Human Village - information autrement
 
« Affaire Loukil » : réponse d’Alexis Mohamed
par Alexis Mohamed, juin 2017 (Human Village 30).
 

Quand la transparence déboussole, une certaine culture de l’opacité et du mensonge
Ne ni baisser les yeux, ni les bras, pour que seule la République prime

Très brièvement...
Ayant pris connaissance d’un article paru sur un blog djiboutien, dont le contenu vise à spéculer sur le projet mené avec un partenaire tunisien, je tenais juste à rectifier les affirmations éhontées de l’auteur du blog, que lui même semble avoir puisé dans un journal tunisien.
Tout d’abord, il faut savoir, que le montant farfelu et autres, stipulés dans les colonnes dudit média tunisien sont, non seulement exagérés, mais n’engagent que lui dés lors, qu’aucun membre de la délégation djiboutienne, n’a ni émis de communiqué de presse, ni n’a été sollicité pour une interview qui confirmerait les propos.
Et pour éclairer nos compatriotes, le Groupe Loukil n’a remporté, aucun contrat allant dans le sens des affirmations de l’auteur du blog comme du média tunisien. Que le Groupe Loukil, en étroite collaboration avec moi, a réussi à convaincre son partenaire financier, d’accompagner le développement de la République de Djibouti.
Ce qui sous-entend, qu’Afreximbank, permet au Groupe Loukil, dont l’expertise multisectorielle reste une référence, de bénéficier d’une ligne de crédit pour des besoins éventuels sollicités par Djibouti, que seul le Chef de l’Etat peut valider ou non.

Ensuite, et comme le confirme le protocole d’accord signé, il est question dans l’immédiat, que de l’acquisition d’un certain nombre de taxi pour un prix unitaire très inférieur au prix de 15800 euros avancé par l’auteur. A ce propos d’ailleurs, les éléments en la possession des autorités concernées, peuvent le confirmer.

A savoir également, que pour une marque française, le prix très bas négocié comprend : le coût du crédit, les frais de gestion du FDED, les frais de transport et mise en service, la taxe douanière, l’assistance technique sur place, l’équipement du véhicule relatif à la profession, la gratuité des pièces de rechange pour une durée non négligeable et autres services annexes. Cela ne mérite t-il pas que l’on s’y attarde un peu ? À croire que parfois, l’omission arrange. Quelle malhonnêteté intellectuelle.
Mais si ce projet contrarie autant, il faut comprendre qu’il va à contre sens de celui proposé en faveurs des produits asiatiques, pourtant au prix unitaire exorbitant de 18000 dollars, avec cerise sur le gâteau, exempt de toute assistance technique. Bien évidement cette « générosité » ne semble point affecter notre auteur.
Je confirme aussi, que ce projet est étroitement mené en toute transparence avec le Chef de l’Etat, le Ministre de l’Investissement, le Ministre du Transport, le Directeur de la FDED et ceux qui représentent le métier du transport en commun. Jamais un projet n’a connu une telle synergie, car la morale nous l’impose.

Sur la question des trucks, bien que le sujet ait été abordé, pour le moment rien n’est encore discuté. C’est dire à quel point la boutade semble grotesque. Car, il s’agit pour nous, de mesurer d’abord la confiance d’avec le groupe Loukil, dans ce premier partenariat.

Enfin, il faut savoir, que le Groupe Loukil, à travers ce projet, s’il aboutit, s’engage dans une politique de gagnant-gagnant, puisqu’il envisage d’implanter à Djibouti la plus grande concession Citroën d’Afrique de l’Est. Cette volonté qui est en adéquation avec la politique de l’employabilité du Chef de l’Etat, l’implantation d’une telle concession servira aussi, de pont pour le marché du Comesa.

Il est vraiment regrettable, que sur la seule base d’un article, que l’auteur cherche à se payer les largesses maladroites qui consistent à jeter l’anathème sur tiers, en tirant des conclusions aussi "hâtives".
Mais je le dis très clairement, que rien ne viendra nuire à l’ambition du Chef de l’Etat pour sa lutte contre l’inactivité sociale. Que rien, ni personne, ne viendra altérer la volonté des membres du gouvernement concernés, à continuer en bonne intelligence à relever ensemble, ce défi ô combien pertinent pour le pays et nos concitoyens. Que les hommes et les femmes, fidèles dans leur engagement politique auprès du Chef de l’Etat, ne baisseront ni les yeux et encore moins les bras, dans les défis auxquels la situation nous appelle.

Cette gesticulation de l’auteur en question, vise, de mon point de vue, à uniquement vouloir semer la confusion dans l’esprit de nos compatriotes. Ce qui nous laisse à croire, que cette transparence ne conviendrait probablement pas, à une petite minorité adepte de la culture de l’opacité et de l’absence de place prépondérante accordée à l’intérêt de la République. Et je l’écris en toute conscience.
Insinuer ainsi de « bévue » ce qui n’est pas, tout en rappelant le discours du 8 mai 2016 du Chef de l’État, sur l’éthique et la moralisation de l’administration auxquelles j’adhère sans faille, nous indique l’imposture d’une "morale" dans le seul but d’occulter l’exercice d’une certaine forme d’immoralité dont les preuves peuvent être accablantes.
Cette belle parodie, ne laisse aucun doute, sur les intentions de l’auteur téléguidé, par la minorité précitée et dont il approuve incontestablement le rapport incestueux aigu, qu’elle a avec la République.

Une telle attitude ne pose t-elle pas questionnement, sur là où se situe vraiment l’opposition politique ? On ne peut avoir un pied à l’intérieur de la majorité et un autre à l’extérieur. Le choix du courage assumé s’impose.
Mais personne n’est naïf.

Alexis Mohamed, chargé de mission auprès du président de la République

Ce texte, publié sur Facebook sur la page du Mouvement des républicains solidaires, le 29 mai 2017, est une réponse à l’article de Mahdi A., « L’État s’est-il fait rouler dans la farine par le groupe Loukil ? ».
 
Commentaires
« Affaire Loukil » : réponse d’Alexis Mohamed
Le 15 juin 2017, par L’étonné Sadiq.

Ceci n’est pas les paroles d’un vrai officiel. Plutôt dirais je un jeune qui critique un sage, ceci montre vraiment à quel point notre cher "Blogger" Mahdi.A à touché à point important dans cette politique farfelu et bien floue. Le nombre des chômeurs et taux de pauvreté n’est en qu’augmentation sans que M.Alexis et ses semblables ne font un geste. Autant dire que l’administration n’as pas cette crédibilité, transparence et morale ainsi cité.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
L’État s’est-il fait rouler dans la farine par le groupe Loukil ?
 
Financement de projets par l’Union européenne
 
Quelles perspectives de développement pour Djibouti ?
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |