Human Village - information autrement
 
DP World réplique à l’achat d’actions du DCT par Djibouti
mars 2024 (Human Village 50).
 

D’après un communiqué de Dubai [1].
19 mars 2024

DP World, dans une déclaration publiée par le gouvernement de Dubaï, a annoncé qu’elle continuerait à utiliser tous les moyens légaux dans son différend concernant le terminal à conteneurs de Doraleh (DCT), à la suite de ce qu’elle appelle « le mépris flagrant de Djibouti pour l’état de droit ». Cette déclaration fait suite à l’annonce par le gouvernement djiboutien, le 10 septembre, de la nationalisation de toutes les actions détenues par le Port de Djibouti, S.A (PDSA) dans le DCT.

La décision de Djibouti est intervenue après que la Haute Cour d’Angleterre a confirmé une décision de la Cour d’arbitrage international de Londres (LCIA) qui jugeait l’accord de concession Djibouti-DP World sur le DCT juridiquement contraignant. Djibouti a pris le contrôle du DCT en février 2018, ce qu’il a justifié en affirmant que l’accord de concession favorisait injustement DP World.
DP World a insisté sur le fait que l’achat d’actions par Djibouti était interdit par la décision de la Haute Cour, et l’a décrit comme « la dernière étape de la campagne de cinq ans menée par le gouvernement de Djibouti pour retirer l’accord de concession de 2006 au DCT ».

DP World déclare que « Les investisseurs du monde entier doivent réfléchir à deux fois avant d’investir à Djibouti et réévaluer tous les accords qu’ils pourraient avoir avec un gouvernement qui n’a aucun respect pour les accords juridiques et qui les modifie à volonté sans accord ni consentement.
Dans une tentative apparente de contourner l’injonction, le 9 septembre 2018, le gouvernement de Djibouti a transféré les actions de PDSA dans DCT à lui-même.
Le nouveau décret a été accompagné d’un communiqué de presse truffé de déclarations mensongères. Il fait également référence au fait que DP World recevra une compensation équitable conformément au droit international.
L’accord de concession de 2006, qui est régi par le droit anglais, prévoit que les litiges relatifs à l’accord doivent être résolus par un arbitrage contraignant devant la Cour d’arbitrage international de Londres. Cette procédure d’arbitrage est en cours. À ce jour, le gouvernement n’a fait aucune offre d’indemnisation à DP World ».


[1Voir ligne sur maritimafrica.com.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
L’UE devient observateur du Code de conduite de Djibouti
 
Trois nouveaux opérateurs logistiques en Éthiopie
 
Les économies africaines et la transformation numérique
 
Djibouti ne reconnaît pas la sentence de la Cour d’arbitrage
 
Djibouti valide l’extension du Terminal Horizon
 
Partie de poker autour du futur port multipurpose de Doraleh !
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |