Human Village - information autrement
 
Mohamed Ali Houmed, président de l’Union parlementaire africaine
par Mahdi A., novembre 2019 (Human Village 37).
 

Une case de plus de cochée pour le rayonnement diplomatique de notre petit pays. Cet après-midi, jeudi 28 novembre, Mohamed Ali Houmed a été élu pour une durée d’un an président de la conférence des présidents de l’Union parlementaire africaine (UPA), institution panafricaine réunissant 41 nations, dont le siège est situé dans la capitale ivoirienne. Cette consécration par ses pairs n’est pas le fruit du hasard, elle est l’aboutissement d’une minutieuse campagne débutée en novembre 2018 à Abuja, au Nigéria. Cette position enviable dans l’échiquier continental qu’occupe dorénavant un de nos plus éminents concitoyens, ne sera pas superflue dans notre quête d’influence et de soutien alors que notre pays candidate pour siéger au conseil de sécurité des Nations unies pour 2021-2022.

Djibouti accueille la 75e session du comité exécutif de l’UPA, et la 42e conférence de ses présidents, du 25 au 29 novembre. Elle a réuni 280 élus continentaux. Cerise sur le gâteau, en l’absence du chef de l’État en déplacement officiel à Addis Abeba, Mohamed Ali Houmed aura l’honneur de procéder à l’inauguration, au côté de son homologue, le président du parlement turc Mustapha Sentop, - accompagné d’une forte délégation de 60 personnes - de la magnifique mosquée du Sultan Abdülhamid II, don de la patrie de Mustapha Kemal Atatürk lors de la prière de demain, vendredi 29.

Point à souligner au trait rouge : le Qatar, duettiste de son allié de la Turquie dans la puissante manœuvre pour enjamber le Rubicon, fait une entrée remarquée à l’Union parlementaire africaine en qualité de membre observateur [1]. Sans nul doute que cette décision n’ayant fait l’objet d’aucune annonce publique en amont ne manquera pas de faire grincer quelques dents au royaume des Saoud... Le Qatar adresse avec le succès de cette opération de lobbying de virtuose un formidable pied de nez à son grand voisin qui aura vainement tenté par tous les moyens de le bouter hors du continent africain ! Par la force de l’habitude, la diplomatie saoudienne devrait tout de même pouvoir s’en remettre, elle n’est plus à un échec près... Le désastre de l’abominable campagne au Yémen face à la résistance houtis, en est l’exemple le plus frappant, pour ne pas dire le plus inhumain !

Notre rédaction reviendra plus longuement sur cet évènement et plus précisément les priorités de l’agenda du président élu au service du continent comme ceux liés à l’employabilité des jeunes, le renforcement de l’intégration continentale, la promotion du genre, sans compter l’ambition qui est la sienne de porter la voix de l’Afrique bien au-delà de ses frontières dans un entretien exclusif.

Mahdi A.

Discours d’ouverture par Mohamed Ali Houmed

Monsieur le Premier ministre,
Honorable président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, et président du Comité exécutif de l’Union parlementaire africaine ;
Honorables présidents des chambres des parlements, ou leurs représentants,
Mesdames et Messieurs les présidents des institutions de la République ;
Monsieur le ministre de la défense chargé des relations avec le Parlement
Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement ;
Monsieur le secrétaire général de l’Union parlementaire africaine
Monsieur le secrétaire général de l’Union parlementaire arabe
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, chefs de mission diplomatique et consulaire, et les représentants des organisations internationales, régionales et nationale ;
Honorables parlementaires de l’Union parlementaire africaine ;
Honorables députés de la nation, chers collègues ;
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs.

Alors que débutent les assises de la 42e conférence des Présidents de l’Union parlementaire africaine, c’est un privilège pour moi de vous souhaiter de nouveau, la bienvenue en République de Djibouti et de vous accueillir dans cet agréable cadre pour le lancement officiel de nos activités de ces deux jours.
Dans l’exercice de ce privilège, je suis profondément fier en tant que citoyen africain, par le fait que l’UPA – structure continentale des parlements nationaux regroupant une quarantaine de parlements et plus d’un demi milliard de femmes, d’hommes et d’enfants - tienne son sommet dans cette partie du monde appelée par certains « le berceau de l’humanité ».
Mes sentiments de fierté sont d’autant magnifiés, relevés au plus haut degré, car le taux de participation et les personnalités ici présentes, symbolisent une volonté ferme et indéfectible de solidarité et de fraternité pour réussir à consolider l’intégration et la coopération parlementaires.
Je tiens à remercier chacun d’entre vous d’être venu à Djibouti, pour ce sommet du parlementarisme africain, et pour votre foi en l’unité et la solidarité comme meilleur moyen de discuter et de solutionner les problèmes communs.
Permettez-moi de témoigner en votre nom, notre reconnaissance et notre gratitude au peuple et aux institutions de la République de Djibouti, pour les efforts entrepris dans l’avènement d’une excellente organisation et pour l’hospitalité généreuse entretenue dans chaque instant pour que les délégations des pays frères et amis puissent se consacrer au bon déroulement des activités statutaires de l’UPA.
Cet élan, cet état d’esprit doit nous inspirer beaucoup de joie et raffermir notre détermination pour mettre à profit les débats et travaux de ces deux jours de la conférence. Car, aujourd’hui plus qu’hier, nos actes et volontés doivent aller dans le sens du renforcement de cette importante structure unique en son genre.

Mesdames et Messieurs les présidents,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
L’agenda de la conférence qui nous réunit ne déroge pas à la coutume : Les thématiques de notre foyer africain qu’est l’UPA sont incontournables et revêtent un caractère important à plus d’un titre.
La paix, la sécurité et le développement en Afrique forment en effet un trident essentiel pour l’épanouissement des êtres de ce continent en particulier et de la planète en général.
L’Afrique constitue un creuset de cultures entremêlées destiné à des bons auspices mais l’instabilité demeure toutefois un réel obstacle.
La paix et son corollaire, la sécurité, sont donc les fondements de toute avancée des sociétés, voire de toute amélioration de la vie sur terre. Elle symbolise le rêve d’un lendemain radieux, certainement, et en tout point, meilleur que le présent.
Pour nous tous, la sécurité est un objectif naturel et commun. Notre histoire est pleine d’exemples où des hommes et des femmes se sont battus ardemment pour atteindre cet idéal. Et cette conquête a favorisé le développement de nos contrées.

Mesdames et Messieurs,
Dans notre pays, la paix et la stabilité ont permis l’essor et la modernisation djiboutienne permettant ainsi de vérifier que la stabilité jette les bases du développement qui à son tour renforce la paix et la cohésion sociales.
Afin d’atteindre ce but, Djibouti a ciblé et modernisé en partenariat avec les pays frères et amis les atouts dont elle dispose notamment l’attractivité en matière d’affaires et ce par l’élaboration d’un cadre juridique adéquat.
Vous l’aviez vu, le secteur portuaire performant n’est pas en reste. Faut-il le rappeler que depuis 1998, nos infrastructures portuaires gèrent entièrement le trafic maritime à destination ou en provenance de l’Éthiopie. Et ces ports sont aussi idéalement situés pour desservir le marché inter africain (COMESA par exemple, avec ses 23 pays et près de 400 millions de personnes).
Les ports de Djibouti et de Doraleh, seuls ports en eau profonde et donc accessibles aux bâtiments de tout tonnage dans un couloir de navigation le plus fréquenté au monde (axe Europe – Moyen-Orient – Asie) où plus de 12% du trafic maritime et plus de 30% du pétrole brut mondial y transitent.
Les perspectives de développement de Djibouti sont donc prometteuses. Disposant d’un taux de croissance du PNB de près de 7 % depuis quelques années.

Mesdames et Messieurs les présidents,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
L’attachement de la République de Djibouti aux valeurs de paix et de stabilité, notamment dans cette partie du globe difficile, est de longue date.
Le principal objectif de cette politique courageuse réside dans notre foi que nous ne pourrions jouir pleinement des fruits de la stabilité et de la sécurité de notre pays si nos voisins sont victimes des troubles et autres facteurs déstabilisants.
Pour reprendre les paroles remplies de sagesse et bonté de Desmond Tutu, ce grand homme africain avait déclaré « je ne peux pas connaître le bonheur si les autres ne le connaissent pas. Je ne peux pas jouir pleinement si les autres n’en jouissent pas autant que moi ».
Depuis l’accession à la souveraineté, la République de Djibouti a subi l’impact des flots des déplacés et des réfugiés chaque fois qu’un brasier s’enclenchait dans les États limitrophes.
Mettre en place les capacités nécessaires pour satisfaire les besoins pressants des sinistrés témoigne de notre résolution de porter haut les valeurs de libertés et de démocratie pour préserver l’essence même de l’existence de Djibouti.

C’est pourquoi, je tiens à vous assurer que le peuple et le gouvernement djiboutien, sous la conduite éclairée de son Excellence Ismail Omar Guelleh, sont toujours disposés à prendre leurs responsabilités envers leurs frères et amis dans le cadre de développement humain de notre continent et nous nous acquitterons de cette noble mission avec honneur.

Mesdames et Messieurs les présidents,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Soyez certains, les actions de l’Union parlementaire africaine apportent une plus value conséquente au développement de nos pays, de nos continents et de notre planète à travers la propagation sur le plan interne et international de nos valeurs communes.
Dans cette optique, je tiens à saluer et à féliciter mes collègues, speakers et présidents de parlement ainsi que les membres des groupes nationaux ici présents, et je ne manquerais nullement de dire que par leur volonté et leurs initiatives, ils œuvrent à faire avancer cette dynamique de coopération sud-sud.
Que Dieu puisse guider vos pas et couronner de succès nos nobles actions au service du bonheur de nos peuples et c’est donc avec joie que je déclare ouverte les assises de cette conférence.

Pour clôturer mes propos et en souhaitant plein de succès à nos travaux, je voudrais attirer votre attention et quérir votre appui en faveur de la candidature de la République de Djibouti comme membre non permanent au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies, lors des élections de renouvellement qui auront lieu en juin 2020.
Nous avons préparé une mini projection en ce sens.

Je vous remercie de votre patience et de votre aimable attention.


[1« Shura Council speaker participates in African Parliamentary », Gulf Time, 29 november 2019.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
L’islam en France
 
Réception de la délégation américaine
 
Ilhan Omar attendue à Djibouti avec une délégation du Congrès américain
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |