Human Village - information autrement
 
Réaction de la Somalie
janvier 2021 (Human Village 41).
 

Mogadishu, January 28, 2021

The Federal Republic of Somalia, as a member state of Intergovernmental Authority on Development (IGAD) and a proponent of IGAD’s vision of achieving sustainable peace and development for the region and mindful of the need to pursue diplomatic means to resolve issues between member states, the Federal Government of Somalia engaged IGAD.
On 05/12/2020, the FGS wrote to H.E. Dr. Abdalla Hamdock, the Chairperson of IGAD, bringing immediate attention to Kenya’s covert and overt aggressions forward the Federal Republic of Somalia, and requested IGAD to call for an emergency meeting. Underlying the role of the IGAD in the promotion and maintenance if peace and security in the region. It was in this spirit of seeking de-escalation, the Somalia sought redress during the 38th Extraordinary Assembly ofIGAD Head of State and Government to which it agreed to the establishment of a fact-finding mission.
In good faith and the interest of furthering peace, the FGD accepted the decision by IGAD to mandate the Republic of Djibouti to carry out an impartial, responsible, and above reproach fact-finding mission able to ascertain the facts on the ground.
Through the consent of both the FGS and the Government of Kenya, the fact-finding mission began its mandated work on the 9th of January 2021 with a series of visit to Kenya and what could only be termed as a fleeting visit to Somalia.
In their own admission, the fact-finding mission’s report preposteroulsy took Kenyan Defense Forces (KDF) helicopters under the pretense of finding KDF force build-up on the Somalia-Kenya border. An admission which starlky illustrates the frivolous nature of the report and undermines the credibility, as well as the impartiality of the Government of Djibouti and stains that of IGAD.
Upon visiting Somali, the fact-finding mission met with the State Minister of Foreign affaires and agreed to meet with the Minister of Defense, the Minister of Aviation and the Minister of Foreign affairs, as will as to visit Balad Hawo.
On the 25th of January, the very militia supported by the KDF with Mortar rounds, attacked Balad Hawo, the flash-point the FGS raised during the 38th IGAD Head of State and Government meeting, resulting in the death of 14 civilians, including women and five children, from the same family. This wanton disregard for international norms by the Republic of Kenya followed shortly after the fact-finding mission deliberately chose to limit its visit to Somalia and renege on the agreement to meet with ministers and visit Balad Hawo. This act undoubtedly has emboldened the Kenyan Government.
The perpetrators of the attack were trained, fed and supported by the KDF a fact corroborated on Kenyan TV stations by MPs from the Northern Frontier District, the very people who are a witness to these crimes. Incredulously, the mission was more interested in concealing the whereabouts of this militia to appease the Kenyan Government.
Therefore, it should be of no surprise the outcome of the fact-finding mission commissioned by the Republic of Djibouti, is baseless, partial, and shows clear interferences that the Government of Kenya wholly influenced the content of the report.
This report has undeniably damaged and undermined the Republic of Djibouti’s impartiality and status as an entrusted partner in the region by undermining the importance of neutrality in conflict resolution and conflict prevention in the region.
The Federal Government of Somalia strongly condemns the acts of violence systemically aimed at terrorising Somali civilians by the illegal militia being supported and sponsored by the KDF against Somali civilians.
The Federal Government of Somalia need not refute this report given the ample evidence publicly available that contradicts its assertions, and the notable witnesses within Kenya that have provided sufficient evidence to the build-up of this belligerent act of desperation by the Kenyan Government.
The Federal Government of Somalia finds this report as nothing more than a mouthpiece of the Kenyan Government, which neither damages nor deters the case, commitment, and determination to ensure these acts of deliberate provocations are held to account.
The Federal Government of Somalia further condemns the Government of Kenya’s direct interferences in the fact-finding mission report in order to absolve itself from the illegal actions it has undertaken undermining the sovereignty, territorial integrity, and political independence of the The Federal Republic of Somalia.
The Federal Government of Somalia has lost its confidence in the KDF’s ability to support the effort to stabilise and bring about long-term peace and security given the overt manner that the Government of Kenya has sought to exploit its presence in the country as a pretext to further is national interests. To put it simply, the KDF cannot both support stability and be an investigator of insecurity in Somalia.
Finally, the Federal Government of Somalia will continue to defend its borders, by all means necessary and will not tolerate attempts to destabilise the Federal Member States. Concurrently, the Federal Government of Somalia will continue to exercise considerable restraint, call on IGAD to rescind this frivolous report, and to commission a multinational fact finding mission. The Federal Republic of Somalia reserves the right to seek redress through diplomatic means via the African Union and if necessary the United Nation Security Council.


Proposition de traduction par Human Village

Mogadiscio, 28 janvier 2021

La République fédérale de Somalie, en tant qu’État membre de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et soutenant la vision de l’IGAD d’atteindre une paix et un développement durables pour la région, et conscient de la nécessité de recourir à des moyens diplomatiques pour résoudre les problèmes entre les États membres, le gouvernement fédéral de Somalie a sollicité l’IGAD.
Le 05/12/2020, le FGS a écrit à S.E. Dr. Abdalla Hamdock, le président de l’IGAD, pour attirer son attention sur les agressions cachées et ouvertes du Kenya contre la République Fédérale de Somalie, et a demandé à l’IGAD de convoquer une réunion d’urgence. Soulignant le rôle de l’IGAD dans la promotion et le maintien de la paix et de la sécurité dans la région. C’est dans cet esprit de désescalade que la Somalie a demandé réparation lors de la 38e Assemblée extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de l’IGAD, où elle a accepté la création d’une mission d’enquête.
De bonne foi et dans l’intérêt de la paix, le FGD a accepté la décision de l’IGAD de mandater la République de Djibouti pour mener une mission d’enquête impartiale, responsable et irréprochable, capable d’établir les faits sur le terrain.
Avec l’accord du FGS et du gouvernement kenyan, la mission d’enquête a commencé son travail le 9 janvier 2021 par une série de visites au Kenya et par ce qui ne peut être qualifié que d’une brève visite en Somalie.
De son propre aveu, la mission d’enquête a utilisé des hélicoptères des forces de défense kenyanes (KDF) sous prétexte de rencontrer des forces des KDF à la frontière entre la Somalie et le Kenya. Un aveu qui illustre la fragilité du rapport, qui mine la crédibilité ainsi que l’impartialité du gouvernement de Djibouti, et entache celle de l’IGAD.
Lors de sa visite en Somalie, la mission d’enquête a rencontré le ministre d’État des affaires étrangères et a accepté de rencontrer le ministre de la défense, le ministre de l’aviation et le ministre des affaires étrangères, ainsi que de se rendre à Balad Hawo.
Le 25 janvier, la même milice soutenue par le KDF a attaqué Balad Hawo avec des mortier, le lieu que le FGS a indiqué lors de la 38e réunion des chefs d’État et de gouvernement de l’IGAD, entraînant la mort de 14 civils dont des femmes et cinq enfants de la même famille. Ce mépris inconsidéré des normes internationales par la République du Kenya s’est déroulé peu après que la mission d’enquête a délibérément choisi de limiter sa visite en Somalie et de revenir sur sa décision de rencontrer des ministres et de se rendre à Balad Hawo. Ce geste a sans aucun doute enhardi le gouvernement kenyan.
Les auteurs de l’attaque ont été formés, nourris et soutenus par le KDF ; un fait corroboré sur les chaînes de télévision kenyanes par les députés du Northern Frontier District, qui sont témoins de ces crimes. Etonnament, la mission était plus intéressée par la dissimulation du lieu où se trouvait la milice pour apaiser le gouvernement kenyan.
Par conséquent, il ne faut pas s’étonner que le résultat de la mission d’enquête commandée par la République de Djibouti soit sans fondement, partial, et montre clairement que le gouvernement du Kenya a totalement influencé le contenu du rapport.
Ce rapport a indéniablement porté atteinte à l’impartialité de la République de Djibouti et à son statut de partenaire de confiance dans la région, en oubliant l’importance de la neutralité dans la résolution et la prévention des conflits dans la région.
Le gouvernement fédéral de Somalie condamne fermement les actes de violence systémiques visant à terroriser les civils somaliens par la milice illégale soutenue et parrainée par les KDF contre les civils somaliens.
Le gouvernement fédéral de Somalie n’a pas besoin de réfuter ce rapport étant donné les nombreuses preuves publiquement disponibles qui contredisent ses affirmations, et les témoins notables au Kenya qui ont fourni des preuves suffisantes sur cet acte de désespoir du gouvernement kenyan.
Le gouvernement fédéral de Somalie considère que ce rapport n’est rien d’autre que l’expression de la parole du gouvernement kenyan. Il n’empêchera en rien l’engagement et la détermination à faire en sorte qu’il soit tenu pour responsables de ces actions délibérées de provocation.
Le gouvernement fédéral de Somalie condamne en outre les ingérences directes du gouvernement kenyan dans le rapport de la mission d’enquête afin de s’absoudre des actions illégales qu’il a entreprises et qui portent atteinte à la souveraineté, à l’intégrité territoriale et à l’indépendance politique de la République fédérale de Somalie.
Le gouvernement fédéral de la Somalie a perdu sa confiance dans la capacité du KDF à soutenir l’effort de stabilisation et à apporter une paix et une sécurité à long terme, étant donné la manière dont le gouvernement du Kenya a cherché à exploiter sa présence dans le pays pour servir ses intérêts nationaux. Pour dire les choses simplement, le KDF ne peut pas à la fois soutenir la stabilité et être un enquêteur sur l’insécurité en Somalie.
Enfin, le gouvernement fédéral de la Somalie continuera à défendre ses frontières par tous les moyens nécessaires et ne tolérera pas les tentatives de déstabilisation des États membres fédéraux. En même temps, le gouvernement fédéral de Somalie continuera à faire preuve d’une grande retenue, à demander à l’IGAD d’annuler ce rapport farfelu et à demander une mission d’enquête multinationale. La République fédérale de Somalie se réserve le droit de demander réparation par des moyens diplomatiques via l’Union africaine et, si nécessaire, le Conseil de sécurité des Nations unies.

 
Commenter cet article
Les commentaires sont validés par le modérateur du site avant d'être publiés.
Les adresses courriel ne sont pas affichées.
 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
Mohamed Ali Houmed et les élections aux Pays-Bas
 
Que retenir de la visite d’Ismail Omar Guelleh à Paris ?
 
Ismail Omar Guelleh en visite officielle à Paris
 
| Flux RSS | Contacts | Crédits |