signed in 2006
- Shareholding structure : 67% Government of Djibouti and 33% DP World
- Quay length : 1,050 metres
- Number of berths : 3
- Annual capacity : 1.2 million TEU
- Built and operated by DP World, Doraleh Container Terminal (DCT), is widely recognised as the most advanced container terminal on the east coast of Africa, enabling safe, smooth and efficient movement of cargo in and out of the country. The terminal is Djibouti’s single biggest employer and is responsible for creating thousands of jobs – both directly and indirectly – for people in the local community

Background
- 2009 : Official opening of Doraleh Container Terminal in the presence of the President of Djibouti Ismail Omar Guelleh ; HH Sheikh Ahmed bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum ; and Sultan Ahmed bin Sulayem, Group Chairman and Chief Executive Officer of DP World and Chairman of Ports, Customs and Free Zone Corporation
- The ceremony was attended by more than 400 local and foreign guests. President Guelleh’s statement on DP World and Dubai’s contribution to Djibouti’s growth : “By constructing and inaugurating this terminal, the long-thought dream of the people of Djibouti has turned into a tangible reality thanks to support lent by Vice President and Prime Minister of the UAE and Ruler of Dubai HH Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, for whom we harbour deep respect and gratitude.”
- 2000 : DP World and the Djibouti Government establish a joint venture with DP World awarded a concession to operate the Port of Djibouti.
- The partnership leads to the joint venture building the nearby Doraleh Container Terminal.
- Stimulates the economy, supports trade, creates jobs.
- Doraleh has capacity to handle 1.2 million TEU (twenty-foot equivalent container units) annually, the largest and most modern terminal in East Africa. Its 18 metre draft and 1050 metre quay handle the largest ships in service, including 10- 15,000 TEU “Super-Post-Panamax” vessels. Capacity at the terminal is set to grow in line with market demand to around 3m TEU over time.
- Djiboutian trainees contribute to operations at the company’s other African terminals, such as Dakar, Senegal.
- Following the official opening, DP World Chairman launches the newest wing of the Kempinksi Djibouti Palace Hotel, a Nakheel Hotels project.
- Djibouti President and Sheikh Ahmed bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum open a 16 km road linking Djibouti with the new terminal, donated by Sheikh Mohammed and named after him. The USD 21 million road has four lanes in both directions

DP World’s Contribution to Djibouti’s Economy
- As a foreign investor, DP World has invested hundreds of millions of US dollars in the country, and added greatly to the economy of Djibouti throughout the years.
- It has consistently contributed 12% to Djibouti’s GDP
- It has grown origin and destination cargo by 380% in the last 14 years
- It grew volumes over 70% in 2017 and was aiming for 80% in 2018

Communiqué de la présidence djiboutienne
15 janvier 2020

Seule une issue indemnitaire équitable et conforme au droit international est envisageable.

Par un communiqué de presse en date du 14 janvier 2020, le groupe DP World a annoncé qu’un arbitre unique statuant sous l’égide de la London Court of International Arbitration a rendu, le 10 janvier 2020, une nouvelle sentence dans le conflit qui l’oppose à la République de Djibouti, à la suite de la résiliation du contrat de concession du terminal à conteneurs de Doraleh intervenue le 22 février 2018.
Cette décision n’est pas surprenante. Elle n’est que la conséquence des stipulations iniques de la concession, qui obligerait un État souverain à passer outre sa loi nationale,à redonner vie à la concession résiliée pour des motifs concernant l’intérêt supérieur de la nation et ce, au profit exclusif d’une société étrangère.
La République de Djibouti ne saurait en aucun cas accepter une telle décision, rendue dans une procédure à laquelle elle n’a pas participé et qui bafoue les règles de droit international. Ces règles permettent à un État souverain de résilier tout contrat pour un motif invoquant l’intérêt supérieur de la nationmoyennant le versement d’une juste indemnisation.

Dans ce conflit, la République de Djibouti réaffirme sa position constante depuis février 2018.
• La résiliation de la concession du terminal à conteneurs de Doraleh, qui avait été attribuée en 2006 à la société DCT (Doraleh Container Terminal), société commune établie entre le Port Autonome International de Djibouti et DP World, a été décidée dans un cadre législatif préalablement voté par le parlement djiboutien le 8 novembre 2017.
• L’exploitation du terminal par l’entremise du groupe DP World s’était révélée contraire aux intérêts fondamentaux de la Nation. Sa poursuite aurait porté un préjudice grave aux impératifs économiques et sociaux de Djibouti, en posant des limites inacceptables à sa politique de développement et en attribuant à une société étrangère le contrôle total de l’une de ses infrastructures les plus stratégiques.
• Le port à conteneurs de Doraleh n’a pas été exploité par DCT à la mesure de son potentiel afin,de toutes évidences,de préserver les opérations de DP World à Dubaï. Depuis la fin de la concession, l’activité du port a augmenté de 30%.
• Malgré plusieurs tentatives de renégociation de la concession, initiées par le gouvernement en application de la loi djiboutienne, le groupe DP World a continuellement refusé d’entendre les demandes pourtant légitimes de l’État visant à rééquilibrer une relation intrinsèquement asymétrique pour faire bénéficier à ses concitoyens des fruits d’une exploitation efficace du terminal.
• Plutôt que de se conformer au droit djiboutien et d’accepter les propositions de l’État (tant au stade de la renégociation du contrat qu’à celui de l’indemnisation post-résiliation), le groupe DP World a préféré initier une véritable guérilla judiciaire et médiatique à l’encontre de la République de Djibouti comme de ses partenaires.
• À cette fin, DP World n’a pas hésité à instrumentaliser la société DCT, dont il n’est pourtant que l’actionnaire minoritaire, au service de ses seuls intérêts et à contrevenir, sans le moindre scrupule, aux décisions rendues par les juridictions djiboutiennes dans le plus strict respect du principe de la contradiction. Ces juridictions ont désigné un administrateur provisoire en lieu et place des organes sociaux de DCT et prononcé l’annulation de la résolution du conseil d’administration ayant autorisé cette société, sous la pression de DP World, à initier la procédure d’arbitrage dont le groupe DP World se prévaut aujourd’hui des décisions qu’il a unilatéralement obtenues.
• En tout état de cause, le contrat de concession a été résilié, une entreprise publique spécifiquement créée à cet effet gère désormais cette infrastructure et il ne saurait évidemment être question d’imposer à un État souverain un quelconque cocontractant, qui plus est pour exploiter ses infrastructures stratégiques.
• Comme la République de Djibouti l’a constamment indiqué, la concession ayant été résiliée, seule une issue indemnitaire équitable et conforme au droit international est envisageable. L’État djiboutien demeure, aujourd’hui comme hier, disposé à négocier les conditions d’une solution satisfaisante pour l’ensemble des parties, mais ne saurait accepter des « condamnations » arbitrales faisant fi des intérêts du pays et des expertises soi-disant « indépendantes » qui ne peuvent en aucun servir de « base » financière à un accord entre les parties.


 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
La Maison du Parfum… le luxe accessible au plus grand nombre !
 
La construction du Red Sea Hotel en cale sèche
 
Création du fonds souverain de Djibouti
 
GIE contre GIE : guerre ouverte entre transitaires djiboutiens
 
Mèches capillaires et grosses cylindrées
 
Ils / elles ont dit… à propos de la route
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |